Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Posté le 10 octobre 2017 dans Tendance

Sondage sur la consommation des vins suisses: une belle notoriété et de grandes nuances

Sondage sur la consommation des vins suisses: une belle notoriété et de grandes nuances

Depuis 1999, Swiss Wine Promotion commande un sondage sur les habitudes de consommation des Suisses auprès de l’institut lausannois MIS Trend. Belle avancée pour 2017, les Suisses (à 86%) citent leur pays comme celui du vin, spontanément, à l’égal de la France et de l’Italie et devant l’Espagne. Mais l’étude confirme aussi qu’on boit moins de vin, moins souvent et peu au restaurant. Et qu’Internet joue un rôle marginal dans l’achat de vin. Revue de détail.

Par Pierre Thomas

Quand les Suisses boivent du vin du pays, c’est avant pour «boire local» (48% des réponses) dans un certain «patriotisme vitivinicole». Un argument avancé davantage par les Romands, plus proches des vignobles, que les Alémaniques. Sur les 3003 personnes de 18 à 74 ans sondées par téléphones en mai et juin 2017, 1900 l’étaient outre-Sarine, pour 900 Romands et 200 Tessinois. Moins il y a de sondés, plus la marge d’erreur augmente, avec une moyenne de + ou – 1,8% (3,3% chez les Romands).

Mais si l’image des vins suisses est bonne, les habitudes de consommation peinent à suivre: 35% des sondés privilégient les vins suisses. Ça n’est pas un scoop, puisque ça correspond exactement aux chiffres de la consommation publiés par la Confédération (pour 2017). 46% privilégient les vins étrangers, qui représentent, en réalité les deux tiers de la consommation de vins en Suisse.

L’étude confirme aussi que le vin reste très clairement la boisson alcoolisée la plus populaire chez 8 sur 10 sondés, contre 6 sur 10 pour la bière et 4 à 5 sur 10 pour les distillats et les cocktails. Et ce sont davantage les Suisses que les étrangers qui consomment du vin. La part de la population consommant du vin, pour la première fois depuis 1999, se tasse légèrement, sauf chez les Romands, les 45 ans et plus, les personnes de formation et de revenu supérieurs. La bière ne subit pas cette érosion, les Tessinois avouant même en boire autant que du vin! En moyenne, l’écart entre le vin est la bière est de 13 points (contre 24 en 1999).

On boit aussi moins souvent de vin, les consommateurs hebdomadaires baissant de 46% à 31% en 18 ans et, pour les seuls consommateurs de vin, de 61% à 41%. Et plus on est vieux, plus on est formé et riche, plus on en consomme. Ainsi, les 18-29 ans ne sont que 20% à consommer du vin plusieurs fois par semaine, contre 29% des plus de 60 ans. L’écart avec un rythme d’une fois par semaine au moins augmente: 21% chez les plus jeunes contre 45% chez les plus vieux. Pour la majorité (62%), cette consommation oscille entre 1 et 5 dl. Ceux qui consomment plus de 3 bouteilles par semaine ne sont que 13%.

Les Suisses estiment bien s’y connaître en vin (20% d’amateurs éclairés, mais seulement 14% de femmes), mais ceux qui disent n’avoir que de vagues notions ou ne pas y connaître grand’chose augmente (68% en 2017 contre 59% en 1999).

Pour la première fois, on a demandé aux sondés s’ils ont une cave particulière: ceux qui détiennent une cave de plus de 100 bouteilles ne sont que 12% des consommateurs réguliers. La majorité (55%) n’ont pas de bouteille de réserve ou moins de 20. Ce qui explique l’achat en grandes surfaces… Et ce sont les vins rouges qui sont gardés et non les blancs, consommés à 74% rapidement.

La part des vins consommés au restaurant est faible: 22% (contre 53% chez soi et 25% chez des amis). On boit du vin en fait surtout le week-end, chez soi, au repas du soir (69% contre 22% en semaine) et à midi (31% contre 5% en semaine).

La tradition de l’apéritif arrosé en semaine se perd : elle fidélise 14% des consommateurs le soir (17% en 2004) et seulement 6% à midi (10% en 2004).

Au restaurant, les vins suisses augmente leur rôle de favoris, pour 48% des clients en 2017, contre 41% en 2004. Les Alémaniques sont plus réticents (41% disent choisir en priorité un vin suisse contre 37% un vin étranger). C’est surtout pour «boire local» (55% des clients) que le vin suisse est choisi, alors que le vin étranger est privilégié parce que le rapport qualité-prix est meilleur ou que ces vins sont moins chers que les suisses.

Le prix des vins est jugé cher et même excessif au restaurant, et davantage pour les vins suisses (72%) qu’étrangers (64%). Un tiers estime que le prix des vins suisses est excessif, en Suisse alémanique, contre un quart des Romands.

En général, le vin est acheté par ceux qui le consomment. C’est le bouche à oreille qui, dans 79% des cas, influence beaucoup ou assez les acheteurs, devant les promotions (59%), qui concernent les grandes surfaces d’abord, les sommeliers (39%), les médailles de concours (35%), à égal niveau avec la certification bio (34%). La publicité, associée à des newsletter, arrive à 22%, juste derrière les «grands guides« (25%), les recommandations via Internet et les réseaux sociaux (18%). La presse spécialisée (16%) et les journalistes en général (15%) finissent en queue d’influence. Mais l’étude ne jauge pas l’éventuel effet boule de neige d’un avis de prescripteur influençant l’ami du copain qui recommande un vin à son entourage!

En totalité (pour 40% des consommateurs) ou plus de la moitié (pour 13%) des vins sont achetés en supermarché, contre 36% au producteur, 27% en magasin spécialisé, 11% dans les foires et salons, 8% dans les clubs de dégustation, 5% par correspondance et 6% par Internet, qui triple son succès depuis 2008, mais reste encore très marginal. Les acheteurs sur Internet disent le faire pour profiter d’une promotion (22%), pour éviter de se déplacer (22%) ou parce que c’est rapide (18%). Les arguments de l’achat de vins étrangers (16% — mais globalement 61% des achats sur Internet sont des vins étrangers), de la découverte (10%), d’un choix plus vaste (9%) ou de l’achat d’un vin spécifique (8%) arrivent ensuite.

Pour 56% des acheteurs de vin, le respect de l’environnement de la part des producteurs est important, et même pour 60% des consommateurs privilégiant les vins suisses. Parmi les consommateurs réguliers, 15% sont allés chaque année dans les «caves ouvertes», 26% une ou deux fois et 59% jamais (gros écart régional: 67% de Suisses alémaniques et 42% des Romands).

Enfin, 5% des consommateurs réguliers disent avoir consulté le site Internet de Swiss Wine Promotion, qui met en ligne les résultats détaillés de l’étude sur le lien www.swisswine.ch/fr/professionnels/swiss-wine-market-studies.

©thomasvino.ch