Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Posté le 26 avril 2012 dans Tendance

Vaud et Valais: quotas à la baisse en 2012

Vaud et Valais: quotas à la baisse en 2012

L’année 2011 pèse lourd sur 2012

Les vignerons devraient
vendanger léger cet automne

Consommation de vin, et surtout de vins indigènes, en baisse en 2011, et vendanges généreuses font que les caves suisses sont pleines. Surtout dans les deux cantons gros producteurs, le Valais, avec 39% de parts de marché, et Vaud, 26%. Viticulteurs, coopératives et négociants s’activent en ce début du mois de mai pour limiter davantage la vendange cet automne.
Par Pierre Thomas
En soit, la baisse de la consommation n’est «que» de 2,3%, soit à peu près le recul du nombre de nuitées dans le tourisme suisse (— 2%). Ce qui gêne, c’est que, au moment où Swiss Wine Promotion a engagé des campagnes nationales de publicité pour le vin suisse, ce sont les vins indigènes qui trinquent, avec 2,8 millions de litres de rouge et 2 millions de litres de blanc en moins qu’en 2010. Face aux vins importés, la part des vins suisses perd ainsi un point, et n’est plus que de 37%. Car les vins étrangers ont mieux résisté: certes, les rouges perdent 2,3 millions de litres, mais la consommation des blancs augmente de 800’000 litres.
Un écart de surplus de 10%
Si en cette même année 2011, les vendanges avaient été aussi modestes qu’en 2009 et 2010, les vignerons suisses se seraient contentés de déplorer ce léger recul. Mais, après un printemps… estival, une année sèche et l’absence de tout péril naturel dans le vignoble, la vendange a été généreuse. Pour l’ensemble de la Suisse, elle affiche + 8,6%. La fourchette entre la consommation en baisse et la production en hausse s’écarte du coup de 10%. Dans le détail, le Valais a rentré 8,9% de raisin de plus qu’en 2010, Vaud, 7%. Les deux cantons affichent des stocks importants. Vaud a dans ses caves 41% du vin blanc disponible en Suisse, le Valais, 48% du vin rouge et 54% du rosé, selon le Contrôle suisse du commerce des vins.
Quand l’office cantonal avait calculé ses stocks (au 31.12.2011, mais communiqués début avril 2012), les Vaudois s’étaient déjà alarmé de près de 20 mois de réserve pour les blancs comme pour les rouges. Publiés à la mi-avril, les chiffres fédéraux accusent encore cette disponibilité: il y aurait pour près de 29 mois de vin blanc et même plus de 29 mois de vin rouge vaudois dans les caves. Ces 10 mois d’écart dans les calculs n’ont, pour l’heure, pas été expliqués.
Vaud: quotas en baisse à La Côte
Mais c’est sur ces bases que les interprofessions ont décidé de réagir, dans la perspective des vendanges, dans moins de cinq mois. Elles n’ont pas attendu les «saints de glace» (Mamert, Pancrace et Servais, les 11, 12 et 13 mai) pour convoquer comités et assemblées. Selon le tour de table de la Commission interprofessionnelle du vin vaudois (CIVV), les viticulteurs vont baisser leurs quotas, à 1,125 kg au mètre carré (0,9 litre) en blanc à La Côte, principale région vaudoise, et même à 875 grammes au mètre carré (juste un demi-pot vaudois de 7 décilitres au mètre carré !) en rouge. Chaque appellation, désormais régionale, fixe ses propres limites. Pour les rouges, La Côte sera au plus bas, avec une dérogation à 1 kg au m2 (0,8 litre) pour le gamay. Lavaux et Chablais doivent encore affiner leur effort d’ici au 24 mai, où le Conseil d’Etat devrait entériner ces quotas, s’il y a accord, ou trancher. On fait remarquer qu’il s’agit plus d’une mesure économique que qualitative, pour maintenir un prix décent du kilo de raisin.
Valais: le prix lié à la quantité
En Valais, au sein de l’Interprofession de la vigne et du vin, la discussion porte sur une réduction des quotas liée au prix du raisin. Les négociations, qui associent la production, le négoce et la coopérative Provins, devraient aboutir d’ici fin mai. Le but est d’arriver à une prise en charge d’une quantité donnée à un prix arrêté par négociation… L’an passé, seul un prix «indicatif» avait été émis et la publication de l’échelle de prise en charge par la coopérative Provins avait déclenché une vive polémique. En Valais, le marché est très lourd pour les vins rouges issus de pinot noir et de gamay, alors que la consommation nationale a été de 3 bouteilles de rouge valaisan pour 2 bouteilles de blanc, en 2011.

Paru dans Hôtellerie & Gastronomie Hebdo du 3 mai 2012.