Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Posté le 23 décembre 2015 dans Récemment dégusté

Mémoire des vins suisses (MDVS)   2015, les 20 vins que j’ai préférés

Mémoire des vins suisses (MDVS)
2015, les 20 vins que j’ai préférés

Fondée en 2002 — un millésime fort intéressant, voir plus loin ! — le projet de la Mémoire des vins suisses a pour but de réunir des vins représentatifs de la Suisse et de vérifier leur capacité d’évolution dans le temps. Je fais partie de ce projet depuis quelques années.site_mdvs

Pour la première fois, en décembre, à Zurich, au siège de la MDVS, chez Andreas Keller, j’ai rédigé la synthèse des commentaires des «dégustations de vérifications», avec un petit jury, varié dans sa composition selon les matinées, de journalistes et spécialistes, hors producteurs.

Les commentaires figurent en regard des vins sur le site Internet de la MDVS. Mais, sur les quelque 150 vins dégustés et annotés en six jours, j’ai repéré quelques pépites, que j’ai notées à 19 points (la MDVS ne publie pas de notation officielle). Ces commentaires, bien sûr, n’engagent que moi! Ils ne portent que sur des vins des années dégustées, soit 2002, 2008, 2011 et 2014, de la cinquantaine de vins du «trésor» de la Mémoire.

Les blancs

Parmi les chasselas, celui de Pierre Monachon, président du label Terravin, qui a transmis son domaine à son fils Basile, cette année :

Saint-Saphorin Les Manchettes, Domaine Monachon 2014

Robe pâle ; nez intense, bien balancé entre les fruits jaunes et les herbes fraîches ; attaque assez ronde, riche ; notes minérales et de fruit de la passion ; mûr ; gras, puissant.

Et un très beau

Saint-Saphorin Les Manchettes Dom. Monachon 2011

Robe pâle ; nez agréable, d’herbes aromatiques, de tilleul et de verveine ; attaque fraîche, CO2 ; bon volume, du gras, des fruits jaunes, matière mûre ; finale minérale ; puissant et long ; assez souple.

En 2014, belle réussite du fendant

Clos de Mangold VV, Domaine Cornulus 2014

Jaune clair ; nez intense, herbes aromatiques, anis, note fumée aussi ; attaque citronnée ; citron vert ; de la fraîcheur, mais de la profondeur ; mangue, ananas.

En Valais, 2014 fut assez difficile pour la petite arvine. Mais la dernière signée sous la direction de l’œnologue Madeleine Gay, qui a pris sa retraite en cette année 2015, est magnifique :

Petite Arvine Maître de chais Provins 2014

Jaune clair, reflets verts ; nez intense, de brûlon, de fruits jaunes mûrs, de zeste d’agrumes ; un peu de CO2 ; attaque sur le grapefruit, le litchi ; belle fraîcheur, bonne acidité, belle typicité et bonne intensité !

Elle rejoint une 2008 étonnante, même si la petite arvine est souvent préférable sur ses arômes primaires…

Petite Arvine Maître de chais Provins 2008

Jaune doré ; nez intense de pâtisserie («lemon pie»), notes d’agrumes confits et de pétrole ; attaque fraîche, jeune ; beaucoup de puissance aromatique ; le vin a gardé ses arômes de grapefruit rose, mais l’amertume est plus intense que sur un vin jeune ; du gras ; belle matière, complexe, riche et typé !

Dans les vins moins sur le fruit, davantage travaillé, en Valais :

Marsanne Les Claives Yvon Roduit 2014

Nez d’herbes aromatiques et sèches, notes balsamiques ; attaque sur les mêmes notes qu’au nez ; un vin cohérent, bien construit ; boisé perceptible, avec des notes d’eucalyptus, de menthe ; finale assez large et bon soutien acide.

Et une confirmation au plus haut niveau, pour le coup de cœur parmi les blancs,

Traminer du Vully 2011, Cru de l’Hôpital, Christian Vessaz

Nez puissant, ouvert, sur le citron confit, fleurs blanches, les glycines, le lila ; attaque ample, grasse, calisson d’Aix (pâte d’amande-citron confit) ; beau gras, magnifique complexité.

Les rouges

En rouge, le millésime-révélation fut le 2011. Sans doute la meilleure année depuis 2009 et avant 2015. 2011 a convenu notamment au pinot noir, le cépage le plus planté en Suisse. Un exemple vaudois :

Raissennaz Grand Cru, Domaine Cruchon, Echichens, 2011

Rubis brillant ; nez ouvert, de pétale de rose, un peu terreux ; attaque souple, bon glycérol ; harmonieux, enveloppé ; beau vin, avec du gras, de la puissance et une pointe de rusticité fraîche en finale. Belle personnalité ! On notera un magnifique 2002, qui a bien résisté au temps !

