Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Posté le 15 janvier 2014 dans Actus - News

Changins devient CHANGINS

Changins devient CHANGINS

Pour tous ceux et celles qui l’ont fréquentée, Changins a toujours été Changins. Par contre l’administration s’était ingéniée à lui donner des noms biscornus, divers et variés. Le 15 février 2014, Changins est donc (re)devenue CHANGINS — oui, tout en majuscules !

Comme l’indique un communiqué de presse : «comme on dirait, toutes proportions gardées, Harvard ou EPFL». Un graphiste bernois lui a donné son identité : CHANGINS en capitales, donc, et «haute école de viticulture et œnologie», tout en minuscules. Mais, comme l’écrit très justement le communiqué de presse, Harvard s’écrit avec une capitale initiale et des minuscules (et non HARVARD) et EPFL, tout en majuscules, parce que c’est un acronyme (et non Epfl, donc…). Et pour les puristes de la typographie, Changins restera Changins, punkt schluss !

Et ce nom chapeaute trois entités, la Haute école de viticulture et d’œnologie, avec son bachelor et son master, partie intégrante de la HES-SO, l’Ecole supérieure de technique vitivinicole (diplôme reconnu par la Confédération), et l’Ecole du vin, qui, pour la première fois en 2014, offre une formation suisse pour sommeliers, avec un brevet fédéral. Son conseil de fondation est présidé par le Tessinois Gianni Moresi et Changins est dirigé par Conrad Briguet. Comme le dit le communiqué, «Changins peut se targuer d’être, en quelques années, devenue la capitale suisse de la formation vitivinicole». Elle entretient un secteur de recherche et de développement qui, par exemple, étudie un système de gestion agronomique et environnementale de l’agriculture par drône ou le concept de minéralité des vins, «en vogue, mais mal connu».

©thomasvino.ch