Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Posté le 6 juin 2016 dans Vins suisses

Féchy, le poids d’un grand cru

Féchy, le poids d’un grand cru

Début juin 2016, les associations de vignerons de Féchy ont présenté leur volonté de mettre en avant les sélections parcellaires. Le magazine Le Guillon, dans son édition du printemps 2016, avait esquissé ce dossier. Et dégusté les chasselas sur le millésime 2014.

Par Pierre Thomas

Sait-on qu’avec 165 hectares, Féchy est le «lieu de production» où le chasselas est le plus présent de tout le vignoble vaudois, à une exception près ? Avec une présence de 93%, Féchy n’est dépassé que par l’AOC Grand Cru Calamin, plantée à 97% en chasselas, mais sur 16 ha seulement, devant le Dézaley, 86%, sur 55 ha. Avec sa cinquantaine de lieux-dits, Féchy veut mettre en avant ses terroirs, ses 1ers Grands Crus et ses Grands Crus.

©www.ucv.ch

© www.ucv.ch

Avant l’imposition de la nouvelle loi sur les appellations vaudoises par le Conseil d’Etat, en 2009, Féchy mena une croisade politique contre l’extension du périmètre des appellations. Résultat des courses (en bref) : le vignoble vaudois est divisé, depuis 2009, en 8 appellations régionales (dont deux AOC Grands Crus, le Dézaley et le Calamin) et en 28 lieux de production.

Celui de Féchy cultive ses 177 hectares sur la commune de Féchy (76 ha), de Bougy-Villars (39 ha, soit 100% du vignoble de cette commune), d’Aubonne (41 ha, 35%) et de Perroy (21 ha, 17%), selon le registre cantonal des vignes 2014.

Cette année-là (sur laquelle porte la dégustation des pages suivantes), on y a récolté l’équivalent de 1,11 millions de litres de chasselas répondant aux critères qualitatifs de Grand Cru (soit une richesse en sucre supérieure de 5 degrés Oechslé aux minimas de l’AOC), 212’000 litres en AOC et 35’200 litres en 1er Grand Cru. Par le jeu des assemblages régionaux sous AOC La Côte, la commercialisation du chasselas de Féchy équivaut à près de 2,5 millions de bouteilles, hors les Grands Crus et des trois 1ers Grands Crus.

©www.ucv.ch

© www.ucv.ch

Valoriser les sélections parcellaires

Les vignerons de Féchy, réunis en deux associations, l’une de promotion, l’autre de propriétaires, qui ont fusionné sous la bannière «Vin et terroir Féchy», sont décidés à promouvoir leurs terroirs, affirme leur porte-drapeau, Jean-Luc Kursner. Une vingtaine de caves et 102 hectares contribuent à financer cette association.

L’essentiel des sols de Féchy est réparti entre des sols calcaires à fonds argileux-marneux, sur les hauts du coteau qui va de Curzille, sur Aubonne, à Bougy-Villars, puis une large bande de sols calcaires à fond limoneux compact. En bas de pente, des sols calcaires de colluvions et des sols non calcaires. On y trouve, ça et là, des sols caillouteux, des sols rouges non calcaires ou, au contraire, calcaires issus de molasses. Cette diversité peut être mise en valeur par une vinification parcellaire, la revendication du Grand Cru, qui recouvre l’ensemble du lieu de production, et, sur dossier conformément à la loi, du 1er Grand Cru.

fechy_terroirLien sur la carte des terroirs de Féchy (plus détaillée)

Les vignerons ont fait appel aux spéciaistes des sols français de réputation internationale, Claude et Lydia Bourguignon, pour étayer cette diversité, propice à la culture du raisin blanc. Les meilleurs terroirs sont dans le coteau, entre 385 et 550 m. d’altitude, là où la pente peut dépasser les 30%. Cette topographie augmente l’intensité lumineuse et la chaleur. Elle permet un réchauffement du sol dès le matin et elle évite que la raisins ne subissent la canicule de l’après-midi. La présence du Léman modère les extrêmes et les vins gardent leur fraîcheur, ce que notre dégustation a démontré.

