Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Posté le 23 août 2010 dans Vins suisses

GPVS — Les nominés 2010

GPVS — Les nominés 2010

Les nominés 2010 du Grand Prix des Vins Suisses

Un suspense (artificiel) jusqu’à fin octobre

Les vins qui suivent sont ceux qui ont obtenu le meilleur pointage des médailles d’or du cinquième Grand Prix des Vins Suisses (GPVS), organisé par l’association VINEA, en juin, à Sierre. 2715 vins (30% de plus qu’en 2009) provenant de 560 producteurs de 17 cantons ont été notés, obtenant 176 médailles d’or et 705 d’argent. Les vins n’ont pas été redégustés depuis lors : les six finalistes se disputent les trois premiers prix de chaque catégorie. Le verdict sera livré le jeudi 28 octobre au soir (dès 18 h. 30), au Kursaal de Berne, lors d’un Gala.
Le concours est réputé national, en ce sens que les vins n’étaient pas issus de sélections régionales., mais présentés volontairement (contre paiement!) par les producteurs. Ainsi, malgré l’existence des sélections cantonales organisées différemment, 1’076 vins valaisans ont participé, 674 vaudois et une importante cohorte de 639 vins de 12 cantons alémaniques, pour qui le concours national a servi, à l’inverse, aussi de sélection régionale.
La liste des nominés n’est, évidemment, pas dans l’ordre d’arrivée. Lire à la suite de chaque catégorie, notre commentaire sur les 66 nominés des 11 catégories. Cette sélection représente la pointe émergente de l’iceberg, avec 27 vins valaisans, presque deux fois plus que les 15 vaudois, largement détachés devant le Tessin, 4, Neuchâtel, les Grisons et la Thurgovie, 3, Genève, Berne, Bâle, Schaffhouse et Zurich, 2 et Lucerne, un vin.

De la mathématique pure

On regrette que les organisateurs, VINEA et Vinum, ne saisissent pas l’occasion d’un tel pannel pour faire redéguster les vins finalistes. Ainsi, le concours national pourrait révéler  immédiatement les points obtenus par chaque vin (ce qu’il ne fait pas, alors que plusieurs sélections régionales s’y sont mises), tout en réservant un suspense non pas basé sur un évent à rentabiliser en automne, mais en redégustant des vins mis en bouteilles très tôt (pour le dernier millésime). Ainsi, on aurait une vraie finale avec des résultats forcément différents, si les vins étaient dégustés début octobre. C’est le système mis en place depuis quatre ans par les «Etoiles du Valais» : deux sélections au printemps et en automne et une finale pour les meilleurs, après la session d’automne, avec un jury d’expert (dont Pierre Thomas faisait partie jusqu’ici).
 

Nominés 2010 du GPVS
Chasselas

— Epesses Coup de l’Etrier 2009, Jean et Pierre Testuz, Cully VD
— Fendant Grand Cru de Vétroz 2009, Les Celliers de Vétroz, Vétroz VS
— Granges 2009, Domaine des Muses, Sierre VS
— Molignon 2009, Adrian Mathier Nouveau Salquenen, Salquenen
— Saint Saphorin Le Sémillant 2009, Jean-Michel Conne, Chexbres VD
— Saint Saphorin Les Fosses 2009, Les Fils Rogivue, Chexbres VD
 L’ex-Coupe Chasselas se joue à égalité entre l’AOC Lavaux et l’AOC Valais : trois valeurs sûres vaudoises, contre une vedette valaisanne (le Granges, de Robert Taramarcaz), un des six (!) de Diego Mathier classés parmi les finalistes, et un nouveau venu, le fendant des Celliers de Vétroz, structure familiale dont le porte-parole est le même que celui de l’UBS en Suisse romande, le journaliste Jean-Raphaël Fontannaz.

