Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Posté le 4 mars 2005 dans Vins espagnols

Du bois dont on fait les riojas

Du bois dont on fait les riojas

Du bois dont on fait les riojas
Les vins de la Rioja, dit-on, ont changé de style. Jadis le plus fameux d’Espagne, ce rouge se cherche encore… La clé se trouve dans l’élevage en barriques et le choix des fûts.
Il fallait bien que cela arrive un jour*: les trois vins les meilleur marché de leur catégorie arrivent en tête de notre dégustation. D’ordinaire, cette règle souffre de bémols, même si l’inverse (les meilleurs sont les plus chers) n’est pas vrai non plus. Mais ce tiercé du meilleur rapport qualité-prix n’a pas enthousiasmé le jury de «Tout Compte Fait». En cause, le style des vins dégustés.
Ce résultat n’est pas à rebours du goût du consommateur suisse. Selon les statistiques de l’Office fédéral de l’agriculture, l’importation des vins espagnols en bouteilles a fortement augmenté (près de 15 millions de litres) en 2003, plaçant l’Espagne juste derrière la France et l’Italie, mais pour une valeur très inférieure (à peine plus de 6 francs  le litre, contre 10 fr. pour les vins italiens et 15 pour les vins français). Pourtant, en 2003, selon les statistiques du Conseil régulateur du rioja, les exportations vers la Suisse ont reculé de plus de 9% (à 5,7 millions de litres). Conclusion : les Suisses boivent toujours plus de vins espagnols mais de moins en moins de rioja.
Des concurrents directs
Située au nord-ouest de l’Espagne, la Rioja, qui tire son nom d’un affluent de l’Ebre, le rio Oja, compte désormais des concurrents dans son voisinage immédiat : au nord-est, la Navarre, connue pour ses vins bon marché, le Somontano émergent, et au sud-ouest, la Ribera del Duero, qui valorise de grands vins, et les régions plus petites, mais prometteuses de Toro et de Cigales. Sans compter l’immense Mancha, qui fournit à l’Espagne le plus grand vignoble du monde, le Pénédès, le Priorat ou l’Utiel-Requena.
Les temps sont durs pour la région qui fut l’égal de Bordeaux ou de la Bourgogne pour l’Espagne. Soit un vignoble de tradition : les Romains y plantèrent les premiers ceps. Les négociants-éleveurs tablent du reste sur des exportations aux Etats-Unis pour redorer leur blason : derrière l’Angleterre et l’Allemagne, les Américains talonnent les Suisses. L’acteur Antonio Banderas doit recevoir le titre d’ambassadeur de la Rioja et il est prévu d’injecter un million d’euros chaque année pour encourager ce marché, qui a cru de 14% en 2003.
Une question d’élevage
Ce sera, aussi, un rendu pour un prêté. Car les Espagnols utilisent massivement le chêne blanc américain, riche en arôme de vanille, pour faire longuement vieillir leurs vins dans des barriques de 225 litres (lire ci-contre). Plus que le cépage tempranillo, qui peut donner pourtant des vins peu alcoolisés d’une grande élégance, même si son fruité n’est pas explosif, c’est l’élevage qui caractérise les riojas. Pour Jean Solis, les bodegas n’ont pas assez investi dans les parcs à barriques, alors que Claudio de Giorgis souligne que l’acidité des vins n’est pas soutenue par le fruit. Et Nathalie Borne regrette que le rioja soit «un produit profilé sur un seul goût». Cinq fois, il a fallu déboucher deux bouteilles, le contenu de la seconde n’étant guère différent de la première. Pour le Marquès de Riscal, un 2000 acheté chez PickPay a confirmé l’impression du 1999. Au troisième essai, le jury a jeté l’éponge…
Eclairage
Une vieille hiérarchie

Quatre sigles, en forme de timbre postal numéroté, en contre-étiquette ou plus rarement en bande sur le bouchon, indiquent comment les vins ont été élevés.  Le rioja de base, sans passage en bois, obtient la «garantie d’origine» de couleur vert d’eau ; crianza, un an de barriques, deux ans de bouteille, timbre rouge vif ;  reserva, sélection d’un an de barrique, deux de bouteille, timbre grenat ; gran reserva, deux ans de barriques, trois de bouteille, timbre grenat foncé. Ce barème est un minimum, confirmé par le texte officiel de la Denominacion de Origen Calificada (DOCa), octroyée en 1991.
Les cépages autorisés, en rouge, sont le tempranillo, parfois utilisé à 100% ou complété par le marzuelo (carignan en France), le graciano ou le grenache. En 1926, la Rioja fut la première région viticole espagnole à se doter d’un Conseil régulateur (équivalent des AOC). Pour 2004, le rendement a été fixé à 6500 kg/ha (52 hl/ha). Les quelque 55'000 ha plantés en rouge (5000 en blanc) ont donc produit près de 285 millions de litres de vin. Le Conseil régulateur juge l’année 2004 «excellente», comme 2001, tandis que 2000 et 1999 sont «bonnes» (et 1998 «très bonne»).  

*Texte paru dans «Tout Compte Fait», janvier 2005, avec un test comparatif de douze riojas crianza et reserva achetés en supermarchés.