Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Posté le 2 novembre 2014 dans Edito

Décembre et la pêche au gros

Décembre et la pêche au gros

On touche à la fin de l’année. N’hésitez pas à partager des magnums avec vos amis! C’est souvent, du chasselas en pot vaudois 1822 au champagne millésimé ou non, en passant par quelques uns des meilleurs vins rouges, une bonne manière de régaler toute une tablée!

On rappelle que les Vaudois ont désigné leurs Lauriers de Platine du Label Terravin et même leur vin (et leur fromage) par le Conseil d’Etat. Et les Valaisans ont désigné leurs huit vins, «étoiles» de l’année.  Que le Guide Michelin Suisse 2015 a distribué ses étoiles: trois nouvelles, seulement, en Suisse romande, Damien Germanier, à Sion, Les Alpes à Orsières et La table du Sapin à Charmey (Gruyère/FR).

Et puis, fin novembre, l’Italie a réussi à inscrire le mode de culture en gobelet du cépage zibibbo à Pantelleria sur la liste du Patrimoine immatériel de l’UNESCO: c’est la première fois qu’une tradition viticole, et même agricole, y est inscrite. Rappelons que la Suisse a l’intention de présenter ses traditions sur cette même liste, distincte de celle qui a vu le vignoble de Lavaux classé au Patrimoine mondial.

Dans la mouvance des affaires secouant le petit monde du vin suisse (débat à écouter ici), un cas de Saint-Saphorin assemblé à outrance relance le débat autour des AOC, notamment vaudoises, mal fagotées et pousse-au-crime. Dans Le Temps du 13 novembre 2014, Pierre-Emmanuel Büss fait l’inventaire des positions actuelles. Le dossier vers un contrôle unique des domaines et des caves paraît avancer, avec un accent mis sur les transactions du vin en vrac (les membres de l’Association des vignerons-encaveurs s’engagent de leurs côtés depuis longtemps à n’acheter que 2’000 litres par an dans la même appellation).

De leur côté, les Valaisans annoncent qu’ils vont mettre en commun toutes les informations sur le vignoble et les caves dans une banque de données. On en a débattu en direct, à Forum (Radio romande), avec le président du Conseil d’Etat valaisan, Jean-Michel Cina, le soir du 2 novembre. Le magistrat avait pris de court l’Interprofession de la vigne et du vin du Valais, qui a adopté et rendu public le «rapport intermédiaire» pour le projet Viti 2020, le 26 novembre.

Dans la foulée, mon coup de gueule sur les dossiers en cours et les réactions diverses et variées.

Ce qui n’empêche pas la Cave de Bonvillars de croire en l’avenir, en ouvrant une nouvelle cave, dotée d’un magasin en vente direct… Et coup de chapeau aux Valdo-Valaisans Grognuz père et fils, Marco et François, champions du pinot noir, de la syrah et du… chasselas! Et toujours des nouvelles, de l’Académie Internationale du Vin, qui siégeait en décembre, à Genève, et du Lausannois du Priorat, Fredi Fresquito Torres.

En Suisse, deux livres, viennent de paraître, qui font le tour de quelques producteurs et des vins suisses pour les anglophones. En attendant notre commentaire conjoint sur «Vu et bu de Zurich», sur le petit guide des 100 meilleurs domaines viticoles de Suisse choisis par Thomas Vaterlaus et l’hommage de Chandra Kurt à Louis-Philippe Bovard, 80 ans cette année, à travers le chasselas.

Et enfin, de nos récents voyages (mon reportage croisé entre le vignoble de la Rueda, en Espagne, et de Collio, en Italie), on a ramené des impressions de Châteauneuf-du-Pape, traduites en une page dans La Liberté (PDF à ouvrir ici) et dans six portraits de domaines distribués en Suisse, pour Hôtellerie & Gastronomie Hebdo.

Bonne lecture et à bientôt pour de nouvelles aventures!

Pierre Thomas