Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Posté le 14 janvier 2005 dans Vins italiens

Il y a Montepulciano et Montepulciano

Il y a Montepulciano et Montepulciano

Une histoire de faux jumeaux
Plus les recettes sont nature, plus elles appellent des vins sans chichi. Et pourquoi pas un Montepulciano? Oui, ce vin italien servi en carafe dans les pizzerias. Mais attention, ce roturier des Abruzzes, a un faux jumeau, le Vino Nobile di Montepulciano, un vrai seigneur toscan, lui. Pour schématiser, le premier ne coûte pas grand'chose et le second, pépette. Pourtant, un lien les unit: c'est de la Toscane qu'un charretier aurait ramené des plants de Sangiovese sur la côte adriatique, au 18ème siècle. Ce cépage s'y est tellement plu qu'au fil des ans, il y a acquis une personnalité propre. Et il n'a plus rien à voir avec son (faux) jumeau toscan…
Voici donc, à ma gauche, catégorie cheap, un vin à 8 fr. 50*, produit à plus de 400'000 bouteilles. Si on reconnaît aux meilleurs producteurs une soif d'efforts pour corriger l'image de la piquette, reste que tout Montepulciano d'Abruzzo est brut de décoffrage, ample en bouche, sur des arômes de fruits très mûrs, et alcoolisé (plus de 14°). Un vin pour cuisine rustique.
A ma droite, un flacon à 42 fr.**, catégorie chic. Ca n'est pourtant pas parce que la jeune Miriam Caporali tient désormais les rênes de la Tenuta Valdipiatta qu'elle y fait des vins «féminins». Non, ce pur Sangiovese, baptisé ici Prugnolo Gentile, est aussi un solide gaillard, issu de vieilles vignes. Grâce à une collaboration avec la faculté d'œnologie de Bordeaux, la vinification s'est affinée, pour tirer le meilleur parti du raisin local, souvent peu coloré et à l'astringence marquée. A Valdipiatta, le Vino Nobile joue sur la puissance des grands seigneurs.
*Montepulciano d'Abruzzo Riparosso 2001, Dino Illuminati, chez Divo 1305 Penthalaz (VD), tél. 021 863 22 70, www.divo.ch
**Vino Nobile di Montepulciano Vigna d'Alfiero 1999, Tenuta Valdipiatta, chez Vini Toscani, 1166 Perroy (VD), tél. 021 825 24 57, www.vinitoscani.ch

Chronique parue dans Edelweiss, Lausanne, en mai 2003