Pages Menu
Categories Menu

Posted on 3 juin 2013 in Actus - News

La Chine pour règler les problèmes d’héritages français ?

La Chine pour règler les problèmes d’héritages français ?

On le sait depuis longtemps — et la succession des régimes de gauche, puis de droite, et à nouveau de gauche n’y a rien changé —, la transmission et le morcèlement des domaines viticoles en France pose des problèmes, notamment fiscaux, à toute personne entendant toucher sa part d’héritage. La France paraît, ainsi, appliquer à la lettre la si juste maxime d’Alphonse Allais: «Il faut prendre l’argent là où il est. Chez les pauvres.»

Devant «un problème d’indivision», famille de l’œnologue Michel Rolland a trouvé une parade en cèdant trois de ses domaines, les châteaux Le Bon Pasteur (6,62 hectares en Pomerol), Rolland Maillet (3,35 hectares en Saint-Emilion), Bertineau Saint-Vincent (5,5 hectares en Lalande de Pomerol) à un groupe de Hong Kong.

A ce tarif, que va-t-il rester de la France? Même si l’achat de propriétés par des Asiatiques va bon train, elle reste encore marginale, même à Bordeaux. Déjà propriétaire d’un domaine en Californie, Sloan Estate, le groupe de Hong Kong Golding Financial Holding dit vouloir “élargir son portefeuille mondial de vins rares et de qualité”. Son achat lui permet “d’établir une présence à Bordeaux, considéré comme le principal centre de production de vin au monde”.

Michel Rolland, immortalisé par le film Mondovino, a donc trouvé repreneur en Asie, comme son ami Bob Parker, vendant son Wine Advocate, réduit à sa version informatique, à un groupe de Singapour.

Et la nouvelle tombe la même semaine où l’Elysée a vendu une partie de ses plus prestigieux crus bordelais aux enchères publiques à Paris. Pour un résultat dépassant toutes les espérances (plus de 700’000 euros, soit près d’un million de francs suisses). Mais qui ne va pas, non plus, changer grand’chose à la situation financière de la République.

On est plutôt dans le domaine inverse des «petites causes, grands effets», et donc des «grandes causes (dont on cause !) et des petits effets».

©thomasvino.ch