Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Posté le 25 juin 2015 dans Vins suisses

Sélections des Trois-Lacs et de Genève 2015et leur lot de surprises…

Sélections des Trois-Lacs et de Genève 2015et leur lot de surprises…

Coup sur coup, la plus récente et la plus ancienne des sélections cantonales de vins en Suisse romande ont livré leur verdict, les 16 et 17 juin 2015. La région des Trois-Lacs, enfin concrétisée à ce niveau, et le pionnier, Genève, ont fêté leurs «meilleurs» vins, élus parmi plus de mille échantillons.

Non sans raison, Neuchâtel, le lac de Bienne et le Vully (fribourgo-vaudois) sont fiers d’avoir mis sous toit leur premier concours, disputé fin mai au stade de la Maladière, à Neuchâtel. 463 vins ont été inscrits par 84 producteurs, soit 231 crus neuchâtelois, 157 biennois et 75 vullierains.

Aucun résultat n’avait filtré avant la remise des prix à l’auberge du Pont-de-Thielle. Même si les prix ont été attribués par catégories de vins, les caves de chacune des trois régions ayant obtenu la meilleure moyenne ont été distinguées.

Un ambassadeur par vignoble

La présentation de trois «nominés», avant le vainqueur, accentuait le suspense. Pour Neuchâtel, qui des Caves du Château d’Auvernier, des Vins Keller, de Vaumarcus et de Jean-Claude Angelrath, du Landeron — un trio réparti de bout en bout des 600 ha du vignoble pour 77 vignerons — allait l’emporter ? Ce fut Jean-Claude Angelrath, nommé «ambassadeur neuchâtelois 2015».

Et du Vully (148 ha et 24 vignerons), entre les Fribourgeois du Vieux-Moulin et du Petit-Château, tous deux à Môtier, et les Caves du Château de Montmagny ? Ce fut le troisième larron, le seul Vaudois du trio, issu de la mise en commun des vignes de Daniel Matthey, de Vallamand, et de la famille Loup, qui l’emporte. Et son «château» n’est pas un manoir, mais un réservoir d’eau !

De même pour le lac de Bienne (220 ha, 80 vignerons), avec deux domaines de Douanne, rive droite, Krebs et Schott, et un de rive gauche, Marolf, à Erlach. Peter Schott décroche le titre d’«ambassadeur du lac de Bienne», avant de passer la main à sa fille, Anne-Claire, une universitaire qui a obliqué vers la vitiviniculture et dont le travail de «bachelor» à Changins a défini la stratégie de cette région des Trois-Lacs.

 

Cinq vainqueurs «monocépages»

Pour le reste, cette première «Sélection des Trois-Lacs» récompense le premier de chaque catégorie de cépages par un «prix d’excellence». Certains vignerons ont regretté qu’en dehors de cépages communs aux trois vignobles, d’autres assemblages rouges et blancs n’ont pas été pris en compte. De fait, les vainqueurs des cinq catégories sont tous monocépages.

Souvent primée, la Cave des Lauriers, des cousins Jungo et Fellmann, à Cressier, l’emporte avec un chasselas 2014 qui justifie son nom, «Le Charmeur», et fait coup double avec son œil-de-perdrix 2014.

En pinot noir, face à une concurrence entièrement neuchâteloise pour les trois premiers, c’est le «petit», Jacques Félix, de la Cave du Cep à Cortaillod, qui décroche la timbale.

En spécialités blanches, un gewurztraminer sec de la Cave Andrey, à Gléresse, s’impose, devant deux sauvignons blancs du lac de Bienne.

Enfin, c’est le gamaret 2013, de Nicolas Ruedin, à Cressier, qui dame le pion de deux assemblages «classiques» (gamaret, garanoir, pinot) neuchâtelois, en spécialités rouges. Homme en vue, qui pourrait remplacer à la tête de l’Interprofession de la vigne et du vin suisse un autre Neuchâtelois, Laurent Favre, élu au Conseil d’Etat de son canton, Nicolas Ruedin avait vendu le matin même une palette de ce gamaret à Shanghaï !

