Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Posté le 14 juillet 2013 dans Edito

Un été à boire suisse!

Un été à boire suisse!

Vous vous y connaissez en vins? Découvrez notre quizz, publié par l’excellent quotidien fribourgeois La Liberté.

Cet été, on a droit à une de ces polémiques servie chaude durant la canicule sur le vin importé par les consommateurs, en oubliant un chiffre: il en coûte 36 centimes par bouteille si l’on importe aujourd’hui jusquà 32 bouteilles de vin étranger pour sa consommation perso.

Et puis, on n’a jamais autant parlé de chasselas, du moins dans le canton de Vaud. Les résultats officiels de la Sélection des vins vaudois sont publiés, avec notre commentaire et nos propres pointages pour les 40 meilleurs vins vaudois.

Le 2ème Mondial du Chasselas, même si la catégorie reine à couronné un vin allemand, a fait la part belle aux chasselas vaudois, notamment aux dézaleys, dans les vieux millésimes. Le Dézaley retrouve son rang d’AOC propre et qui plus est uniquement en Grand Cru et les vignerons ont fêté l’événement sur le Léman. Terravin, quant à lui, label longtemps réservé aux seuls chasselas, a passé le cap du demi-siècle. Et Arte Vitis, le cercle de qualité des meilleurs vignerons vaudois, a fêté ses dix ans au tout début de cet été. Bref, à toutes ces occasions, il s’en est bu, du chasselas ! A quelle température ? Nos conseils pour boire au bon degré, les vins suisses cet été

Et les chasselas, cépage lémanique, n’a laissé indifférent ni les Genevois, qui en ont sacré un champion cantonal, ni même les Neuchâtelois et leur Gerle d’Or, qui lui est consacré. Genève cultive pourtant une belle brassée de cépages, comme le montre le Domaine du Paradis, à Satigny.

Et les Valaisans ? Leur sélection cantonale se déroule au printemps et en automne : nous avons publié ici les 50 meilleurs vins du Valais, tiré de ce concours, selon notre propre pointage.

Autre nouvelle réjouissante, la biodynamie et le respect de la nature gagnent le vignoble, notamment vaudois. Exemple avec un… Fribourgeois, un des deux vignerons et caviste du Domaine des Faverges à Saint-Saphorin.

Voilà donc de nombreux sujets sur les vins suisses. Pour le plus lointain, il faudra attendre l’automne. Il nous réservera de belles surprises du côté de l’Asie, que nous partagerons ici même, dès notre retour d’un périple viti-vinicole sino-japonais au long cours.

Bon été et à bientôt !