Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Posté le 24 juin 2009 dans Vins suisses

Rachat de Bonvin: le vin comme patrimoine

Rachat de Bonvin: le vin comme patrimoine

Rachat de Bonvin par Rouvinez
Le vin comme patrimoine
En rachetant les domaines et la cave Bonvin, la famille sierroise Rouvinez a annexé de beaux domaines viticoles sédunois. Qu’elle a l’intention de mettre en valeur.
Par Pierre Thomas
«Quand Jacques Guhl, 88 ans, s’est adressé à nous, nous n’étions pas forcément intéressés. Mais quand on a vu les vignes, tel ce domaine de Clavaux de 12,5 hectares d’un seul tenant, on s’est dit qu’il fallait entrer en matière. De belles vignes dans un beau terroir, pour du raisin de qualité dans des conditions viticoles avantageuses, ça reste une valeur sûre à long terme», confie Jean-Bernard Rouvinez. Et si Rouvinez Vins, avec Orsat et Imesch, affiche un chiffre d’affaires de 40 millions de francs, la cave sédunoise est plus modeste (un huitième, dit-on). Elle permet surtout d’ajouter au 90 ha de domaines répartis dans tout le Valais, 20 ha à Sion et à Saint-Léonard et faire de Rouvinez, avec 110 ha, le plus grand propriétaire de vignes du Valais.
Des relais tout au long du Valais
Reste à mettre en valeur ce patrimoine… Jusqu’ici, malgré les déclarations du conseiller d’Etat Jean-Michel Cina — «Le vin doit devenir un produit touristique fort et pleinement intégré à la promotion valaisanne globale» —, les offres sont encore assez discrètes. Jean-Bernard Rouvinez esquisse des projets : «Nous n’avons pas de plans déposés. Mais dans les deux ans, nous devrions pouvoir accueillir des hôtes sur les domaines de Montibeux, à Leytron, et de Ravanay, à Chamoson. De Martigny jusqu’à Loèche, nous pourrions aménager dans tous nos domaines des chambres d’hôtes avec petit-déjeuner et de petits restaurants, servant nos vins, comme en Italie. Le Clos du Château à Sion, la Colline de Géronde, à Sierre et le Château Lichten, près de Loèche, s’y prêtent. Ainsi, nos hôtes, qu’il faut pouvoir mieux accueillir, pourraient parcourir le Chemin viticole du Valais par étapes, sur quatre jours. Ou sur un week-end.»
La maison Charles Bonvin Fils SA a déjà montré la voie, avec la reconstruction à l’identique de mazots sur son Domaine du Château. On y tutoie du regard les collines de Valère et de Tourbillon, face à un paysage époustouflant. Juste en-dessous, il y avait déjà la Guérite de Brûlefer. «Nous allons aménager un sentier viticole didactique de la guérite, près du bisse de Clavoz, aux mazots du Clos du Château et abriter la terrasse», explique Jean-Bernard Rouvinez. Ce lieu magique restera estampillé Bonvin : «Les deux entreprises restent indépendantes».
Les vitrines des grandes caves
En Valais, la concurrence ne manque pas. Provins, qui a publié des chiffres 2008 au beau fixe (chiffres d’affaires en légère hausse à 65 millions de francs) vient d’aménager un espace avec cuisine et locaux de dégustation son siège de Sion, où le chantier de la réception centralisée de la vendange va bon train, mais aussi ses bâtiments de Sierre et de Leytron. Giroud Vins, à Sion, mise sur l’œnotourisme, avec sa cave futuriste, ouverte il y a un peu plus d’un an. Des salles de dégustation, mais aussi de conférence, et une cuisine de finition pour des réceptions et des mariages (jusqu’à 300 personnes, sur deux niveaux) accueillent déjà des groupes, surtout le week-end. «On fait aussi des offres VIP sur deux jours, même si nous n’avons pas de chambres d’hôte», explique Claude Dizerens, directeur commercial. Outre les vins, la cave abrite un local d’affinage de 900 fromages d’alpage et des fûts d’élevage de vinaigre balsamique.

Eclairage
Les premiers maillons
d’une chaîne de magasins-bars

Le directeur commercial de Giroud Vins, Claude Dizerens, est aussi patron de Wine Universe, un concept de magasins de vins avec possibilité de dégustation. Le troisième maillon vient d’être ouvert, il y a dix jours, à deux pas de la place Saint-François, au cœur de Lausanne. 800 références de vins y sont proposées. «Les locaux représentent deux tiers en magasin et un tiers en bar à vins avec crus au verre», détaille M. Dizerens. Il y a un peu plus d’un an, la société a repris de Caviar House son magasin de vins à la galerie marchande de Genève-Aéroport, agrandi, avec un coin dégustation. Puis, un espace plus petit a été ouvert dans le centre commercial Migros de Martigny. Et le 11 août 2009 s’inaugurera le point de vente de Singapour. «Ce sont les projets de cette année. Ensuite, on analysera ces quatre modules de base. Nous visons les grandes villes suisses, Zurich, Bâle et Berne, et les pays comme la Chine, à Hong Kong et à Shanghai, le Japon, et les pays européens non-producteurs», explique la cheville ouvrière de Wine Universe, qui a «des accords logistiques» avec Giroud Vins, «mais nous ne vendons pas que leurs vins».

Paru dans Hôtel Revue du 24 juin 2009.