Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Vendanges et Semaine du goût

La Semaine du Goût, se déroule, dans toute la Suisse, jusqu’à dimanche 23 septembre. Lugano est la ville du goût. Mais le programme se déroule tous azimuts, dans toute la Suisse: il suffit de lancer le moteur de recherche pour trouver une activité près de chez soi…

Dans les news, le salon Arvinis file au bout du lac de… Genève, et aura lieu en automne 2019 (et non au printemps). Et Berne entend bien mettre à l’ordre du jour de la PA 22 + le chantier des nouvelles AOP – IGP euro compatibles. Le conseiller fédéral J. Schneider-Ammann l’a fait savoir aux Romands réticents!

Cette année 2018 est précoce pour le raisin et fut très chaude, mais la vigne a, semble-t-il, moins souffert, notamment de manque d’eau, que lors du fameux millésime 2003, qui reste le plus chaud de l’Histoire, même si un blocage de maturité s’est fait sentir. Ailleurs, certains vignerons tablent sur un calendrier proche de l’an passé (2017), avec une récolte quantitativement normale (la France annonce un retour à la normale, notamment…).

Dans le canton de Vaud, la vendange devrait débuter autour du Comptoir (suisse) de Lausanne, sans doute la 99ème et ultime édition également du jusqu’au 24 septembre! On a lu, aussi, le livre publié à l’occasion des 75 ans de la Cave des viticulteurs de Bonvillars, construite, à l’époque, parce que le premier règlement sur les appellations vaudoises interdisaient à ces producteurs de la rive vaudoise du lac de Neuchâtel de livrer leur raisin dans une cave de Cortaillod (NE). Cette année, leur merlot Gourmand 2016 a remporté les Lauriers de Platine rouges du label Terravin…

A Sierre, où s’est joué le Grand Prix du Vin Suisse (résultats pas avant le 18 octobre à Berne, mais notre commentaire étayé sur les nominés), on a proclamé, en lever de rideau de VINEA, le palmarès du Mondial des Pinots. Entretemps, un jury adhoc de GaultMillau Suisse a désigné son top 125 des vignerons suisses: jusqu’ici, ils n’étaient que 100, plus 10 icônes. Parmi ces 135 grands noms des vins suisses, un bon tiers figure dans la Mémoire des vins suisses (www.mdvs). Et chaque année, GM désigne les «petits jeunes qui montent»: cette année, seuls Romands, les frères Simonet, du Vully (fribourgeois).

Et puis, le grand chef Georges Wenger, bientôt 65 ans, et son épouse Andrea ont annoncé qu’il prendront leur retraite à la fin de l’année et remettront les clés de son restaurant à côté de la gare du Noirmont au second de Crissier (en mains uniques de Frank Giovannini) le Jurassien (français) Jérémy Desbraux, 32 ans,et sa compagne Annaëlle Roze (qui a travaillé 4 ans en cuisine chez Wenger!). On avait passé une journée avec Georges Wenger, double étoilé Michelin et 18/20 GaultMillau. Les futurs tenanciers ont d’ores et déjà affirmé qu’ils continueront à servir un menu de la Saint-Martin revisité…

Tout le monde le constate: il y a trop de concours et trop de médailles. Et pourtant, chaque année davantage de producteurs présentent plus de vins!

Ce qui n’empêche pas le système de fonctionner à trois ou quatre étages:

— le premier, placé en début de printemps, avec les concours internationaux, comme celui de Bruxelles, cette année à Pékin, en 2019 à Aigle; et les «mondiaux» suisses que sont ceux du Merlot, du Chasselas (palmarès ici) et des Pinots…

— le deuxième, les sélections cantonales, à Neuchâtel (palmarès), à Genève (palmarès) et à Lausanne (palmarès), chacune avec sa brassée de médaillés d’or. En principe, ces sélections servaient à mettre sur orbite le… Même Lucerne s’y met: cette année, 6 catégories primées pour 30 hectares de vignoble!

Grand Prix du vin Suisse (GPVS), à Sierre; ce 12ème s’approche toujours plus des 3’000 vins (2867) de plus de 500 (525) caves; malgré le petit millésime (en quantité), la moitié des vins jugés en juin à Sierre sont de ce fameux 2017. Avant le palmarès, proclamé le 18 octobre à Berne, les vins «nominés» (6 par catégorie) ont été re-dégustés par un super-jury (j’en ai fait partie), les 9 et 10 août, à Sierre.

Bref, plus il y a de médailles en jeu, plus les producteurs sont contents! Les bios suisses ont même droit à deux compétitions concurrentes, l’une plutôt alémanique, l’autre romande… Où les Vaudois se mettent aussi au «vin nature». Ou se convertissent à la biodynamie.

Après avoir participé au jury des trois plus importants concours internationaux du printemps (Mundus Vini, Vinalies de Paris, Concours Mondial de Bruxelles), j’ai aussi «tourné» en Suisse et dans le monde: après le Chili sur la trace des Suisses, la Moldavie, la Toscane, chez les marquis Frescobaldi, en Sardaigne, à la poursuite du vermentino, en Chine, dans le Ningxia… ou la dégustation du dernier millésime du sauvignon blanc néo-zélandais de Cloudy Bay.

Et toujours, dans le magazine life style (presque) mensuel, supplément du Matin-Dimanche et de la Sonntagszeitung (soit le plus gros tirage papier de Suisse…), ma rubrique Bonne bouche: la dernière (parue le 16 septembre) est consacrée au merlot du Tessinois Enrico Trapletti.

Bonne lecture et bonnes vendanges!

Pierre Thomas, journaliste indépendant (d’esprit).