Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Posté le 29 novembre 2016 dans Récemment dégusté

Mes étoiles du Valais 2016

Mes étoiles du Valais 2016

cayas_verres

Les étoiles officielles du Valais sont annoncées pour le jeudi 1er décembre 2016.

Voici les miennes, tirées de plusieurs dégustations récentes, à l’aveugle, en novembre 2016, à Syrah au fil du Rhône, à Saint-Maurice, à Lausanne, pour les amignes de Vétroz, organisée par Laurent Probst (site Internet Vins Confédérés), à Chamoson, en lever de rideau de Johanissima, et, à étiquette découverte, chez Jean-René Germanier, m’ont permis de déguster plus d’une centaine de vins.

Voici ceux que j’ai préférés, indexés en étoiles : *** excellent vin, ** très bon vin, * bon vin.

Syrahs du Valais

(13 mentions, sur 25 dégustées)

*** Syrah Cayas 2014, Jean-René Germanier SA, Vétroz

(commentaire de la dégustation en série : sera la gagnante de la finale en 2ème dégustation par le jury — le 18 novembre 2016, à Saint-Maurice).

Nez ouvert, magnifique, attaque sur les épices orientales ; milieu de bouche d’une belle ampleur, qui se développe en séquences ; belle puissance, long et savoureux, avec une grande élégance. Grand vin !

*** Syrah La Madeleine 2014, André Fontannaz, Vétroz

(commentaire de la dégustation en série : sera classé 2ème en 2ème dégustation par le jury)

Beau nez au boisé luxuriant, attaque sur le moka ; belle densité en milieu de bouche ; belle fraîcheur en finale : bien élevée et fraîche à la fois. Grand vin !

*** Syrah Grand Maître 2014, Caveau de Salquenen, Larissa Kuonen

Nez toasté, attaque épicée et poivrée, notes de moka, de la puissance et de l’élégance, mais déjà souple, rappelle un cru des Côtes-du-Rhône.

*** Syrah Les Amandiers 2014, Alexandre Delétraz, Fully

Premier nez boisé, fin, puis belles notes fruitées ; attaque fraîche, notes de café frais, finale poivrée ; bien balancée entre l’élevage et le fruit : possède encore un beau potentiel !

***Syrah 2014, Cave Le Banneret, Chamoson

Nez encore presque primeur, avec des notes fruitées ; attaque d’une belle fraîcheur, du volume en milieu de bouche, du gras ; notes de graphite, en finale, qui laisse une impression de richesse, voire de légère sucrosité.

***Syrah 2013, Clos de la George, Yvorne, Hammel, Rolle (VD)

Beau nez ouvert, de violette, typé ; attaque fraîche ; tanins jeunes et belle acidité ; grande sapidité et belle fraîcheur de fruit.

**Syrah 2015, Jean-Marie Pont, Sierre

Nez floral, avec des notes de violette et de pivoine ; belle fraîcheur de fruit ; plutôt fluide et élégante, type fruité fin.

** Syrah 2015, Clos des Pins, Dardagny (GE)

Nez très frais, presque primeur, attaque sur le caramel, la noix de coco ; l’levage luxuriant domine encore la matière, dans l’attente que tout se fonde…

**Syrah 2014, Philippe et Veronyc Mettaz, Fully

Nez frais, mais peu expressif, avec des notes de mine de crayon ; attaque puissante et large, avec un peu de sucrosité en milieu de bouche ; finale poivrée, agréable et souple.

**Syrah en barriques 2013, Gilbert Devayes, Leytron

Premier nez d’herbes sèches, notes de poivre, puis de violette, dominante végétale, mais de la fraîcheur et un élevage peu marqué, bien intégré, type rustique.

** Syrah 2013, Jean-Louis Mathieu, Chalais (VS)

Nez déjà ouvert, avec une légère évolution, belle densité en milieu de bouche, puissant, riche et gras.

**Syrah 2013, Rives du Bisse, Ardon (VS)

Nez fruité, sur la violette, avec des notes épicées ; attaque sur une texture fine ; agréable et élégant, moins puissant que d’autres (surtout 2014).

**Syrah 2012 Croix-Duplex, Vogel, Grandvaux (VD) (mais vignes à Ollon)

Nez d’élevage, luxuriant, épices orientales, souple, juteux, frais, avec une pointe finale de sucrosité.

Amignes de Vétroz

(12 mentions, sur 24 dégustées)

Rappel : le sigle des abeilles indique le sucre résiduel : 1 abeille, jusqu’à 8 grammes, 2 abeilles, de 9 à 24 g., 3 abeilles, au-delà de 25 g. Je n’ai dégusté que les amignes «à abeille», et pas les rares liquoreuses présentées, dégustation du 21 novembre, au Carlton, à Lausanne.

