Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Posté le 29 juillet 2015 dans Vins suisses

Des concours, du chasselas et une surprise !

Des concours, du chasselas et une surprise !

Sélection vaudoise et Mondial du Chasselas se télescopent en été. Surprise au final, dans le verre : c’est un pinot noir de La Côte qui décroche le Graal de «meilleur vin vaudois». Multipliez les concours et vous aurez des résultats divers et variés. Sauf quelques exceptions où les journalistes ont joué les arbitres cohérents…

Par Pierre Thomas

On attendait un chasselas au pinacle. Le même jour que le meeting d’athlétisme de Lausanne, le 9 juillet, à la proclamation des résultats à l’Hôtel Majestic à Montreux, c’est le pinot noir Noir de Lys 2014, du Domaine de Terre-Neuve, de David Kind, à Saint-Prex (La Côte), qui l’emporte, avec 92,6 points sur 100, soit le meilleur pointage de la sélection des vins vaudois. Un finish au sprint, si l’on peu dire… Car, d’une courte tête, il devance le chasselas le mieux noté, un Dézaley, de la Baronnie, qui fête ses vingt ans cette année, Olivine, de Claude et Alexandre Duboux, à Epesses, crédité de 92,2 points. Le chasselas Es Ruffinel de la Cave de Vevey-Montreux est juste derrière (92), devant la Réserve Blanche de St-Saphorin du Château de Glérolles (91,8).

De jeunes dézaleys déjà en forme

Ces chasselas 2014 sont un peu mieux notés que les 2012 et 2013, qui concouraient dans deux catégories distinctes. Et pourtant, c’est un dézaley qui l’emporte chez les plus jeunes — alors que le roi des chasselas est réputé à son optimum après trois ans… —, tandis que le St-Saphorin, Clos En Blassinge 2013, du Domaine Bovy, à Chexbres, s’impose chez les moins jeunes. Il s’adjuge le «trophée de la presse». Dauphin, l’Aigle Clos Maijoz 2013, élevé en barriques par Badoux dans les caves du Château d’Aigle, sert surtout à régaler les hôtes du chef-lieu du Chablais. Les dégustateurs étrangers du Mondial du Chasselas l’ont apprécié et lui ont donné un prix, dans le cadre de la Sélection vaudoise, tandis que les journalistes présents à Aigle début juillet, l’ont aussi plébiscité.

Ces deux vins coiffent au poteau deux dézaleys ex-aequo, le Prestige 2012 du Domaine Blondel, à Cully, un habitué des honneurs, et Les Embleyres 2012 également, de Raymond Chappuis, Arc-en-Vins, à Chexbres. En blanc, Lavaux se distingue, avec le Chardonnay 2013 de Villette d’Alain Parisod, ex-aequo avec le Pinot gris 2014 du Domaine de Chantemerle à Tartegnin. Trophée encore pour un œil-de-perdrix vinifié à Lavaux, le Mavignan 2014, de Patrick Fonjallaz.

La Côte voit rouge sur toute la ligne

En rouge, la suprématie de La Côte, où se concentre la moitié du vignoble vaudois, est totale. En gamay, le Crescendo 2012, du Domaine de Chantegrive, à Gilly, s’impose et son propriétaire, Alain Rolaz, réussit l’exploit d’être cité trois fois aux places d’honneur, en rouge. La Côte toujours en pinot noir, Noir de Lys 2014, de Terre-Neuve, à Saint-Prex (le champion vaudois), en autres cépages rouges, Merlot 2010 de Philippe Bovet, à Givrins et en assemblage, Cuvée Spéciale 2011 du Domaine des Sieurs, à Luins, le moins connu des vainqueurs de catégorie.

