Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Posté le 16 juin 2006 dans Récemment dégusté

Newsletter Juin 2006

Newsletter Juin 2006

Newsletter de Pierre Thomas aux abonnés de thomasvino.ch de juin 2006
La crème de la crème des vins suisses
Pour la troisième fois, les régions viticoles suisses ont organisé des présélections pour qualifier leurs meilleurs vins à la finale du Concours national des vins suisses, à Sierre, fin juin. Dans un premier temps, des jurys (de cinq professionnels en règle générale) ont «écrémé» les candidats, qui étaient libres de présenter des vins. (Certains vignerons et parmi les plus réputés et les plus médiatiques, boudent cette procédure, il faut le savoir.) Ensuite, des «petits comités» ont redégusté les meilleurs vins, qui pour la partie helvétique du Guide Hachette des vins 2007, qui pour une «superfinale cantonale».
En attendant d’aller à Sierre pour la finale nationale, j’ai été convié, à Lausanne et à Sierre, début juin, pour déguster les meilleurs vins vaudois et valaisans, principalement du millésime 2005. Voici donc les références de cette «crème de la crème», avec les pointages ou les rangs officiels et mes propres coups de cœur.
***
Les champions vaudois
(rappel : 3500 ha de vignes, 2ème producteur de vin en Suisse)

«Réduit national» du chasselas en constante diminution en Suisse (le pinot noir, pour la première fois depuis 1940, lui est passé devant en 2005, quant à la surface cultivée en Suisse…), les dégustateurs vaudois ont, naturellement, classé ces vins blancs avec de très hauts pointages, parmi près de 900 vins passés à la moulinette des papilles. Le plus haut pointage a été obtenu par le
1) Villette, The Swiss Sushi Wine 2004, du Domaine du Daley, racheté il y a quelques mois par un investisseur privé, la famille Séverin (chaîne de drugstores Sunstore), 95,8 points/100 — un pointage surprenant compte tenu du millésime.
2) coup de cœur (CC), le Dézaley La Gruyre 2005, de Hegg et fils à Epesses, 95 pts
3) CC, le Tartegnin 2005 de J.-C. et Nicolas Jaccoud, à Tartegnin, 94,2 pts
4) Begnins, Domaine des Grâces 2005, UVAVINS, Tolochenaz, 94 pts
5) Bursinel, Au Grand Clos 2005, Eric et Roland Widmer, Bursinel, 93,8 pts
6) CC, Villette, Les Echelettes 2005, Jean-Daniel Porta, 93,6 pts
7) Morges, Clos des Abbesses 2005, Henri Cruchon et fils, Echichens, 93,4 pts
8) Ex-aequo, et CC Féchy, Martheray 2005, Richard Aguet, 93,2 pts
9) Ex-aequo, Villette, Les Barberonnes 2005, Jean Vogel & Fils, Grandvaux, 93.2
10) Vinzel Tradition 2005, Vincent Beetschen, 93 pts et Aigle Le Golliez 2005, Charly Blanc & Fils, Yvorne, 93 pts
Dans les vins blancs dits «spécialités», à noter les excellents pointages du :
Gewurztraminer 2005, Galisse, Pierre Cretegny, Château de Crans-près-Céligny, 91,5 pts et CC, le Sauvignon blanc 2005 du Domaine de la Doye, J.-J. Dutruy et fils, à Coppet, 91,8 et, CC, le Sauvignon gris de Begnins 2005 du champion vaudois de la viticulture bio, Reynald Parmelin (91 pts).
Deux vins en barriques sont remarquables, l’As de Cœur blanc 2004 de Schenk SA à Rolle, un assemblage (91 pts) et le Chardonnay Réserve du Domaine du Crépon à Villeneuve (91,8 pts).
Toujours dans les blancs, mais liquoreux cette fois, Le Couquin 2004, de Bonvin et Cheseaux, à Lavey-les-Bains (91,4 pts) et un formidable (CC/92,4 pts)) Elixir de Fabio Penta, l’œnologue de chez Hammel, à Rolle, qui signe aussi de très beaux rouges (voir ci après…).
En rouge, coup double de Fabio Penta, en tête avec deux vins, dont le premier en coup de coeur :
1) Merlot et cabernet franc 2004 du Clos du Châtelard, à Villeneuve, 94,4 pts
2) Assemblage Quatuor 2004, Domaine du Montet, à Bex, 93,6 pts
3) Cuvée Pacifique 2005, de Philippe Bovet à Givrins sur Nyon, 93,2 pts ; bel exploit pour ce jeune vigneron et ce gamay juvénile, CC
4) Pinot noir en barriques d’Yvorne 2004, Henri Badoux S.A., Aigle, 93 pts
5) Ex æquo, le Grand Brocard 2005, assemblage rouge des Caves Cidis, Tolochenaz, 93 pts
6) Gamaret-Garanoir 2004 de Mani Robin à Bursinel, 92,8 pts
7) Pinot noir 2004 de Jean-Jacques Steiner, Coteau de Vincy, 92,4 pts
8) Gamay sur le fruit 2004, Cecilia Renaud, Nyon (vinifié par P. Bovet), 92,2 pts
9) Pinot noir barriques Galisse 2004, Château de Crans, Pierre Cretegny, 92 pts
10) Syrah de Saint-Saphorin 2004, de Grognuz Frères et Fils, Villeneuve, 91,8 pts, et coup de cœur personnel, une fois de plus, pour ce (trop rare) classique des rouges des murs de Lavaux…
L’Office des vins vaudois (www.ovv.ch) publiera une édition complète de la revue Le Guillon, à la fin de l’été, avec les pointages et les commentaires de dégustation des meilleurs vins, qui se retrouveront aussi dans le Guide Hachette des vins 2007.
***
Les «étoiles» valaisannes
(5000 ha, plus grand canton viticole, un tiers du vignoble suisse)
Pour mettre en valeur ses «étoiles» qui sont bien plus que les treize de la bannière cantonale, le Valais a décidé de convoquer un petit comité pour déguster les meilleurs vins et désigner ainsi des champions par catégorie. Avec quelques journalistes alémaniques (Barbara Meier, Geny Hess) et des dégustateurs fameux (le local de l’étape, Domnique Fornage, patron du Château de Villa, et Gianni Fabrizio, membre du comité du guide italien Gambero Rosso), on s’est donc retrouvé à cinq, mardi 13 juin pour déguster en rafale (et à l’aveugle !) ces nectars, tous du millésime 2005. Voici le verdict et mes coups de cœur personnels quand ils s’écartent du consensus général :