Genève : triomphateur multirécidiviste

Le lendemain, rebelote, à Genève, dans la cour de l’Hôtel-de-Ville, avec la 16ème Sélection des vins de Genève. Le vignoble du bout du lac (Léman) fut le premier, il y a 15 ans, à instaurer un concours régional et reste pionnier dans la manière de déguster, non par consensus autour d’une table, mais par passage de chaque vin en ordre différent pour chaque juré, afin de garantir un pointage sans influence de groupe. 654 vins ont été aisni passés à la moulinette. Les 61 médailles d’or sont allées à une quarantaine de caves.

L'oenologue Sébastien Schwartz, du Domaine Les Perrières.

L’œnologue Sébastien Schwarz, du Domaine Les Perrières, à gauche.

Grand vainqueur, le Domaine des Perrières, à Peissy. En 2014, il avait raflé huit médailles d’or ; en 2015, il a battu son propre record, en en ajoutant une ! Le Château du Crest, à Jussy, suit avec 5 médailles, puis la Cave de Genève, à Satigny et la Cave Les Crêtets, à Peissy, avec trois. C’est cette dernière, de Sophie et Philippe Plan, qui se voit décerner le «sanglier de bronze» du meilleur pointage obtenu par un vin, un pinot noir 2014, large et d’une belle ampleur.

Cette jeune cave, conseillée dès ses débuts par l’œnologue des Perrières, Sébastien Schwarz, double la mise avec son cabernet franc 2013, salué par les cafetiers-restaurateurs genevois. Ceux-ci n’auront pas l’obligation de servir des vins genevois — au contraire des Vaudois —, selon une récente décision du Grand Conseil.

Des assemblages rouges en retrait

Un quintette de journalistes spécialisés a distingué, dans une catégorie imposée par l’organisateur, l’OPAGE, un chasselas, du Domaine des Alouettes, à Satigny, vinifié dans le «Grand Genève», à Rolle, chez Schenk, comme l’a précisé le vigneron Jean-Daniel Ramu.

Le Prix Tradition attribué par les Vieux Grenadiers ne pouvait échapper au grand triomphateur de ces joutes, le Domaine des Perrières, meilleure note combinée des deux cépages historiques du vignoble genevois, le chasselas et le gamay. On notera que son amusante bouteille minuscule de 28 cl appelée Picholette de Genève a obtenu l’or, en assemblage blanc et rouge 2014.

Les assemblages rouges sont la catégorie la plus présente à la sélection des vins de Genève, avec 78 vins (devant 60 rosés, 53 gamays, 52 chasselas et 51 pinots noirs), mais relativement peu primés cette année, avec huit vins, un 2011, deux 2012, trois 2013 et deux 2014, dont celui de la nouvelle gamme de la Cave de Genève, Trésor.

Les vainqueurs des prix spéciaux de la Sélection de Genève 2015, deux Ramu, Jean-Daniel, à g. et Mathurin, à dr. entourent le nouveau titulaire du «sanglier de bronze», Philippe Plan. (photo OPAGE-agence REZO).

Les vainqueurs des prix spéciaux de la Sélection de Genève 2015, deux Ramu, Jean-Daniel, à g. et Mathurin, à dr. entourent le nouveau titulaire du «sanglier de bronze», Philippe Plan. (photo OPAGE-agence REZO).

Les élèves de l’Ecole hôtelière de Genève ont aussi distingué un assemblage rouge 2012 du Domaine de Chafalet, à Dardagny, vinifié par un jeune, Mathurin Ramu, qui succède à son père Guy. Mais aucun «Esprit de Genève» ne figure au palmarès, pourtant c’est le vin porte-drapeau du troisième canton viticole suisse. Derrière Vaud, qui présentera les résultats de sa sélection le 9 juillet à Montreux, et le Valais, qui a supprimé son système de deux dégustations par année, au printemps et en automne, pour ne garder que celle d’automne. Son palmarès sera proclamé avant celui du Grand Prix des vins suisses, dont les échantillons sont jugés à Sierre en cette fin de mois de juin (du 22 au 27 juin 2015).

De Gals et Genève, Pierre Thomas

Paru dans Hôtellerie & Gastronomie Hebdo du 25 juillet 2015.