Müller-Thurgau

— Arenenberger Müller-Thurgau Auslese 2009, Weinbau Polich, Salenstein TG
— Müller-Thurgau Weinfelden 2009, Weingut Wolfer, Weinfelden TG
— Räckedorn Gächlingen 2009, GVS Schachenmann, Schaffhausen SH
— Riesling-Sylvaner Ins 2009, Weingut Hämmerli, Ins BE
— Riesling-Sylvaner Saffergarten 2009, Weinbaugenossenschaft Saffergarten, Altwis LU
— Schipf Riesling-Sylvaner Spätlese 2008, Weingut Schipf, Herrliberg ZH
Deux intrus dans une sélection essentiellement du Nord-Est de la Suisse alémanique : les deux Rieslings-Sylvaners de la région d’Anet (d’une cave originale dans son coin de pays) et de Lucerne. Une chose est certaine, le vainqueur sera alémanique !

Cépages blancs purs

— Amigne de Vétroz Saveurs Nobles 2007, Cave du Vieux Moulin, Vétroz VS
— Chardonnay Tsaboura 2008, Niklaus Wittwer, Bramois VS
— Heida Grand Métral 2009, Provins Valais, Sion VS
— Johannisberg 2009, Antoine et Christophe Bétrisey, Saint Léonard VS
— Muscat les Coteaux de Sierre 2009, Cave du Verseau, Veyras VS
— Noblesse Chardonnay Morges 2009, Domaine Henri Cruchon, Echichens VD
A cinq (valaisans) contre un (vaudois), peut-on encore parler de duel ? La compétition paraît ouverte (quoique déjà jouée !) entre Romain Papilloud, un des meilleurs encaveurs de Vétroz, et les frères Bétrisey, avec un Johannisberg, ce Sylvaner que les Valaisans redécouvrent. Deux Chardonnays, dont celui de Raoul et Michel Cruchon. Et l’Heida de Provins, présent avec trois vins dans la finale, et un inattendu Muscat. Et la Petite Arvine ? Absente ! Il faut dire qu’en 2009, elle est peu expressive, beaucoup moins spectaculaire qu’en 2008.

Assemblages blancs

— Cuvée d’Or blanche 2009, Siebedupf Kellerei, Liestal BL
— Cuvée Mathilde 2008, Cave le Signolet, La Neuveville BE
— Cuvée Madame Rosmarie Mathier 2009, Adrian Mathier Nouveau Salquenen, Salquenen VS
— Défi Blanc Les Titans 2008, Provins Valais, Sion VS
— Enfer Blanc 2008, Histoire d’Enfer, Corin/Sierre VS
— Pinot Blanc Chardonnay Dardagny 2009, Domaine Gros, Dardagny GE
Voilà une catégorie pour les forts en gueule ! D’abord, les deux Valaisans les plus présents, Diego Mathier et Provins-Valais, déjà parés chacun du titre de «vigneron (ou cave) suisse de l’année», il y a trois et deux ans, un Bâlois surprise, le retour d’un vigneron attachant, Jean-Daniel Giauque, pour beaucoup dans la nouvelle réputation des vins du lac de Bienne et deux grandes gueules typiquement genevoises, l’une pour Enfer blanc (mais pas en conserve !), par le truchement du docteur Patrick Regamey, membre du Grand Jury Européen, exilé volontaire sur les hauts de Sierre, et Stéphane Gros, vigneron genevois original.

Rosés

— Dôle Blanche 2009, Cave du Paradou, Nax VS
— Fläscher Rosé 2009, Weingut Familie Hansruedi Adank, Fläsch GR
— OEil-de-Perdrix 2009, Caves du Château d’Auvernier, Auvernier NE
— OEil-de-Perdrix 2009, Weingut Jürg Saxer, Neftenbach ZH
— OEil-de-Perdrix La Matze 2008, Adrian Mathier Nouveau Salquenen, Salquenen VS
— OEil-de-Perdrix Neuchâtel 2009, Domaine Saint-Sébaste, Saint Blaise NE
Les Neuchâtelois paraissent bien placés, avec deux grands domaines, en compagnie de récidivistes qu’on n’attendait pas ici : l’«inévitable» Diego Mathier, Jürg Saxer, domaine conduit par l’épouse du vigneron sortant de l’année 2009, la famille Adank, grande spécialiste du Pinot noir des Grisons et la Cave du Paradou, qui réussit beaucoup de bonnes choses en Valais et pas qu’en rosé !

