Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Posté le 6 mai 2016 dans Tendance

Bordeaux Primeurs 2015  Le cirque est de retour

Bordeaux Primeurs 2015
Le cirque est de retour

2015, millésime de référence, comme tous les derniers multiples de 5 (1985, 90, 95, 2000, 05, 10 et 15), à Bordeaux. La hiérarchie bien établie pourrait-elle être susceptible d’être bousculée ? C’est ce que tous les critiques qui courent aux dégustations des primeurs cherchent à démontrer.

La retraite de l’Américain Bob Parker a aiguisé les appétits. Chacun essaie donc de faire son show à sa manière. Le «petit dernier» est Suisse du lac de Bienne, Yves Beck, qui met à disposition gratuitement ses propres notes de dégustation, en espérant toutefois une obole sur son site Internet. A vot’bon cœur M’sieurs-dames !

Il y a, bien sûr, les critiques français, Bernard Burtschy, du site du Figaro et Jacques Dupont, du magazine Le Point, qui publient déjà leur palmarès.

Dernier arrivé sur la piste suisse romande, Jean-Marc Quarin. Depuis près de vingt-cinq ans, il essaie de se profiler comme l’anti-Parker, comme il nous l’avait dit dans une interview pour feu l’hebdomadaire dimanche.ch.

Le voilà de retour officiellement, et pour la première fois, à Lausanne. Il a déjà présenté ses causeries-dégustations-évaluations trois fois à Paris, au Salon des Outsiders. Précisément, hors des classements officiels, le critique essaie de trouver, millésime après millésime, un outsider, soit «un vin dont le goût est supérieur à ce que l’étiquette laisse paraître». Le goût vrai contre le prestige de l’étiquette, donc… A boire et à entendre le vendredi 3 juin, de 11 h. à 21 h., au Beau-Rivage Palace, à Lausanne-Ouchy. La dégus-démonstration a son prix : 40 francs sur inscription on line (www.lesrencontresquarin.com) ou 50 fr. sur place.

Des ateliers sont prévus, dont l’un sur Cheval-Blanc (dix millésimes comparés) et l’autre sur Yquem, avec le directeur technique du premier, Pierre-Olivier Couet, et la maître de chais du second, Sandrine Garbay. Pour Yquem, l’atelier «soulignera la permanence de la qualité dans le goût du château d’Yquem entre 2000 et 2013 et insistera sur l’école de rigueur qu’est la viticulture à Sauternes».

Mazette ! Et dire que les prix des bordeaux 2015 n’est pas connu : tout ce battage ne va, évidemment, guère inciter à leur modération… C’est, depuis que le système existe, le jeu et l’enjeu de la vente en primeurs. Et certains négociants permettent, sur leur site Internet, de réserver déjà les vins, sans connaître ni la disponibilité, ni le prix… Che cazzo!

Et devinez qui a dit: « Le prix du vin n’est jamais en rapport avec la qualité. Le prix est en rapport avec l’offre et la demande. » ?

©thomasvino.ch