La Côte assoit sa réussite avec le liquoreux Larme de Licorne 2013 de Bolle et Cie, à Morges, et, dans la décevante série des mousseux, le Melchior, un effervescent rosé de Kursner Vins à Féchy. Au total, pas moins de 920 vins ont concouru, même si (ou à cause de… !) les millésimes 2013 et 2014, climatiquement difficiles, sont considérés comme des années moyennes. Le palmarès n’aligne pas moins de 95 médailles d’or et 185 d’argent.

Boulevard pour un chasselas morgien

A Aigle, pour sa quatrième édition, le Mondial du Chasselas a réuni près de 700 échantillons (pour 129 médailles d’or), dont 447 vaudois. Le double axiome — Lavaux en tête et 2014 mieux apprécié que 2013 — est inversé !

Mais, au contraire de la Sélection vaudoise, les vins de 2013 et 2014 étaient jugés dans une seule catégorie, et ce sont les 2013, pourtant en sous-nombre, qui s’illustrent : trois vins de ce millésime parmi les cinq premiers des blancs secs.

La Côte s’est imposée au nez et à la barbe des Lavaux, pourtant bien représentés en tête des médailles d’or, avec La Grand’Rue 2013, de la Ville de Morges, noté à 93,4, devant le Saint-Pierre 2013 également, du Domaine des Châbles, un Grand Cru de Corsier-sur-Vevey signé Martial Neyroud, puis, premier 2014, Les Berneyses, grand cru de Chardonne, de Jean-François Neyroud-Fonjallaz, devant le premier Chablais, 2014, le Domaine Grange Volet, propriété familiale de Badoux, et le premier Dézaley, le 2013 du Domaine Bovy (bien classé avec En Blassinge à la Sélection vaudoise).

La Côte se met en évidence avec sa coopérative, Uvavins, sous la marque Bertand de Mestral 2014, avec un chasselas doux (plus de 4 grammes de sucre résiduel), et on retrouve des domaines, tous du groupe Schenk, en l’occurrence, en tête des «vieux millésimes», avec la Réserve du Domaine du Château de Châtagnéréaz, du grand millésime 1990, devant la Cure d’Attalens du caniculaire 2003 et le Château Maison-Blanche, d’Yvorne, dans un autre grand millésime, 2000.

Logiquement, La Grand’Rue 2013 cumule les trophées, y compris celui de meilleur vin à plus de 15’000 exemplaires, une distinction très relative, puisque qu’il ne restait qu’une palette de ce 2013 au moment de la proclamation des prix ! Cette cuvée championne du monde est à mettre au crédit de l’ancienne équipe de la cave morgienne, renouvelée dès 2014, avec une ambition de convertir le vignoble à la biodynamie.

Des miettes pour le reste de la planète

La «démonstration» vaudoise a laissé aux autres des miettes… Deux non-filtrés neuchâtelois n’ont pu être départagés en tête des «vinifications spéciales» : celui du Domaine de Chambleau à Colombier et celui du Domaine de Montmollin, à Auvernier, tous deux de 2014, qui se partagent le titre de «meilleurs vins neuchâtelois».

Distingué par le prix de la presse (dont on ne pourra dire qu’elle n’a pas fin nez !) à la Sélection genevoise, le chasselas 2014 du Domaine des Alouettes, récolté à Satigny et vinifié à Rolle, chez Schenk, se classe meilleur vin genevois et se hisse même dans le «top ten» de la catégorie principale. Quant au Fendant du Ravin 2014, de Diego Mathier, à Salquenen, dixième, il remporte le titre réservé au meilleur vin valaisan. Et parmi les 37 gutedel du Markgräflerland, le Beerenauslese Ballrechten du domaine W. Löffler à Dottingen, s’octroie le trophée réservé à l’Allemagne, où le mot «chasselas» est prohibé. Il reste, résultats du Mondial à l’appui, la grande spécialité vaudois.

Sur le net, www.ovv.ch (Sélection vaudoise) et mondialduchasselas.com

Paru dans Hôtellerie & Gastronomie Hebdo, le 23 juillet 2015.