Chasselas-Fendant (quelques très beaux spécimens)
1) Rêverie, Grand Cru Vétroz, Régence-Balavaud SA, Vétroz (second coup de coeur)
2) Le Béliard, Grand Cru Vétroz, Les Fils Maye, Riddes
3) Les Fers de Lance, Cave St-Philippe, Philippe Constantin, Salgesch (premier coup de cœur)

Petites arvines (encore très fermées, trio ex-aequo non départagé!)
La Cave du Verseau, Stéphane Clavien, à Veyras, Gérald et Patricia Besse, à Martigny-Croix
et La Siseranche, Maurice Giroud, à Chamoson, sont classés ex-aequos.
Mon coup de cœur va à la petite arvine de Renald Tenud, Cave de la Corne-Rouge, à Sierre, devant celle de David Rossier, à Leytron, deux outsiders.

Johannisberg (la typicité se cachait…)
1) Cave Les Ruinettes, Serge Roh, Vétroz
2) Rhonegold, Provins-Valais, Sion
3) Cave Les Sentes, Serge Heimoz, Sierre
Ce dernier vin était mon second coup de cœur, derrière un magnifique vin, bien typé de Chamoson, le terroir de prédilection du johannis’, des Fils et Bernard Coudray, de la Cave La Tourmente, à Chamoson.

Malvoisie (pinot gris doux — un surprenant trio victorieux de Salgesch !)
1) Malvoisie flétrie de la Cave St-Philippe, Philippe Constantin, Salgesch
2) Malvoisie Grains Nobles, Vins des Chevaliers, Salgesch
3) Malvoisie flétrie Caves Fernand Cina SA, Salgesch
Je leur ai préféré deux vins plus délicats, Le Primat, Les Fils Maye, à Riddes, et la Malvoisie flétrie de Rouvinez Vins à Sierre.

Dôle (quelques beaux exemples de ce rouge traditionnel…)
1) Cave Ardévaz, Michel Boven, Chamoson (mon coup de cœur, splendide illustration d’un vin friand et classique du genre…)
2) Les Mazots, Maurice Gay SA, Chamoson
3) La Tornale, Jean-Daniel Favre, Chamoson
J’ai donné un accessit à la Dôle de Champortay, de Gérald et Patricia Besse, à Martigny-Croix, un bel exemple de dôle «nouvelle vague».

Humagne rouge (série plus homogène que les Cornalins)
1) Cave la Madeleine, André Fontannaz, Vétroz
2) Vieilles Vignes, Philippe Darioli, Martigny (mon 2ème coup de cœur…)
3) Philippoz Frères, Leytron
J’ai bien aimé le travail sur l’humagne de la Cave du Rhodan, les frères Mounir, à Salgesch, avec une belle typicité «écorce de chêne»…

Cornalin (voir ci-dessus)
1) Philippe Darioli, Martigny (un vin rouge magnifique, mon coup de cœur, qui salue le talent du vinificateur, deuxième en humagne…)
2) Grand Brûlé, Etat du Valais, Leytron
3) Cuvée des Empereurs, Cave La Romaine, Joël Briguet, Flanthey
J’ai bien noté, pour ma part, le quatrième, Cornalin Patrimoine, Vins des Chevaliers, Salgesch.

Syrah (les plus difficiles à apprécier, après sept mois d’élevage seulement…)
1) Cave La Tine, Hervé Fontannaz, Vétroz
2) Philippoz Frères, Leytron
3) Cellier de la Dzaquette, Pierre-Luc Remondeulaz, Chamoson
J’ai, pour ma part, préféré la classique et prometteuse syrah de Defayes-Crettenand, à Leytron, un archétype confirmé, et, pour un élevage en chêne bien présent, mais élégant, la Syrah Patrimoine, des Vins des Chevaliers, à Salgesch.

Les meilleurs vins valaisans se retrouveront aux Labels Nobilis et au Guide Hachette. Les «étoiles» ont fait l’objet d’une annonce publicitaire dans la presse dominicale, par l’Interprofession de la vigne et du vin du Valais.

Voilà de quoi faire des achats bien ciblés dans les cantons de Vaud et du Valais. Avec deux bémols : en ne goûtant que le haut de la sélection, j'ai pris le risque de passer à côté de très beaux vins de caractère éliminés auparavant par un autre jury, sans avoir une vue d’ensemble de tous les vins présenté. Et, rappel, certaines «vedettes» consacrées renoncent à présenter leurs vins. On ne peut guère les blâmer, ces dégustations dites «de spécialistes» livrant leur lot d’incertitudes.
Pour résumer, tous les meilleurs vins sans exception ne sont pas primés, mais la sévérité des jurys fait que les vins primés sont remarquables, sauf rare exception.

Pierre Thomas, le 15 juin 2006.