*** Amigne 2015, Grand Cru, 1 abeille, Serge Roh, Vétroz

Nez puissant et aérien ; attaque sur le citron confit ; beau volume en bouche, du gras, e la sucrosité, certes, mais une finale longue et puissante. Cette ampleur devrait lui permettre de se révéler dans le temps. Beau vin…

***Amigne 2015, 2 abeilles, Thierry Constantin, Pont-de-la-Morge (VS)

Nez de sureau, de citron confit ; beau volume à l’attaque, riche, suave, puissant ; finale sur le zeste d’orange ; un peu brûlante, mais bien faite !

*** Amigne 2015, 1 abeille, Romain Papilloud, Vétroz

Nez avec des notes légèrement lactiques ; attaque fraîche ; milieu de bouche moyen ; vin sec, avec une note légérement végétale et mentholée ; manque encore un peu d’expression, mais belle tenue en bouche !

** Amigne 2015, 1 abeille, Régence Balavaud, Vétroz

(élue cave suisse de l’année 2016, au Grand Prix du Vin Suisse)

Nez discret, avec des notes caractéristiques de mandarine et de vanille ; encore marquée par l’élevage, avec des notes résineuses ; crémeuse, avec des notes d’amertume, propres à l’amigne ; en devenir, si elle n’est pas séchée par le bois !

** Amigne 2015, 1 abeille, Les Celliers de Vétroz

Nez un peu vanillé, avec une impression immédiate de sucrosité ; attaque sur l’abricot sec et la pierre à fusil ; type doux et pur… avec des notes de brûlon et de l’alcool (la plupart, en 2015, affichait 14,5% d’alcool, comme celle-ci, et plus !) La même cave présente un Grand Cru aux notes très semblables.

**Amigne 2015, 2 abeilles, Serge Roh, Vétroz

Beau nez, avec des notes de pierre-à-fusil, de schistes ; attaque large et puissante ; notes de mandarine ; finale acidulée, malgré le sucre : seul regret, présence de CO2 !

**Amigne 2015, 2 abeilles, Grand Cru, La Madeleine, André Fontannaz, Vétroz

Nez vanillé, de citron confit ; attaque fraîche, belle ampleur en bouche ; de la richesse, finale sur la mandarine et la fleur d’oranger ; riche et fraîche à la fois.

**Amigne 2015, 2 abeilles, Grand Cru, Cave des Deux Rives, Nendaz

Nez sur des notes mentholées, attaque un peu rustique, brute ; beau volume en milieu de bouche ; long ; bon soutien acide, malgré la richesse, et finale sur la poire et la menthe.

*Amigne 2015, 1 abeille, La Madeleine, André Fontannaz, Vétroz

Beau nez ouvert, brioché, puis avec des notes fermentaires ; attaque un peu molle, chaude (15,2% sur l’étiquette, après vérification !) et amertume finale ; vin un peu collant, sec en finale et alcooleux, malgré les traces d’écorce de mandarine.

*Amigne 2015, 2 abeille, La Madeleine, André Fontannaz, Vétroz

Nez amylique ; attaque douce ; bon support d’arômes en milieu de bouche, avec des notes de mandarine ; légère amertume finale, malgré la sucrosité assumée. Reste frais et peu complexe à ce stade…

*Amigne 2015, 1 abeille, Grand Cru, Raphaël Vergère, Vétroz

Nez d’allumette frottée, de pierre-à-fusil, des schistes ; attaque sur le CO2 (dommage !), finale un peu douce-amère, sur l’écorce d’orange ; type rustique et old fashion…

*Amigne Clos Balavaud 2015, 1 abeille, Les Fils Maye SA

Beau nez vanillé trahissant l’élevage en barrique, notes de poire williams bien mûre et banane séchée ; attaque grasse, puissante ; finale acidulée, avec des notes de noix de coco et de la sucrosité.

Mention spéciale à un vin baroque étonnant, le

*** 2008, Grand Cru, de La Cave des Tilleuls, Fabienne Cottagnoud, Vétroz

Belle robe vieil or, nez pétrolé, notes oxydatives d’évolution, attaque ronde, puissante, sur les abricots secs, la mandarine confite ; léger boisé, avec des notes de nougat, rappelle un vin georgien élevé en jarre (quervi) !

Johannisberg 2015

(8 mentions sur 15 vins dégustés)

Dégustation à l’aveugle pour la «cave de garde» des producteurs de Chamoson, le 28 novembre 2016. Mes notes personnelles, dégustation du 28 novembre 2016 à Chamoson.

*** Cave la Petite Vertu, Schmaltzried et fils, Chamoson

Beau nez ouvert, sur les herbes aromatiques sauvages, attaque sur le CO2, bouche pleine, grasse, un vin flatteur, intense et suave, avec une pointe d’alcool et des notes de pierre-à-fusil en rétro.

*** Cave La Tornale, Jean-Daniel Favre, Chamoson

Nez discret, CO2, attaque sur les fruits jaunes, de la fraîcheur, belle longueur, avec une pointe d’alcool, et finale sur l’amande douce, d’une belle typicité.

