Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Posté le 25 novembre 2010 dans Actus - News

Un Calamin meilleur chasselas vaudois 2009

Un Calamin meilleur chasselas vaudois 2009

Lauriers de Platine du label Terravin

Le Calamin 09 de Jean Vogel & Fils,
champion des chasselas vaudois

Jeudi 25 novembre 2010, le chef Philippe Rochat, lauréat du Mérite vaudois, a levé le voile sur le champion des chasselas vaudois soumis aux commissions du label Terravin. Au terme d’une joute en trois manches, le Calamin 2009 de Jean Vogel & Fils s’impose. Et l’œnologue conseil Philippe Corthay se voit récompensé au plus haut niveau pour la troisième fois.

site_terravinplat10a.jpg
Sous l’œil (de g. à dr.) de Pierre Monachon, du conseiller d’Etat Jean-Claude Mermoud, de Philippe Herminjard, secrétaire de Terravin (de dos), Philippe Rochat lève le voile sur le gagnant du jour.

Qu’est-ce qui unit les chasselas Chant des Resses 2008 des Artisans vignerons d’Yvorne, vainqueur des Lauriers de Platine 2009, le Sémillant, de Jean-Michel Conne, à Chexbres, classé meilleur chasselas au Grand Prix du Vin Suisse, en juin, et ce Calamin 2009, victorieux, de Vogel à Grandvaux? La patte de Philippe Corthay, ancien œnologue d’UVAVINS, ex-enseignant à l’Ecole supérieure de Changins, et consultant de plusieurs domaines vaudois et valaisans.
Avec son nez suave, son attaque grasse et souple, sa plénitude en bouche, son équilibre et son élégance, ce Calamin (4’000 bouteilles produites) nous a séduit. Il a devancé un autre Calamin, celui de Didier et Jean-Jacques Rouge, à Epesses, ex-aequo avec le Dézaley Côtes des Abbayes, de Jean-Luc Blondel, à Cully, et l’Epesses Petit Duc de Jean-François Chevalley, à Treytorrens, tous des 2009. Jean-Luc Blondel a fait fort avec ses chasselas 2009 : dans la sélection des 16 finalistes choisis par Terravin pour cette finale, sur 30 coups de cœur «mis de côté» tout au long des dégustations du label, le vigneron-encaveur de Cully avait réussi à en placer quatre.

site_terravinplat10b.jpg

Philippe Corthay, à g., œnologue-conseil ravi, et Simon Vogel, le vigneron qui ont signé ce remarquable Calamin 2009.
A l’Hôtel-de-Ville de Crissier, un jury d’une vingtaine de dégustateurs, formé de journalistes alémaniques et romands et d’œnologues, a procédé au dernier écrémage, par élimination. Avant le dernier carré, la demi-finale a mis aux prises le Calamin de Rouge, le Sémillant de Conne, l’Yvorne de Stéphane Borter et le Calamin de Vogel, d’une part, l’Epesses La Perle de Blondel, le Dézaley Côtes-Dessus de Pierre Monachon (président du label Terravin), le Dézaley Côtes-des-Abbayes de Blondel et l’Epesses de Chevalley, d’autre part. Avec deux vins chacun dans la même série, dézaley, épesses et calamin doublaient leur chance de terminer dans le quatuor final. Le Sémillant, champion suisse, a raté de justesse la finale. A noter que sur 16 vins sélectionnés, 14 étaient de Lavaux (et 2 du Chablais, à l’exclusion de tout autre région vaudoise, dont La Côte).

Un label justement rare

De février à novembre, les dégustations, par des professionnels, à l’aveugle, du label Terravin permettent de délivrer des «lauriers d’or» à 500 vins sur plus de 1’000 présentés. Ces vins distingués par un passage au crible selon 25 critères ne représentent que 4,4% du volume de vin d’appellation d’origine contrôlée vaudoise mis en marché. Terravin organisera les dégustations d’habilitation des Premiers Grands Crus vaudois, dès le millésime 2011 (mise en marché en 2012).
©thomasvino.com/25112010