Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Posté le 26 juin 2006 dans Retour du marché

A comme Absinthe (choco à l’…)

A comme Absinthe (choco à l’…)

Retour du marché Matin du samedi, février 2005
Quand les absinthes n’ont plus tort
«Tous les confiseurs de Suisse pourraient s’y mettre dès le 1er mars, puisque le Conseil fédéral vient de donner son feu vert à la fée verte, mais j’ai une bonne longueur d’avance», avertit Jacques Perrenoud. Ce confiseur de Fleurier a créé des truffes à l’absinthe il y a une dizaine d’années. A 49 ans, il ne vit plus que de ça et en a produit près de 50'000 pièces, l’an passé.
Le spiritueux à base d’armoise fut interdit par une initiative populaire fédérale, en 1908, parce qu’il faisait tourner les têtes. Aujourd’hui, il donne des idées. D’autres confiseurs neuchâtelois ont concocté des chocolats, genre bâtons à la liqueur, que l’on croque. Mais Jacques Perrenoud, ancien apprenti chez Schneider, à Bienne, a mis à profit son tour de main pour un produit sophistiqué : «Mes truffes sont réalisées une à une, à la main, à l’ancienne. On retrouve une consistance à la fois ferme et moelleuse. Pour la couverture, j’avais essayé le chocolat noir, mais j’ai opté pour le blanc afin d’éviter que les amertumes se combattent.» Et c’est bien l’équilibre dans la finesse qui caractérise ces truffes.
Seul (encore) à en vendre hors du Vallon, Christophe Bachmann. Avec son stand labellisé produits du terroir neuchâtelois, le Chaux-de-Fonnier écume les foires romandes. Dans sa ville, son enseigne permanente est droit sur la place du Marché!
Producteur
Les truffes «Douceur des fées» existent en (jolies) boîtes de 6, 15 ou 21. Elles peuvent aussi être livrées en vrac, toutes nues, à 80 fr. le kilo. (www.choco-feeverte.com)