*** John et Mike Favre, Saint-Pierre-de-Clages

Nez de caramel, de pierre-à-fusil, de graphite, attaque sur ces notes de terroir marquées ; beau volume en bouche et amertume persistante, signature du johannis’ de Chamoson !

*** Grand Cru La Rottaz 2015, John et Mike Favre, Saint-Pierre-de-Clages

Nez de tisane, de verveine, de camomille, attaque grasse et enveloppante ; arômes de fruits jaunes mûrs ; belle finale, longue ; un vin gras et puissant.

** La Siseranche, Maurice Giroud et fils, Chamoson

Nez de pierre-à-fusil, de brûlon ; attaque huileuse, ample, sur des fruits jaunes mûrs, avec une note de fleur d’oranger ; finale un peu douce…

**Magliocco et fils, Saint-Pierre-de-Clages

Nez discret ; attaque sur la finesse et l’élégance ; notes mentholées ; un vin large, assez complexe, souple, sur la mangue et le fruit de la passion ; un peu tendre.

**Réserve des administrateurs, Maurice Gay & Fils, Saint-Pierre-de-Clages

Nez floral, de lys ; attaque qui manque de nerf ; finale sur l’amande douce, avec une touche ligneuse, un peu rustique.

** Cave de l’Ardévaz, famille Boven, Saint-Pierre-de-Clages

Nez de pierre-à-fusil ; attaque huileuse, grasse ; note de malique en fin de bouche, avec une amertume typée du cépage, mais un peu végétal.

20 millésimes de syrah Cayas

Dégustation verticale chronologique (du plus récent au plus vieux) à la cave Jean-René Germanier SA, à Vétroz. Les meilleurs millésimes… dégustés le mardi 22 novembre 2016, à Vétroz.

*** Cayas 2014

Nez ouvert, empyreumatique, poivré, frais, bien soutenu par l’acidité ; boisé (2 ans) bien intégré, fruité et puissant, chaleureux en bouche.

*** Cayas 2013

Nez sur le boisé (60% neuf), attaque sur les épices orientales, l’encens ; jeune, ferme, beaux tanins polis par le long élevage (2 ans dans les mêmes fûts).

*** Cayas 2010

Nez boisé, épices orientales ; attaque sur la laine mouillée ; bonne structure ; souple et dense à la fois ; finale épicée, belle fraîcheur.

*** Cayas 2009

Nez rôti, puissant ; belle complexité dès l’attaque, matière mûre et dense ; grande puissance ; finale ferme sur les épices, le chocolat, presque exotique, d’un millésime solaire !

*** Cayas 2004

Nez de fumée froide, de café, de moka ; attaque assez souple ; joli volume ; finale sur le poivre et les épices, légère évolution…

*** Cayas 2001

Nez de girofle, de lard fumé, de tabac ; attaque fraîche, notes de fumée froide ; bouche ample et pleine ; finale agréable.

**(*) Cayas 1999

Nez viandé, notes d’évolution ; attaque souple ; beau volume en bouche ; arômes mûrs, finale sur le cuir et le tabac.

** Cayas 2012

Nez fruité, de violette ; structure moyenne, sur les fruits rouges ; bonne acidité qui tient le vin…

** Cayas 2011

Nez ouvert, balsamique et pain grillé ; attaque souple, finale poivrée ; beau volume, du gras et de la puissance, note de graphite.

** Cayas 2008

Nez discret, note de champignon ; attaque sur le poivré ; tanins un peu verts ; mais finale fraîche et épicée, poivrée.

** Cayas 2007

Nez de fruits à la liqueur, mûre ; attaque un peu stricte, belle fraîcheur, procurée par une agréable acidité ; ne fait pas son âge !

** Cayas 2006

Beau nez, boisé fin ; matière riche, presque surmaturée ; un vin large, puissant, un peu chaud en finale…

** Cayas 2005

Nez fumé ; attaque fraîche mais boisé toasté encore présent ; belle fraîcheur finale.

** Cayas 2003

Nez surprenant de fruits rouges frais ; attaque sur l’acidité, surprenante pour le millésime de la canicule ; finale dominée par ce côté acidulé…

** Cayas 2000

Nez rôti, toasté ; attaque fraîche ; vin encore juteux, malgré la finale un peu chaude.

** Cayas 1998

Nez évolué, avec des notes de champignon de Paris ; boisé encore perceptible, puis structure intéressante et finale assez longue et épicée.

** Cayas 1997

Nez rôti, avec des notes tertiaires, puis de café vert, de moka ; tanins encore fermes, finale un peu stricte et courte.

** Cayas 1996

Nez surprenant de bourgeon de cassis, un peu végétal ; vin juteux, qui se démarque du style (reconnaissable) que Cayas va acquérir dès les années 2000.

* Cayas 1995

Premier millésime mis en bouteille, mais échantillon marqué par une évolution curieuse (éventé) ; vin tenu par l’acidité, mais aux tanins secs.

cayas_bout

©thomasvino.ch