Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Posté le 28 novembre 2007 dans Vins suisses

Vaud — La «crème de la crème» de Terravin

Vaud — La «crème de la crème» de Terravin

Vins vaudois labellisés Terravin
«La crème de la crème» 2007

Pour la première fois, le «label Terravin» dévoile les «coqs» de ses dégustations. Une manière de mettre en valeur une promotion des vins vaudois trop peu connue. Dégustation et décodage.

Pierre Thomas

Le «label Terravin»? C’est cette épaulette ou ce macaron qui, sur le col d’une bouteille, affiche, en lettres d’or sur fond noir, «lauriers du terroir». A peine 5% des vins vaudois le proclament… Et, corollaire, cette distinction est ignorée du grand public, bien qu’appréciée des connaisseurs. C’est ce que démontre un sondage, dont les résultats ne sont pas encore publiés. Déficit de notoriété, donc. Et affaiblissement de l’engouement des vignerons. Jusqu’en 2005, il s’est vendu plus de 2 millions de vignettes, puis 1,75 millions seulement, cette année. Dangereux, quand on sait que cette «marque de qualité collective» s’autofinance par la seule vente des collerettes et macarons (à 20 centimes pièce), qui lui permet d’injecter 130'000 francs en publicité. Pour Pierre Monachon, de Rivaz, président, «nous devons donner un deuxième souffle à Terravin». Une seconde jeunesse à la veille de ses 45 ans, puisque le label fut lancé en 1963…
Le tiercé des chasselas

Un jury, choisi parmi la vingtaine de dégustateurs sur la brèche pour plus de cinquante séances, cette année, a donc sorti les «coqs» parmi les vins déjà jugés les meilleurs de l’année. Logiquement, il y avait d’abord 19 chasselas : le cépage blanc emblématique du Pays de Vaud représente 85% des vins primés. Huit vins se sont retrouvés en finale, après un «écrémage» en quatre séries. Et, comme le résume Philippe Herminjard, gérant de Terravin et secrétaire de la Fédération vaudoise des vignerons, la «crème de la crème» du millésime 2006 a émergé.
Grand vainqueur, le Calamin de l’Union vinicole de Cully est déjà épuisé ! «On avait obtenu 91,2 points en juin à la dégustation de l’OVV-Guillon», commente Franco Bianco, caviste, «mais on en aura 1200 bouteilles de plus en 2007.» Reste à savoir s’il fera aussi bien que ce formidable 2006 ! Et c’est là, souvent, la crainte des vignerons : celle de ne pas être à la hauteur chaque année. Ses dauphins démontrent que la régularité n’est pas un vain mot. Tant le Villette «Les Echelettes» de Jean-Daniel Porta que le «Tréchêne» de la commune d’Yvorne se sont distingués en finale de la défunte Coupe Chasselas. «On a fini deux fois troisième», se souvient Jean-Daniel Porta. «Des trois crus de la Commune, avec L’Abbaye et L’Ombren, c’est le seul qui n’a pas gagné, mais c’est aussi celui qui fut le plus souvent en finale, le Poulidor de la Coupe, mais le plus typé du terroir d’Yvorne», souligne l’œnologue Frédéric Blanc. Bref, cette dégustation des «coqs» a couronné des «kings»…
Des révélations en rouge

Les deux rouges sont des révélations des Côtes-de-l’Orbe. D’abord, le pinot noir 2005 du duo Olivier Chautemps-Jean-Jacques Monnier, des agriculteurs-viticulteurs qui livrent leur raisin sur les bords du Léman, à l’Association vinicole de Corseaux, où il est vinifié et élevé en barriques. Quant à l’assemblage de Pierre-Yves Poget, 26 ans, à Agiez, c’est une première récolte, de jeunes vignes de cabernets, franc, sauvignon et Dorsa, une variété adaptée aux climats frais, et de merlot, plantés sur 800 mètres carré, vinifié et élevé en barriques. Un rouge qui démontre le potentiel des Côtes-de-l’Orbe. Enfin, un gewurztraminer, vinifié par Martial Besson, à Vinzel, au passé récent, puisque produit depuis 2001 : un vin aromatique, sec et élégant. «On a aussi un liquoreux, passerillé, deux tiers gewurz, un tiers chasselas», commente le jeune vigneron.
Par cette dégustation «de prestige», Terravin témoigne de l’ouverture du vignoble vaudois. Mais sans l’adhésion massive des vignerons, le label risque de s’endormir sur ses lauriers, fussent-ils d’or. Si près de 170 vignerons vaudois lui sont fidèles, il n’y a que trois nouveaux venus cette année, contre plus de vingt en 2002.
En dégustation

Calamin 2006, Grand Cru (chasselas), Union Vinicole de Cully

Nez ouvert, flatteur, de fruits exotiques ; caractère mûr ; beau volume, finale épicée, poivrée (poivre blanc); un vin exubérant, avec des notes minérales bien présentes.
14,40 fr., 3000 bouteilles (épuisé), Union vinicole de Cully, tél. 021 799 12 96

Les Echelettes 2006, AOC Villette (chasselas), Jean-Daniel Porta, Villette

Nez floral, de tilleul, avec une pointe de lacté ; attaque minérale ; beau volume ; de la fraîcheur et une belle longueur en bouche.
12,80 fr., 20'000 bouteilles, Jean-Daniel Porta, Villette, tél. 021 799 23 63

Trêchêne 2006, AOC Yvorne (chasselas), Commune d’Yvorne

Nez discret de fruits blancs ; attaque sur les fruits blancs de l’ampleur et du gras ; finale avec une pointe d’amertume qui trahit le terroir.
15,50 fr., 12'000 bouteilles, Comune d’Yvorne, Frédéric Blanc, œnologue, 024 466 25 22

Gewurztraminer 2006, AOC Coteau-de-Vincy, Jean-Paul et Martial Besson, Vinzel

Nez fin, pétale de rose, poivre ; attaque sur les fruits blancs ; davantage de finesse que de corps ; notes de raisins mûrs, de fruits secs et d’écorce d’orange confite.
12 fr./0,5 l.; 800 flacons de 0,5 l., Cave des Rossillonnes, Jean-Paul et Martial Besson, Vinzel, tél. 079 435 14 83

Eucharis 2006, assemblage rouge, AOC Côtes-de-l’Orbe, Pierre-Yves Poget, Agiez

Nez boisé, épicé ; attaque puissante ; bon volume ; finale équilibrée entre les tanins du vin et du bois ; un vin à la fois fruité et rustique.
21 fr. ; 550 bouteilles ; Poget père et fils, Agiez, tél. 079 702 97 22

Pinot noir 2005, «Soleil de minuit», AOC Côtes-de-l’Orbe, O. Chautemps-J.-J. Monnier, Champvent – Arnex-sur-Orbe

Beau nez expressifs de cerise noire ; attaque sur le fruit, la fraîcheur ; bonne structure, du gras, des épices en finale ; tanins serrés, bonne fraîcheur et potentiel de garde.
9,50 fr. (0,5 l.) et 13 fr. (bouteille) ; 2000 bouteilles ; Olivier Chautems, Champvent, tél. 079 383 24 04

***Ce samedi, 1er décembre 2007, «fête du vin» à Champvent, de 10 h. à minuit, à la grande salle, avec les quatre producteurs du village.

Paru dans le quotidien vaudois 24 heures du 30 novembre 2007.