Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Posté le 24 juillet 2014 dans Actus - News

Pluie d’or sur les chasselas vaudois

Pluie d’or sur les chasselas vaudois

L’honneur du chasselas vaudois est sauf : le 10 juillet, à Montreux, c’est le Calamin L’Arpège 2013, de Jean-Luc Blondel, à Cully, qui a remporté le titre de champion de la Sélection vaudoise 2014, non seulement en chasselas, mais en note absolue du concours, avec 94,4/100 points (remportant le «trophée master»). Début juillet, à Aigle, le titre de champion du monde avait pourtant échappé à un Vaudois.

Le titre mondial est revenu au Fribourgeois Jean-Daniel Chervet, du Domaine Chervet, à Praz, avec son Vully Sélection 2013, noté 93,2/100 points. En ce début de mois de juillet… pluvieux, c’est une trombe de médailles d’or qui s’est déversée sur les chasselas vaudois. Les deux compétitions se sont jouées, en juin, à la grande salle de Froideville, coup sur coup.

Le troisième Mondial du Chasselas est un tout petit peu universel (avec 47 vins étrangers sur 642 participants), passablement suisse (595 vins) et énormément vaudois (436 vins). 185 vins ont obtenu une médaille, dont 61 en or. Les statistiques de la Sélection vaudoise montrent que 905 vins ont concouru, dans toutes les couleurs et cépages, pour 285 médailles dont 111 d’or. Le chasselas en accumule 49 pour 2013 et 11 dans la catégorie distincte 2011 – 2012, alors que les millésimes sont mélangés pour les autres catégories et cépages.

Bons points pour le label Terravin

Au Mondial du Chasselas, le Vully a devancé deux dauphins vaudois, le Domaine du Petit Cottens 2013, grand cru de Luins-La Côte, et le Chant des Resses 2013, grand cru d’Yvorne-Chablais, des Artisans vignerons d’Yvorne, tandis que dans les millésimes antérieurs, le Château Maison-Blanche, grand cru d’Yvorne-Chablais, s’imposait avec le millésime 2009.

A la Sélection vaudoise, les dauphins du Calamin 2013, obligatoirement AOC Grand Cru depuis le millésime 2013, sont un Domaine du Prieuré, de Perroy, et le Caprice de Madame, de Bolle & Cie, à Morges, pour le dernier millésime, et pour les plus anciens, le Saint-Saphorin Vieilles Vignes 2012 des Frères Bovy, à Chexbres, s’impose devant le Clos de Châtonneyres 2012, des vignerons de Corseaux, et deux vins de la Collection signée par la journaliste zurichoise Chandra Kurt, chez Bolle & Cie, le Féchy et l’Aigle, 2012 également.

Terravin s’est félicité de son succès : alors qu’en quantité de vins vaudois mis sur le marché, les crus «terravinés» n’en représentent que 5 à 10%, ça n’est pas moins de 27% des médailles d’or vaudoises au Mondial et 59% des médailles d’or à la Sélection vaudoise, qui sont labellisées en chasselas.site_SVV 2014-Lauréats

Ci-dessus, beaucoup de monde sur la photo: Jean-Luc Blondel est en pantalons rouges, à sa droite, Olivier Chautems, et tout à droite sur la photo Reynald Parmelin, Rodrigo Banto, à sa gauche et, avec un pull et un veston gris, Charles Rolaz, propriétaire de Hammel.

Un palmarès très hétérogène

Dans les autres catégories et cépages, les podiums de la Sélection n’ont pas la même valeur que pour le principal cépage du vignoble vaudois — le chasselas représente 68,5% du vin vaudois en 2013. En «autres cépages blancs», un magnifique doral 2012 en barrique de Olivier Ducret, de Chardonne, l’emporte, à l’instar du très bourguignon pinot noir barrique 2012, des Celliers du Chablais, à Aigle, dans son cépage, et du curieux et évanescent assemblage rouge Harmonie du Cloître 2011, de la Propriété Veillon, à Aigle.

Les autres catégories réservent diverses incongruités. Comme ces ex-aequos en tête des rosés, Le Rosé 2013, de la Cave de la Côte, et le gamay 2013 de Jean-Daniel Coeytaux, à Yens, devant un œil-de-perdrix 2013 de la Cave des 13 Coteaux, à Arnex-sur-Orbe. Cette cave des Côtes-de-l’Orbe — qui n’en est pas une, puisque ses vins sont vinifiés par diverses maisons vaudoises… — remporte deux catégories, grâce à l’étiquette personnelle de son vice-président, Olivier Chautems, de Champvent, champion en gamay, avec Emotion 2012, et avec Plaisir Brut, en mousseux. Dans cette dernière catégorie, les trois premiers sont issus de cuve close (le premier), de la méthode traditionnelle (rosé) et le troisième est un vin gazéifié!

Même hétérogénéité dans les vins liquoreux, avec le champion, le Quentus 2011, des Frères Dubois, à Cully, un Müller-Thurgau (75%) et chardonnay (25%), élaboré en «cryoextraction», devant un pinot gris en «vendange tardive», le biennommé Saint-Martin, de Cidis, et un chardonnay-chasselas (50-50) passerillé, Petite Gourmande 2012, de Bernard Gauthey, à Arnex.

Enfin, on gardera pour la bonne bouche, les vainqueurs en «autres cépages rouges purs», les merlots vinifiés en barriques par Hammel, La Lieue 2012, du Domaine de Montet, à Bex, devant l’Apicius 2012, du Domaine du Châtelard, à Villeneuve, deux candidats au classement en 1er Grand Cru, où ils seront les premiers vins rouges à parvenir à ce nirvana vaudois.

Dans les trophées annexes, le Clos de Châtonneyres a enthousiasmé les dégustateurs étrangers du Mondial du Chasselas, le pinot noir d’Aigle, les journalistes, le cabernet-merlot 2012 de Reynald Parmelin, de La Capitaine, à Begnins remporte le trophée du vin bio vaudois le mieux noté et le Calamin L’Arpège, celui du vin le mieux noté de tout le concours.

Résultats complets sur Internet :

www.mondialduchasselas.com et

www.vins-vaudois.com

©thomasvino.ch