Classé à l’inventaire national des sites

La pression de l’immobilier sur les hauts de Féchy, et naguère jusque au cœur du vignoble, pose des problèmes depuis le milieu du 20ème siècle. Dans les années 1960, une vingtaine d’hectares ont été repassés en zone viticole. Par arrêté du 26 novembre 1971, le Conseil d’Etat vaudois a institué une «zone protégée», «en vue de ménager l’aspect caractéristique du paysage viticole figurant (…) dans l’Inventaire des paysages et des sites d’importance nationale».

Les vignerons ont l’intention de se réclamer de la mention «Féchy, vignoble classé 1971», selon Jean-Luc Kursner. Sa cave a déposé une vingtaine de marques enregistrées, dont «Mi-Coteau» et «En Vanel», en 1999, «Brez» et «1971», en 2009. A noter que l’Institut fédéral de la propriété intellectuelle enregistre comme marques des lieux-dits répertoriés, ce qui n’est pas pour clarifier les choses aux yeux du consommateur, qui s’attend à trouver du parcellaire, quand l’étiquette mentionne un nom de lieu, suivi ou non du sigle ®. La même question fait débat entre l’Union Européenne et les Etats-Unis et s’invite insidieusement dans le vignoble vaudois…

©www.ucv.ch

© www.ucv.ch

Autre initiative récente: sur une parcelle du Petit Clos, appartenant au vigneron Raymond Paccot, pourrait s’installer une «antenne» à La Côte du Conservatoire mondial du chasselas, initié par Louis-Philippe Bovard, à Lavaux. Il s’agira alors de contribuer à la diversification des clones de chasselas, comme les parcelles expérimentales le démontrent sur les hauts de Rivaz, avec cinq variétés du cépage lémanique emblématique, le fendant roux, le vert de la Côte, le giclet, la blanchette et le bois rouge, à côté de 14 autres présentes à plus petite échelle.

La dégustation et ses enseignements

Comme pour les dézaleys (Le Guillon no 47), la dégustation des Féchy s’est déroulée en deux tours, le matin du mercredi 25 novembre 2015, au bar à vins Midi 20, à Lausanne. Un jury de cinq personnes avait répondu présent. A tout champion, tout honneur : le meilleur sommelier du monde en titre, Paolo Basso, nous a fait l’honneur de déguster ces chasselas de Féchy. Marjorie Bonvin, une des deux seules femmes «maîtres cavistes» de Suisse romande, qui vinifie notamment les vins des Hospices cantonaux pour Badoux à Aigle, l’accompagnait, avec les membres de la commission de dégustation des 1ers grands crus vaudois (et du label Terravin), Marco Grognuz, vigneron-encaveur, Richard Pfister, œnologue, et Jean Solis, négociant et dégustateur.

Les 27 chasselas envoyés par les producteurs ont été dégustés à l’aveugle, d’abord en quatre séries, puis 15 vins sélectionnés se sont retrouvés en finale. Tous les vins affichaient soit la mention 1er Grand Cru, soit Grand Cru, à l’exception du Brez, de Raymond Paccot, pionnier du parcellaire à Féchy, qui respecte la législation Grand Cru, même s’il ne le mentionne pas sur l’étiquette, bien qu’il envisage de le faire à l’avenir.

La dégustation des 2014

1ers Grands Crus ? Deux sur trois !

