Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Posté le 25 octobre 2009 dans Midi 20

M.-Th. Chappaz: deux dégustations prestigieuses

M.-Th. Chappaz: deux dégustations prestigieuses

Semaine du Goût 2009 et
vins de Marie-Thérèse Chappaz

Deux dégustations de prestige

Pour célébrer la marraine de la Semaine du Goût (17 au 27 septembre 2009), l’icône du vignoble valaisan Marie-Thérèse Chappaz, le Midi 20 a organisé deux dégustations de prestige, le mardi 22 et le mercredi 23 septembre. Les deux étaient animées par Pierre Thomas (www.thomasvino.com), associé du Midi 20 et membre du comité qualité vaudois de la Semaine du Goût.

GrainNoble.jpg

Ces deux verticales sont à marquer d’une pierre blanche (et rouge…). Chaque millésime de Grain Noble (uniquement ermitage) a révélé des arômes et des saveurs bien particuliers : 1994 typé Tokay, aux notes finales de safran ; 1995, magnifique, sur l’abricot confit ; 1996, très rôti, gras, avec des arômes de truffe blanche après deux heures d’ouverture ; 1998, très frais, sur l’ananas, le citron vert, puis le thé noir ; 1999, à nouveau Tokay et finale sur les agrumes confits ; 2000, écorce d’orange confite, safran, belle longueur en bouche ; 2001, thé noir, soutenu par une belle acidité, juteux, élégant ; 2003, floral et miellé à la fois, gras, long, finale confite ; 2004, d’une très belle liqueur, avec un soupçon de barrique ; le 2005, enfin, où la vigneronne de Fully avait dû assembler Petite Arvine et Marsanne : un nez de cognac, bien soutenu par l’acidité.
Bref, une verticale exceptionnelle, la plupart de ces vins étant purement et simplement introuvables !

Grain noir: toute la subtilité d’un grand merlot

GrainNoir.jpg

Rebelotte le lendemain, avec Grain Noir, l’assemblage de cabernet sauvignon, franc et merlot — ce dernier étant toujours plus présent dans les récents millésimes. Pour beaucoup, ce rouge valaisan de style bordelais (!) a constitué une très agréable surprise. La plupart des vins étaient à leur apogée, avec des arômes caractéristiques de fumée froide (qu’on retrouve souvent sur les grands pomerols), de moka et de chocolat et une parfaite intégration de l’élevage (dix-huit mois de barrique neuve). 2002, 2000 et 1998 s’inscrivaient au sommet, devant 2001 et 1997, 1996 un peu en retrait, tout comme le très atypique 2003 (l’année de la canicule !). Pour terminer, deux Humagnes rouges (2000 et 2004), vin sauvage, aux arômes végétaux caractéristiques, aux antipodes des cuvées précédentes, évidemment…
Les participants à ces deux dégustations d’anthologie sont repartis heureux. Une expérience à renouveler, mais avant la prochaine Semaine du Goût (16 au 26 septembre 2010)…. L’édition 2009 a réuni 270’000 personnes pour les 1’300 événements organisés aux quatre coins du pays (
www.gout.ch).