Gamay

— Domaine de la Treille Gamay La Côte 2009, Les Frères Dutruy, Founex VD
— Gamay Classique 2009, Domaine des Muses, Sierre VS
— Gamay Corbassière 2009, Cave Corbassière, Saillon VS
— Gamay de Fully 2009, Cave du Chavalard, Fully VS
— Gamay Mephisto 2008, Adrian Mathier Nouveau Salquenen, Salquenen VS
— Vigne d’Or Gamay Yvorne 2008, Artisans Vignerons d’Yvorne, Yvorne VD
Encore un duel Valais-Vaud à 4 à 2 ! Le bas et le haut du Vieux-Pays sont bien représentés. Robert Taramarcaz place un deuxième vin en finale (en plus de son chasselas Granges). Chez les Vaudois, des habitués des concours nationaux ou internationaux, les frères Dutruy, qui croient au gamay en Terre-Sainte, et la coopérative d’Yvorne. Et un Mathier de plus !

Pinot noir

— Chardonne Pinot Noir Lavaux 2008, Jean-François Neyroud-Fonjallaz, Chardonne VD
— Pinot Confidentiel Vaud 2008, Cave du Château de Valeyres, Valeyres-sous-Rances VD
— Pinot Noir La Côte 2009, Le Satyre, Begnins VD
— Réserve Noir Wilchingen 2007, Rötiberg-Kellerei, Wilchingen SH
— Sélection Barrique Nussbaumen 2007, Weingut Saxer, Nussbaumen TG
— Syydebändel Pinot Noir Sélection 2009, Genossenschaft Syydebändel, Tenniken BL
Trois vins romands contre trois alémaniques. Cette fois, les Vaudois font fort, avec un pinot noir d’un bon vigneron, leader dans chacune des AOC régionales, Lavaux, Côtes-de-l’Orbe et La Côte. Mais aucun Valaisan ! Aucun Neuchâtelois ! Et chez les Alémaniques, un seul Schaffhousois et, surtout, aucun Grison !

Merlot

— Il Querceto Barrique 2008, Terreni alla Maggia, Ascona TI
— Merlot de St-Léonard 2009, Cave du Lac, Saint Léonard VS
— Merlot Les Titans 2008, Provins Valais, Sion VS
— Merlot Nadia Mathier 2008, Adrian Mathier Nouveau Salquenen, Salquenen VS
— Merlot Riserva Tenimento la Prella 2008, Agriloro, Arzo TI
— SanZeno Costamagna 2007, Tamborini Carlo Eredi, Lamone TI
Trois Tessinois contre trois Valaisans, dans cette catégorie où les premiers ont un leadership naturel. On retrouve le très flatteur Il Querceto, comme le fer de lance de Tamborini, le Costamagna : sans doute Brivio et Gialdi ont-ils renoncé au concours national, comme ils l’avaient promis. Et un Riserva d’Agriloro, non pas de la Tenimenta del Oer, le plus connu, membre de la Mémoire des vins suisses, mais du deuxième lieu de ce grand domaine (plus de 20 ha), à la Prella. Les deux Valaisans les plus titrés, Mathier et Provins (avec Les Titans, une ligne suivie par l’œnologue Luc Sermier) sont présents, avec un outsider de Saint-Léonard. Attention aux millésimes : 2007, grande année au Tessin, plusieurs 2008, réputés en retrait, et un 2009… déjà !

Autres cépages rouges purs

— Cornalin 2009, Cave Nouveau Saint Clément, Flanthey VS
— Gamaret Collection Bernard Ravet 2008, Cave Cidis, Tolochenaz VD
— Syrah 2009, Cave Ardévaz, Chamoson VS
— Syrah 2009, Cave Sainte-Anne, Sion VS
— Syrah 2009, Keller zur Grotte, Varen VS
— Syrah St-Saphorin 2008, Cave des Rois, Villeneuve VD
Nouveau duel Valais-Vaud à 4 contre 2 ! Flanthey défend les couleurs de «son» Cornalin, Cidis, celles du Gamaret de La Côte. La Syrah de Saint-Saphorin 2008 de Marco et François Grognuz est magnifique, un des meilleurs vins vaudois, régulièrement, et la Syrah 2009 de Michel Boven, ex-meilleur (et premier) vigneron de Suisse, d’une puissance rarement atteinte : un tout grand vin ! Deux outsiders valaisans dans la course, des deux rives de la Raspille. La Syrah peut-elle perdre ?