Le verdict est intéressant. Deux des trois 1ers Grands Crus recensés dans le périmètre du lieu de production Féchy sont sur le podium. Le premier classé, le Château de Malessert, dont deux hectares sont vinifiés en 1er Grand Cru, place son «simple» Grand Cru au 7ème rang. Donné en mars 996 au couvent de Romainmôtier, ce domaine historique n’a connu que cinq propriétaires en plus de mille ans, dont la famille de Saugy actuellement. La vinification est assurée par UVAVINS-Cidis SA, par Fabien Coucet, qui vinifie également le Château La Bâtie, à Vinzel, dont le 1er Grand Cru a été désigné «vin du Conseil d’Etat vaudois» pour 2015, en novembre dernier, et le Domaine de la Vignarde, à Féchy, classé 11ème de notre dégustation.

En embuscade, deux vins vinifiés par Schenk : le Domaine du Martheray, nouveau 1er Grand Cru depuis ce millésime 2014, 3ème classé, suivi du Domaine du Saugey, également membre de Clos, Domaines et Châteaux. Aux 2ème et 5ème rangs, on trouve deux anciens vainqueurs des Lauriers de Platine, «coupe» des meilleurs chasselas de l’année labellisés Terravin, les Molliex père et fils en 2013, avec «Les délices de Pierrot» 2012, et Raymond Metzner en 2012, avec le Clos de la Dame 2011, et qui fait aussi partie de Clos, Domaines et Châteaux. Cinquième ex-aequo, le Grand Cru «de base» du Domaine de Fischer, vinifié par Hammel, qui produit aussi le troisième 1er Grand Cru fezzolan, sur un hectare, qui ne s’est pas qualifié pour la finale.

Le collège de dégustateurs a souligné l’excellente qualité de ces chasselas de Féchy, qui se placent parmi les meilleurs vins vaudois et se distinguent par des nuances. C’est, du reste, un Féchy, au nom de fantaisie de Filet d’or, qui ne revendique pas d’être Grand Cru, vinifié par Bolle & Cie, qui a remporté en cette année 2015 les Lauriers de Platine.

1er     17,4/20

Château de Malessert 2014, 1er Grand Cru, Féchy, La Côte AOC, mis en bouteille au château, Hoirie de Saugy, distribué par Cidis, 12,5%, bouchon diam., www.premiersgrandscrus.ch; www.cidis.chNez à dominante minérale, avec des notes de levures et d’épices ; belle structure et grande intensité ; de la complexité et une rétro minérale ; long et riche, avec un caractère distingué, beau potentiel de garde.

2ème 16,8/20

Féchy 2014 Les Barrettes, Grand Cru, AOC La Côte, Pierre-Louis et Thierry Molliex, vignerons-encaveurs, Féchy, 12%, médaille d’or Sélection des vins vaudois 2015, fermeture à vis. *www.molliex.ch

Nez intense, floral et fruité, avec une note anisée ; attaque vive, milieu de bouche à la texture dense; ample et rond, un chasselas qui redemande, note un dégustateur.

3ème 16,6/20

Domaine du Martheray 2014, 1er Grand Cru, Féchy, étiquette provisoire, Schenk, bouteille CDC, bouchon diam. *www.schenk-wine.ch; www.c-d-c.ch

Nez de belle intensité, sur des notes de fruits mûrs et minérales ; beau volume à l’attaque ; complexe en milieu de bouche ; finale friande et longue ; un vin charnu, savoureux et persistant, marqué par son terroir.

4ème 16,2/20

Domaine du Saugey 2014, Grand Cru, AOC La Côte, propriété E. et L. de Mestral à Féchy, Schenk, 12%, fermeture à vis, bouteille CDC, méd. or Mondial du Chasselas. *www.brocardvins.ch; www.c-d-c.ch

Nez de tilleul ; dense, à dominante florale ; de la complexité et de la maturité du fruit, avec, déjà, une pointe d’évolution ; riche et savoureux, belle persistance aromatique.

5èmes ex aequo 16/20

Domaine de Fischer 2014, Féchy Grand Cru, AOC La Côte, 12%, Hammel SA, Rolle, fermeture à vis. *www.domainedefischer.ch, www.hammel.ch

Nez de tilleul et de pierre à fusil ; fruité, matière mûre, légère évolution ; rétro minérale, pointe d’amertume ; bonne longueur, belle richesse.

