Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Posté le 7 octobre 2013 dans Lu sur Internet

Souvent notes varient…

Souvent notes varient…

Il suffit d’évaluer un vin sur une échelle pour se retrouver, un jour ou l’autre, en porte-à-faux, parfois même avec son propre jugement. Dégustateur et journaliste, Michel Dovaz avait coutume de dire que des commentaires (et plus encore des notes !) de dégustation sont un «instantané» qui reflète un moment M, de l’heure H et du jour J. Il suffit de reprendre le même vin à un autre moment pour arriver à un résultat différent…

Et cela peut arriver à tout le monde. L’excellent magazine «Bourgogne aujourd’hui», qui s’articule sur des dossiers pointus et, surtout, sur de vastes dégustations, bien étayées par des commentaires et des notes (sur 20 points), en donne un intéressante illustration.

Et si 90/100 = 15,5/20 ?

Ce magazine offre un prix au vin bourguignon le mieux noté du Mondial des Pinots, à Sierre. Cette année, c’est Brigitte Berthelemot, à Meursault, qui l’a obtenu, grâce à un Beaune Premier Cru, Clos des Mouches 2011, médaillé d’or avec 90,2/100. En page 12 du no 114, le magazine reprend et développe l’info. Quelques pages plus loin (p. 45), un jury de plusieurs fins dégustateurs a apprécié et noté sur 20, des vins de la région de Beaune. Sous «valeur sûre», on retrouve Brigitte Berthelemot, dont on dit qu’«en vins rouges, le domaine a produit des vins pleins de fruit, tendres, charmeurs et solides». Figure donc le médaillé d’or de Sierre, ce Beaune Premier Cru, Clos des Mouches 2011, noté, cette fois, à 15,5/20.

On n’empêchera pas les descendants du Prof. Cosinus de faire un rapide calcul : un vin noté 15,5 sur 20 devrait obtenir la note de 77,5 points sur 100. Et échapper à toute médaille… Hérésie vous diront les pros des concours : la grille de dégustation, dite fiche de l’O.I.V. sur 100 points s’applique à Sierre. Les critères utilisés ne permettent pas de faire un simple report…

Ouf ! Il faut dire que le commentaire en texte est plutôt flatteur : «Arômes frais, expressifs, de fruits rouges, de fleurs… En bouche, le vin est délicat, gourmand, le tout avec une bonne longueur» et s’accorde davantage à un vin médaillé — quelques vins rouges de la dégustation de «Bourgogne aujourd’hui» ont obtenu une meilleure note, 17,5 pour le sommet.

Un Valaisan en Côte châlonnaise

Autre information qui filtre dans cette édition du magazine «Bourgogne Aujourd’hui» et que nous avait donnée le principal intéressé : le Valaisan Jean-Marc Amez-Droz, gérant du Château Signac, en Côtes-du-Rhône, près de Bagnols-sur-Cèze, conseille le domaine de Chanzy. Ses propriétaires, venus du monde du luxe, Laurent Chabaud et Philippe Der Megredtichian, veulent faire de ce domaine de 32 ha (200’000 bouteilles en 2013) «une des stars de la Côte châlonnaise». Un important travail a été effectué dans les vignes et dans l’équipement du chai, en cuves et barriques. Une activité de négoce devrait aussi recouvrir le reste de la Bourgogne (Côtes de Beaune et de Nuits). On ira voir sur place…

©thomasvino.ch