Assemblages rouges

— Ardevine 2008, Cave Ardévaz, Chamoson VS
— Cuvée Cologny 2008, Domaine de la Vigne Blanche, Cologny GE
— Folissimo 2008, Adrian Mathier Nouveau Salquenen, Salquenen VS
— Lampert’s Strohwein Maienfeld 2003, Weingut Heidelberg, Maienfeld GR
— Masc 2008, Maurice Gay, Chamoson VS
— Sottobosco Rosso del Ticino 2008, Agriloro, Arzo TI
Que du beau monde dans cette délicate catégorie  des meilleurs vins des domaines ! Michel Boven parvient à placer un deuxième rouge en finale, tout comme Agriloro, du duo Meinrad Perler, un Fribourgeois d’Estavayer-le-Lac, ex-banqueir qui dénonça le scandale du Crédit Suisse au Tessin, et s’est reconverti dans la viticulture, et Sacha Pelossi, son remarquable œnologue. On retrouve deux vins riches du Valais, Le Folissimo, de Diego Mathier encore , et le Masc de Maurice Gay (groupe Schenk), plus un très agréable genevois de la famille Meylan, à Cologny, et un vin dans le style grison de l’Amarone et d’un millésime très chaud. Une compétition ouverte… Et un joli coup double à jouer pour le domaine tessinois?

Vins doux

— Johannisberg Vendange Tardive Chamoson 2009, Cave la Tourmente, Chamoson VS
— Larmes de Vénus Saint Saphorin 2008, Christophe Barbey-Francey, Chexbres VD
— Merle des Roches Ermitage 2007, Domaine du Mont d’Or, Conthey VS
— Miroir de Lumières, Marsanne & Roussanne flétris, Chamoson 2008, Les Vignes du Potier,
St-Pierre-de-Clages VS
— Pinot Gris Bündner Herrschaft 2009, Weingut Davaz, Fläsch GR
— Prélude Neuchâtel 2008, Alain Gerber, Hauterive NE
Le Neuchâtelois Alain Gerber, couronné vigneron suisse ayant obtenu le plus haut pointage en 2009, va-t-il rééditer cet exploit, avec le même vin? Les Valaisans sont en embuscade, notamment avec le retour au premier plan du plus grand producteur de vins de dessert de Suisse, le Domaine du Mont-d’Or, entièrement aux mains du groupe Schenk depuis cette année, un vin labellisé Grain Noble ConfidenCiel. Un Vaudois et un Grison complètent la sélection…

Qui sera le «vigneron suisse de l’année 2010» ?

La procédure s’enrichit chaque année d’une nuance, paraît-il. A lire la liste des nominés, Diego Mathier, avec six vins en finale, pourrait faire figure de favori, comme Provins-Valais, où deux œnologues au moins, se partagent la signature des trois vins finalistes.
Avec deux vins, il y a certes le groupe vaudois Schenk, mais avec deux vins valaisans, dont un du Domaine du Mont-d’Or, qui possède une large automonie technique. Restent deux Valaisans, Michel Boven, déjà couronné, lui aussi (comme Mathier et Provins-Valais) et Robert Taramarcaz, qui réussit à bien se classer en blanc et en rouge, et le duo des Tessinois Perler-Pelossi, en merlot et assemblages rouges. Si on connaissait les vainqueurs par catégorie, on aurait de précieuses indications pour désigner le meilleur vigneron de Suisse. Ma chi lo sa?
En tout cas, chacun peut faire ses propres pronostics en ligne sur le site www.grandprixduvinsuisse.ch (fenêtre Pariez sur les lauréats, catégorie par catégorie).

©Pierre Thomas, août 2010