Clos de la Dame 2014, Féchy Grand Cru, AOC La Côte, Domaine Chatelanat, label Terravin, 12,5%, Raymond Metzner, vigneron-encaveur, Perroy, bouteille CDC, fermeture à vis. *www.domaine-chatelanat.ch ; www.c-d-c.ch

Notes minérales et d’agrumes; attaque marquée par le carbonique; finale mordante et rigide, mais avec une certaine finesse et de la personnalité.

7èmes ex æquo 15,8/20

Château de Malessert 2014, Grand Cru, Féchy, La Côte AOC, Hoirie de Saugy, Cave de La Côte (Cidis), 12,3%, bouchon diam. *www.cidis.ch

Nez citronné, notes fumée et de cire d’abeille ; attaque vive et fraîche ; bonne structure ; finale sur une acidité marquée et sur des notes minérales.

Réserve 2014, Féchy Grand Cru, AOC La Côte, Georges-Claude Blanchard, Bougy, 12,3%, bouchon liège. *www.blanchard-bougy.ch

Nez de fruits du verger, quelques notes lactées ; attaque fruitée, bouche ferme ; belle matière équilibrée ; légère amertume finale qui sèche la bouche.

Crête de Bayel 2014, Féchy Grand Cru, Le Consul, Laurent et Nicolas Martin, vignerons-encaveurs, Perroy, 12%, médaille d’argent GPVS 2015, fermeture à vis. *www.caveduconsul.ch

Nez de citronelle et de camomille ; attaque carbonique, puis sur les fruits mûrs ; de la structure et du volume; un vin riche et goûteux.

Domaine de Riencourt 2014, Féchy, AOC La Côte, Grand Cru, propriété H. Frick de Mulinen, 12%, Hammel SA, Rolle, bouchon diam. *www.hammel.ch

Nez floral avec des notes fumées ; vif à l’attaque ; structure sur l’acidité; frais, avec de la tension, mais un peu dissocié actuellement.

11èms 15,6/20

Domaine de La Vignarde 2014, Grand Cru, J.-F. Rossat, propriétaire-encaveur à Féchy, Cidis SA, 12,5%, bouchon diam. *www.cidis.ch

Nez intense de fruits mûrs, notes lactées et de levures; belle maturité aromatique, balancée par une acidité suffisante ; finale avec de l’envergure et du potentiel.

12ème 15,2

La Crausaz Grand Cru 2014, Féchy, La Côte AOC, Cave de la Crausaz, Bettems Frères SA, Féchy, 12,7%, label Terravin, bouchon diam. *www.cavedelacrausaz.ch

Nez fermé, note de gelée de kiwi ; structure sur la rondeur ; légère amertume métallique et impression de douceur en finale.

13èmes ex aequo) 14,8

Le Chenevier 2014, Grand Cru, Féchy, AOC La Côte, Charles-Henri Gay, propriétaire, Féchy, 12%, bouchon liège. *www.lechenevier.ch

Nez ouvert, notes fermentaires, de lavande ; attaque tout en finesse ; délicat et plaisant, mais un peu court, avec une pointe de salinité.

Brez 2014, La Colombe, Raymond Paccot, Féchy, AOC Féchy, 12%, bouchon liège. *www.lacolombe.ch

Notes anisées, minérales et fumées ; attaque vive, bonne structure ; de la fraîcheur, mais avec une pointe verte et raide en finale.

15ème 14,6

Féchy Curzille Grand Cru 2014, Richard Aguet, vigneron-encaveur, Féchy, label Terravin, 12%, bouchon diam. *www.aguet.ch

Nez un peu fermé, notes citronnées et de levure ; attaque ferme ; milieu de bouche sans grande complexité ; finale sur l’amertume.

©thomasvino.ch, dossier paru dans le magazine Le Guillon, printemps 2016.