Warning: call_user_func_array() expects parameter 1 to be a valid callback, function '_wp_footnotes_kses_init' not found or invalid function name in /home/clients/e24a2bd7b6476e2e504e6adf045addd5/web/wp-includes/class-wp-hook.php on line 307

Warning: call_user_func_array() expects parameter 1 to be a valid callback, function '_wp_footnotes_kses_init' not found or invalid function name in /home/clients/e24a2bd7b6476e2e504e6adf045addd5/web/wp-includes/class-wp-hook.php on line 307
Des syrahs de partout... et passe-partout - thomasvino
Pages Menu
Categories Menu

Posted on 16 janvier 2005 in Conso

Des syrahs de partout… et passe-partout

Des syrahs de partout… et passe-partout

Tir groupé pour vin de chasse
D'où vient la syrah? Sur les rayons de supermarché, la réponse est souvent: d'Australie. Mais la Suisse et les Côtes-du-Rhône septentrionales sont aussi présentes. Notre jury n'a pas été emballé par les bouteilles dégustées: dix vins sur douze classés «satisfaisants», sans plus.
Par Pierre Thomas
Bien sûr, en choisissant un segment de prix où huit vins se situaient entre 10 et 15 francs, il n'y avait pas de miracle à attendre… Ni les meilleures syrahs du monde, celles des Côtes-du-Rhône autour de Tain-l'Hermitage, qui se cachent derrière les appellations fameuses que sont l'Hermitage, la Côte-Rôtie et le Cornas, ni les meilleures valaisannes, celles des Simon Maye, Denis Mercier, Didier Joris ou Jean-René Germanier, ne pouvaient être au rendez-vous. A moins de 40 francs pour les premières et de 25 pour les secondes, circulez, il n'y a rien à boire.
Une touche australienne
Pourtant, la syrah est, sans doute, le cépage rouge qui, avec le merlot, a le plus proliféré de par le monde, ces vingt dernières années. Derrière son berceau traditionnel, les Côtes-du-Rhône, le Languedoc-Roussillon en a beaucoup planté. Mais, comme à Châteauneuf-du-Pape, la syrah sert d'appoint, en assemblage. Son côté épicé se marie à merveille avec le grenache, le carignan ou le mourvèdre, cépages sudistes.
Dans le Nouveau Monde, l'Australie lui a fait confiance, et depuis longtemps, puisqu'un pionnier en amena quelques ceps (de Montpellier) en 1832 déjà. La Californie, qui lui préféra longtemps une «petite sirah» (sic) qui n'a rien à voir avec la vraie syrah, le Mexique et l'Argentine l'ont aussi plantée. Et l'Afrique du Sud. Mais la syrah n'est pas facile à cultiver. Son rendement doit être contrôlé: à 35 hl/ha (et moins!), elle peut faire des merveilles; à plus de 80 hl/ha, elle perd ses arômes. En cave non plus, elle n'est pas facile à travailler: son caractère réducteur s'accommode aisément des fûts et barriques, mais gare au bois envahissant… Alcooleuse (près de 14°), elle peut vite manquer d'élégance. Grâce à sa puissance aromatique souvent poivrée, la syrah est associée au gibier, selon les canons de la gastronomie française.
La fin d'une légende
Mais d'où vient vraiment la syrah? Ce cépage a fait fantasmer bien des vignerons. Il leur aurait plu qu'elle fût importée de Chiraz, la perse, ou de Syracuse, la sicilienne. Autre piste séduisante: qu'elle soit cette «vitis allobrogica» décrite par Pline, des vignes à Vienne, au sud de Lyon, plantées avant l'arrivée des Romains. La chercheuse de l'Université de Davis (Californie), Carol Meridith, grâce à l'ADN – la même méthode que pour la recherche en paternité ou l'identité des criminels – a pu démontrer, en 2000, que la syrah est fille de la dureza d'Ardèche et de la mondeuse blanche de Savoie. Elle appartient donc bel et bien à la région qui livre ses meilleurs exemples, Hermitage, Côte-Rôtie ou Cornas et, par ricochet, le Grange (ex-Hermitage) d'Australie, obtenu depuis les années 1950, à partir de plants importés de France.

Eclairage
Faux goût: rapportez le flacon!

C'est la première fois, depuis que le jury de Tout Compte Fait fonctionne, qu'une bouteille est jugée impropre à la dégustation. Le quintette de dégustateurs a été formel: la syrah Bibacchus 2001 des Celliers de Champsec SA à Sion, achetée à l'Hypermarché de Crissier, était marquée par de l'acidité volatil. Impossible à chiffrer, à moins de faire une analyse, cet élément dénaturait le vin…
Comme pour un «goût de bouchon», il suffit de rapporter la bouteille (pleine et rebouchée) au magasin où on l'a achetée, avec le ticket de caisse, pour être remboursé. Le porte-parole de Coop, Karl Weisskopf le confirme: «Nos gérants doivent être larges d'esprit, coulants comme on dit en allemand, et comprendre que le client peut trouver un vin pas bon, même s'il ne peut poser un diagnostic technique sur le défaut.»
Pas de statistique, en revanche, sur le nombre de bouteilles rapportées chaque année chez Coop. Mais, assure le porte-parole du plus gros acteur du marché suisse du vin, le vin précité n'avait fait l'objet à ce jour d'aucune réclamation auprès du service des consommateurs.

Article paru dans Tout Compte Fait en octobre 2003