Un argovien :

Kloster Sion Klingnau Réserve 2011

Rubis ; nez de fruits rouges et d’épices ; attaque fraîche, sur les fruits rouges ; belle densité, finale vanillée, marquée par le bois fin ; bonne rétro sur la cerise mûre ; bel exemple de pinot !

Un schaffhousois :

R Ruedi Baumann Hallau 2011

Rubis foncé ; nez au boisé élégant, note d’amande amère ; attaque fraîche ; belle densité, tanins bien emballés par le bois ; de la fraîcheur, de l’élégance et de la profondeur. Joli potentiel !

Et un zurichois dans un millésime plus ancien :

Stadtberg Eglisau, Urs Pircher 2008

Belle robe grenat ; nez de bois toasté, d’épices (livêche) et de fruits rouges ; attaque fraîche ; légère verdeur ; tanins fermes, encore denses ; belle fraîcheur de fruit, sur la griotte ; élégant !

2011, belle année aussi pour les vins du Tessin :

Sassi Grossi Gialdi 2011

Robe dense ; nez boisé noble, caramel ; attaque fraîche, fruitée, minérale ; structure ample ; belle tenue ; bel équilibre fruit-tanin-acidité ; beau potentiel, finale sur la fumée, bien typée merlot. Grand vin !

Merlot Riserva Agriloro 2011

Robe dense à reflets violacés ; nez puissant, style toscan, boisé noble, vanillé ; attaque ample ; belle fraîcheur ; crémeux, gras ; belle longueur, fruits rouges ; beaucoup de plaisir sur la jeunesse. Souple — va-t-il tenir dans le temps?

Balin Kopp 2011

Grenat brillant ; nez boisé, avec des notes de fruits compotés, de la réglisse ; attaque jeune et fruitée ; structure moyenne ; de la puissance, du gras et une acidité suffisante ; finale droite, encore marquée par l’élevage. Bon potentiel.

Et un vin étonnant dans ce millésime 2002 qu’on a déjà oublié, éclipsé qu’il fut par 2003, 2005 et 2009 :

Orizzonte Christian Zündel 2002

Robe à légers reflets bruns ; magnifique nez, épices douces, canelle, épices de Noël  et notes boisées (bois de cade) ; attaque sur le bois, opulent ; évolution positive ; bon volume ; pointe d’acidité juteuse en fin de bouche ; vin aux arômes déjà tertiaire. A boire.

On retrouve ces deux millésimes (2011 et 2002) en Valais :

Syrah Quintessence Benoît Dorsaz 2011

Pourpre à reflets violacés ; nez ouvert, intense, floral et vanillé et boisé à la fois ; attaque dense, sur le moka ; bonne structure, du gras, de la puissance ; l’élevage masque un peu le fruit, mais belle densité en bouche ; un vin précis et bien travaillé.

Cornalin Denis Mercier 2011

Belle robe pourpre intense, reflets violacés ; nez encore un peu fermentaire, notes de pain frais ; attaque juteuse, croquante ; cerise noire, cannelle ; belle densité ; beau rapport entre les tanins et l’acidité ; très beau vin jeune et frais !

Cornalin Denis Mercier 2002

Pourpre ; nez avec des notes d’évolution, de iode, de viande séchée, mais aussi fruitée ; attaque pleine, sur la vivacité ; beaux arômes de fruits rouges et noirs, de noyau de cerise ; belle acidité, belle fraîcheur de fruit ! Long et dense, très digeste.

Et deux beaux vins vaudois et genevois, des assemblages où la patte du vinificateur signe ces réussites :

Domaine de Crochet, Cuvée Charles-Auguste, Charles Rolaz (Hammel) 2011

Pourpre profond ; nez ouvert, épicé, poivré, avec des notes florales — on sent la syrah ; attaque fruitée, fraîche et suave ; on retrouve la syrah en bouche ; jolie structure ; bonne longueur ; un vin charmeur, moderne, avec une pointe de chaleur en finale !

Grand’Cour 2008 Pellegrin

Pourpre à reflets violacés ; nez profond, puissant, complexe, avec encore une note de vanille ; attaque fraîche, juteuse, sur le sureau ; boisé fondu et belle expression du fruit, avec des notes épicées, poivrées, en fin de bouche ; long et harmonieux.

Enfin, consécration attendue de deux liquoreux immenses de l’icône confirmée des vins suisses, la Valaisanne Marie-Thérèse Chappaz :

Petite Arvine Grain par grain M.-Th. Chappaz 2011

Vieil or soutenu ; nez discret ; énorme masse de douceur ; puissant ; notes de grapefruit rose ; léger safran ; acidité présente ; énorme sucrosité, un peu de caramel ; miellé, plein…

Petite Arvine Grain Noble M.-Th. Chappaz 2002

Robe vieil or ; nez complexe, de bergamote, de citron confit et de zeste d’orange ; milieu de bouche sur les fruits jaunes ; finale sur une note rappelant le Tokay ; pointe de curry.

Pierre Thomas, Zurich, décembre 2015.