Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Posté le 27 octobre 2007 dans Vins suisses

Les meilleurs liquoreux du Valais, dégustation 2007

Les meilleurs liquoreux du Valais, dégustation 2007

Dix ans de la Charte Grain Noble ConfidenCiel
La quintessence du Valais en un flacon
Le 30 novembre, à Berne, la Charte Grain Noble ConfidenCiel présentera sa cuvée anniversaire. Vingt vignerons valaisans ont cédé chacun vingt litres de liquoreux 2005, amoureusement élevé dans leur cave.
Pierre Thomas
Drôle d’idée que de mettre en commun la fine goutte dont est le plus fier chaque vigneron! Mais c’est un symbole. Cette bouteille de 7,5 dl sera un «collector». «On en offrira une à Pascal Couchepin à son élection à la présidence de la Confédération», commente Pierre Devanthéry, directeur de l’Interprofession de la vigne et du vin du Valais, qui pilote l’opération. Une vingtaine de vignerons, sur les trente qui ont adhéré librement à la Charte, ont cédé pour cette cuvée vingt litres qui d’ermitage (en majorité), qui de malvoisie, qui de johannisberg et qui d’amigne. Si certains grands producteurs de liquoreux (Domaine du Mont-d’Or, Jean-René Germanier, Provins Valais) mettent en marché jusqu’à une quinzaine de milliers de litres de cet «or du Rhône», la plupart des vignerons se contentent de deux ou trois barriques de 225 litres.
Une cuvée… confidentielle
Les lots de la cuvée anniversaire ont été dégustés, puis assemblés au Domaine du Grand-Brûlé, à Leytron, appartenant à l’Etat du Valais, et mis en bouteille cette semaine. La cuvée, qui aurait pu s’appeler «10—20» (dites-le à haute et intelligible voix !), pour «dix ans et vingt producteurs», mais se contentera de ConfidenCiel en lettres d’or, constitue un effort particulier de chaque vigneron. Au point que la Charte Grain Noble a renoncé, cette année, à sa traditionnelle dégustation à VINEA, à Sierre.
Celle qui me fut réservée est donc exceptionnelle. A l’aveugle, j’ai pu déguster plus de trente échantillons de vins en principe encore sur le marché actuellement, soit chez le producteur, soit chez des revendeurs. La hiérarchie, une fois de plus, a été respectée (lire ci-dessous). En dix ans, et même davantage — Marie-Thérèse Chappaz fêtera les vingt ans de ses «grains nobles» avec le millésime 2008 —, ce sont, régulièrement, les mêmes producteurs qui se signalent par les nectars les plus remarquables.
Avec ou sans botrytis
La Charte offre un cadre de production sévère: cépages valaisans (amigne, arvine, ermitage, malvoisie, johannisberg, païen), veilles vignes (de plus de 15 ans), long élevage en fûts (en général 18 mois) et dégustation pour obtenir un label. Selon l’un de ses pères, l’œnologue Stéphane Gay, ces conditions gomment l’effet du cépage. Mais pas celui du millésime: en Valais, l’arrière-automne peut favoriser soit le dessèchement des raisins (raisins flétris), soit, par alternance de pluie et de foehn, l’apparition du «botrytis cirenea», la «pourriture noble». Ce champignon, redouté sur les raisins destinés aux vins secs, mais providentiel pour les grands liquoreux, modifie la formule chimique du raisin, partant, les arômes du vin.
Depuis 1989, la Charte Grain Noble ConfidenCiel annote les années : 1990, 93, 94, 97, 2001 et 2003 sont qualifiées d’excellentes. Année de la cuvée anniversaire, 2005 fut moyenne quant au botrytis, mais favorable à des vins élégants, d’un bon potentiel de garde. Sachant que ces merveilles, dans une bonne cave, peuvent s’améliorer sur vingt ou trente ans, au moins… Ce privilège, lié au climat, le Valais le partage avec les «grands» que sont l’Alsace, la Loire, le Sauternais, le Neusiedlersee autrichien et le Tokay hongrois.. Mais il y a dix ans que les vignerons valaisans en ont pris une réelle conscience, pleinement assumée.

La dégustation
Grain Noble 2005, Marie-Thérèse Chappaz, 19/20
Robe vieil or, nez de cognac, d’ananas confit, de massepain ; magnifique volume ; puissance, harmonie et équilibre, avec une finale sur le rôti (raisin botrytisé)
46 fr., 50 cl. ; Cave La Liaudisaz, 1926 Fully, tél. 027 746 35 37 ; www.chappaz.ch

Amigne flétrie de Vétroz 2005, Cave des Tilleuls, Fabienne Cottagnoud, 18/20
Jaune vif ; nez de vanille; attaque sur le tabac blond; en bouche, belle matière, du coing, de la poire, et une finale sur le citron vert, la gentiane ; puissant et racé.
33 fr., 37,5 cl ; 45 fr., 50 cl ; Cave des Tilleuls, 1963 Vétroz, tél. 027 346 74 58 ; www.fabiennecottagnoud.ch

Larme de décembre 2005, Thierry Constantin, 18/20
Robe dorée ; arômes rappelant la tarte Tatin; en bouche, compote de pêche ; bonne acidité de soutien, touche safranée en finale ; une grande originalité (cépage johannisberg pur) et une belle complexité.
30 fr., 37,5 cl ; Thierry Constantin, 1962 Pont-de-la-Morge, tél. 027 346 61 21 ; www.thierryconstantin.ch

Petite arvine flétrie 2004, Philippe Darioly, 18/20
Robe jaune foncé ; nez frais de rhubarbe ; attaque vive sur l’écorce de pamplemousse confite, le gingembre ; finale saline ; un vin typé de son cépage, vif et  dynamique.
29 fr., 37,5 cl (2005) ; Philippe Darioly, rte de la Fusion, 1920 Martigny, tél. 27 723 77 66

Mitis, Amigne de Vétroz 2003, Gilles Besse, 18/20
Robe bronze ; nez de frangipane, de thé Earl Grey; attaque suave, crémeuse, rappelle une pâtisserie ou une glace au rhum ; persistance sur la douceur, belle longueur.
29 fr., 37,5 cl (2005) ; Jean-René Germanier, Balavaud, 1963 Vétroz, tél. 27 346 12 16 ; www.jrgermanier.ch

Ermitage 2005, Denis Mercier, 18/20
Robe vieil or ; nez d’abricot confit, d’écorce d’orange ; en bouche, fruit magnifique, rappelant la mangue ; du gras, de la douceur, pour une belle amplitude. Eviter un accord, ou plutôt la collision frontale, avec un mets sucré!
27 fr., 37,5 cl ; Anne-Catherine et Denis Mercier, Crêt-Goubing 44, 3960 Sierre, tél. 027 455 47 10

Où les acheter aussi?
L’Oenothèque du Château de Villa, à Sierre, Jean Solis à Pully, Pierre Muller de la Cave de Reverolle, CAVE SA, à Gland, le Verre à Pied, à Sion et à Lausanne, disposent en quantité limitées de certains des vins cités, sur divers millésimes.

Article paru dans 24 heures, le 26 octobre 2007.