Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Posté le 23 mars 2017 dans Gastro

Le goût, c’est aussi le vin suisse

Le goût, c’est aussi le vin suisse

La Semaine du Goût, du 14 au 24 septembre, sèmera des centaines d’événements dans tout le pays. Les vins suisses seront aussi à l’honneur, avec la Swiss Wine Week, appelée à une mue profonde et durable.

Parrain du Goût, Claude Frôté, fils d’avocat qui affiche plus de 30 ans de carrière de patron de son établissement public, et chef adepte d’une cuisine franche, à la fois locale, mais élargie à des goûts plus surprenants, ne rate jamais un bon mot. «Montre-moi ton frigo et je te dirai qui tu es, reste une formule d’actualité. (…) Pourtant, depuis 1945, le panier de la ménagère diminue chaque année en valeur. Quand on voit le prix des produits, les chiens sont mieux nourris que les enfants !» a-t-il lancé l’autre jour.

Son restaurant, l’ex-Boccalino à Saint-Blaise, rebaptisé BOCCA, reste une table de référence sur le Littoral, avec une étoile Michelin (la seule du canton). Dans l’édition 2017 du Guide Gault Millau Suisse, il vient toutefois de perdre sa troisième toque et ses 17 points (noté à 16).

Une (bonne) conscience alimentaire

On le sait, mais il vaut la peine de le rappeler, la Semaine du Goût, sur un modèle français du journaliste Jean-Luc Petitrenaud, poursuit plusieurs objectifs : valoriser la diversité des goûts et des cultures alimentaires de tout le pays, préserver la tradition et encourager l’innovation culinaire, mettre en valeur le savoir-faire artisanal, encourager les productions locales et durables, sensibiliser les jeunes au goût, rendre les consommateurs attentifs à la saisonnalité des produits, promouvoir la santé par une nourriture variée et équilibrée.

Des écoles aux adresses gastronomiques, le champ d’action est vaste et sera jalonné de centaines d’événements et de dégustations, publics ou réservés aux écoles ou aux EMS: un vrai tonneau des Danaïdes ! S’agissant de haute gastronomie en Suisse romande, l’opération «bons jeunes» va être intensifiée. L’an passé, 56 grandes tables ont permis à de jeunes consommateurs de découvrir un restaurant gastronomique à un prix de faveur, moyennant l’achat d’un bon pour un menu de quatre plats escortés de vins suisses. L’objectif est d’atteindre les 100 tables romandes cet automne, couplées à 100 vignerons, qui feront découvrir leurs crus.

Entre producteurs de bons crus

Et si le président-fondateur de la Semaine suisse du goût, Josef Zisyadis a relancé la culture de la vigne sur l’île de l’Apocalypse, Patmos (Grèce), le parrain du goût 2017, Claude Frôté, son contemporain (61 ans tout juste), qui fut un des premiers adeptes de la Semaine du Goût il y a bientôt vingt ans, possède son propre petit domaine viticole, à La Neuveville. Depuis 1986, il vinifie, avec l’aide de l’œnologue bourguignonne Véronique Girard, l’équivalent de 15’000 bouteilles de chardonnay en barriques, et 5’000 bouteilles de pinot noir, dans une cave voûtée sous la tour emblématique de La Neuveville, appartenant à la bourgeoisie du lieu — et qui est celle du chef. Les vignes sont travaillées, pour le blanc, par un vigneron local Claude Auberson, et le pinot noir par un voisin, Alain Gerber, de Hauterive (NE). Des vins bien valorisés, puisque le chardonnay est vendu 34 fr. et le pinot noir 47 fr. la bouteille. La fille du propriétaire, Claire, s’occupe de la commercialisation.

Voilà qui crée une passerelle tout naturelle avec la Swiss Wine Week (in english, please !), voulue par Swiss Wine Promotion (SWP). Cet organisme doit connaître une transformation importante ce printemps, et se renforcer notablement. La semaine du vin elle-même, si elle se greffe sur la Semaine du goût, offrant l’occasion de déguster des vins suisses avec des mets dans des bars à vins, cafés et restaurants, et impliquant directement des vignerons (300 restaurateurs et autant de vignerons en 2016), est appelée à se pérenniser, avec des événements et des dégustations répartis sur toute l’année.

Secrétaire général de SWP, le Valaisan Jean-Marc Amez-Droz a annoncé que l’événement ponctuel, conduit depuis trois ans, devrait déboucher sur un label décerné aux restaurants qui favorisent les vins suisses.

Sur le net : www.gout.ch

et www.swisswine.ch

Paru dans Hôtellerie & Gastronomie Hebdo du 22 mars 2017.

©thomasvino.ch