Pages Menu
Categories Menu

Posted on 6 décembre 2019 in Actus - News

Etoiles du Valais 2019 : une constellation équilibrée

Etoiles du Valais 2019 : une constellation équilibrée

Comme chaque année en décembre, le Valais a fêté les vins les mieux notés, les huit «étoiles d’or», à la Sélection des vins du Valais, dans un restaurant de Berne. Un palmarès étonnamment équilibré !

Par Pierre Thomas

On parle parfois de «hasard» pour les concours. En 2019, il a bien fait les choses ! Jugez-en… A tout seigneur, tout honneur, Leytron est connu comme le village de l’humagne. Et bien, le meilleur pointage de la Sélection des vins du Valais, qui fera de ce vin un «ambassadeur», salué par le prix de Swiss Wine Promotion, a été obtenu par l’humagne rouge 2018 de la Cave du Bosset, une cave historique de Leytron. Elle est menée depuis trente ans par deux anciens enseignants de Changins, l’œnologue Romaine Blaser-Michellod, et son mari Christian Blaser, très impliqué dans la viticulture respectueuse de l’environnement en Valais. Ce vin correspond, du reste, aux critères du label bio du «bourgeon» (en reconversion). Grâce au splendide millésime 2018, les tanins de cette humagne rouge, cépage tardif, sont plus souples que dans certains millésimes plus frais, où le côté «sauvage» le dispute au végétal…

Christian Blaser et Romaine Michellod, à Berne, avec leur diplôme de meilleur vin du Valais.

Le carton des Coteaux de Sierre

C’est aussi le seul vin du centre du Valais récompensé. Les sept autres proviennent d’au-delà de Sion. Autre vin produit selon des critères bio, la Syrah Crêta-Plan 2017, des Domaines Rouvinez, à Sierre. «Le vin le plus corsé de la journée», a justement commenté le sommelier Geoffrey Bentrari, formé à Sierre, et qui officie au Président Wilson à Genève. Quant à la dôle 2018, de Gilles Berclaz, de la Cave Sainclair, à Loc sur Sierre, sa désignation, dévoilée le jour-même lors de la cérémonie menée pour la dixième fois par Gérard-Philippe Mabillard, le directeur de l’Interprofession de la vigne et du vin du Valais (IVVV), n’a pas été une surprise pour son auteur : c’est la seule médaille d’or attribuée à une dôle lors de cette Sélection. Le cornalin «étoile d’or», le 2017 très riche, et même suave, typé cerises rouge et noires, provient du Soleil de Varone, Hans Bayard, à Varen.

A ces quatre rouges font écho quatre blancs. Deux Sierrois sont récompensés, l’ancien enseignant spécialisé Francis Salamin, La Danse, à Miège, avec un fendant Les Corles 2018, issu d’un coteau calcaire, d’une belle minéralité, avec sa pointe d’amertume finale. Autre Sierrois récompensé pour son Johannisberg 2018, de facture plutôt fraîche et moderne (sans malolactique), Serge Heymoz, Les Sentes. Il a souligné que les concours sont avant tout l’occasion d’une caisse de résonnance pour les vins jugés à l’aveugle par des professionnels.

Des caves (déjà) trentenaires

Souvent distinguée, la Cave de l’Orpailleur, à Uvrier ne fait pas mentir le titre de sa petite arvine, «L’or de la terre» 2018, où l’ample structure du vin l’emporte sur les arômes primaires. Frédéric Dumoulin fête ses 30 ans de vinification, comme Joël Briguet, de la Cave La Romaine, à Flanthey. Son heida 2017, Réserve des Empereurs, élevé douze mois en barriques, est sans doute le vin le plus ambitieux de cet octuor, qu’il est possible de commander en coffret (220 francs pour les huit flacons), à l’IVVV. En douze ans de compétition, La Romaine a obtenu cinq «étoiles d’or», pour cet heida, un johannisberg, un cornalin et deux fois pour l’humagne rouge, retenue parmi les 55 vins de la Mémoire des vins suisses.

Au 1er rang, on reconnaît le couple Blaser-Michellod, puis derrière, l’équipe de La Romaine, Edith et Joël Briguet, leur oenologue Vincent Tenud, et Francis Salamin, «roi du fendant» 2019. (photos IVVV)

Cette année, ce sont 854 vins, provenant de 126 producteurs, qui ont été jugés. 19 petites arvines ont décroché une médaille d’or, 18 fendants, 10 johannisberg et 6 païens, ainsi que 12 autres cépages blancs (dont l’humagne blanche et le muscat), 12 vins blancs avec plus de 4 grammes de sucre (dont l’amigne) et 7 vins liquoreux (plus de 50 g. de sucre). En rouge, humagne et cornalin, cépages identitaires du Valais, arrivent en tête avec 10 médailles d’or, le pinot noir suit avec 8, puis la syrah, 7, et le gamay, 6. Seul assemblage accepté par la Sélection, la dôle «étoile d’or» est la seule médaille d’or, alors que 6 rosés sont également distingués.

Le PDF des vins médaillés d’or et d’argent peut être téléchargé sur le site de l’IVVV (lien ici).

Sur le net : www.lesvinsduvalais.ch

Paru dans Hôtellerie & Gastronomie Hebdo du 18.12.2019

©thomasvino.ch