Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Posté le 29 mai 2017 dans Actus - News

Le club DIVO acheté par le groupe fribourgeois Alloboissons

Le club DIVO acheté par le groupe fribourgeois Alloboissons

Il avait récemment fêté à Lausanne ses 80 ans: le Club DIVO de vente de vins par correspondance dans toute la Suisse vient d’être cédé par le géant de l’agriculture suisse FENACO au groupe familial fribourgeois Alloboissons, actif dans toute la Suisse romande. Son fondateur et président du conseil d’administration, Freddy Quartenoud, se félicite de cette opération et en explique l’enjeu.

Par Pierre Thomas

«Nous allons, avec mes deux fils ingénieurs (réd: François, 37 ans, et Adrien, 32 ans) qui sont aujourd’hui dans l’opérationnel, garder l’entreprise comme elle est, avec son siège social à Penthalaz (VD), et tout faire pour que le magnifique esprit DIVO demeure. On y croit!», assure avec un enthousiasme perceptible le repreneur fribourgeois, âgé de 69 ans, et président du conseil d’administration «pour deux ou trois ans encore».

Dans une guerre sans merci de la vente de vins par Internet (lire notre enquête), que se livrent Coop (et sa filiale Transgourmet, qui a racheté coup sur coup en 2016 Casa Del Vino et Riegger) et Migros (via Denner, Globus, Le Shop et quelques autres distributeurs…), le géant FENACO (propriétaire de Garnier vins à Berne) a donc privilégié une solution pour un «outsider». Selon nos informations, les plus grands groupes étaient sur les rangs, ainsi qu’un  français. On sait que Castel, avec les magasins Nicolas, a pris pied récemment en Suisse, en reprenant en 2016, une partie du réseau de magasins des Caves Blavignac SA, souvent couplés aux Migros.

Plus de clients privés pour les vins

«L’achat de DIVO répond totalement à notre stratégie, nous renforce auprès de la clientèle privée et, avec deux tiers de son fichier de 20’000 clients en Suisse alémanique, nous ouvre une porte Outre-Sarine», explique Freddy Quartenoud. Déjà, dans un article publié en 2013 par le quotidien fribourgeois La Liberté, et repris sur le profil Facebook d’Alloboissons, les Quartenoud (père et mère) confirmaient leur volonté de se renforcer dans le domaine du vin et de s’étendre en Suisse alémanique. Le groupe avait alors acquis le Domaine de Chambaz, dans le Vully fribourgeois, dont s’occupe la famille Simonet (Domaine du Petit-Château), à Môtier.

Avec le rachat du club DIVO, Alloboissons renforce sa position dans le marché des vins, qui représente 30% de son chiffre d’affaires, une proportion égale à la bière et aux eaux minérales et sodas, et 10% restants dans les spiritueux. En Suisse romande, le groupe fondé modestement à Fribourg à la fin des années 1970, s’est considérablement renforcé ses dix dernières années, après le rachat en 1990 de Jules Gex Vins, à Bulle, actif par exemple sur le marché des ventes de bordeaux en primeurs.

A Givisiez, Alloboissons a racheté d’anciens dépôts de la Coop. Ses «halles aux boissons» existent à Bulle, Granges-Paccot, Matran, La Tour-de-Trême (tous dans le canton de Fribourg), mais aussi à Conthey (VS) et à Berne, où le groupe avait déjà repris la société Mantelli. A Lausanne et à Genève, il dispose de dépôts, après le rachat de diverses sociétés, dont Gonzalez, à Lausanne, en 2013. Plus récemment, en Valais, le groupe a repris la distribution des boissons de Morand, à Martigny, un réseau organisé par le célèbre distillateur. Et, récemment, Alloboissons a racheté l’ancienne centrale d’achats PAM à Charrat, afin de réorganiser sa plate-forme de distribution valaisanne.

Un groupe de 175 employés en Suisse romande

Au total, le groupe, qui ne publie pas de chiffres financiers — selon certaines sources, plus de 100 millions de chiffre d’affaires; mais on sait seulement qu’il est entièrement détenu par les membres de la famille Quartenoud, à l’exclusion de tout autre partenaire —, emploie 150 personnes aux quatre coins de Suisse romande, sur une dizaine de sites. Il entretient un parc de camion de livraison d’une cinquantaine de véhicules: les clients du «club par correspondance» DIVO pourrait en bénéficier, au moment où Coop et Migros envisagent aussi de lancer leur propre service de livraison à domicile, en-dehors de La Poste.

Les 25 employés de DIVO sont assurés de conserver leur emploi, tant la directrice récemment engagée, la Fribourgeoise de résidence Barbara Pokorny, qu’Eric Duret, meilleur sommelier d’Europe par le passé et meilleur ouvrier de France, responsable de la sélection et des achats de vins, et Walter Zambelli, spécialiste des vins italiens, responsable des ventes en Suisse alémanique, où DIVO a des agences à Winterthour et Sursee.

Déménagement programmé avant la vente

Toutefois, FENACO avait décidé de se séparer du bâtiment de Penthalaz, non loin de Cossonay-Gare, où le géant a aussi acheté les bâtiments des moulins à céréales. D’ici fin juillet, Alloboissons devra déménager le stock romand, à Givisiez, et l’administration du club, dans la région lausannoise ou à Givisiez. «Dans ce cas, le personnel se verra compenser les trajets supplémentaires en heure de travail et on a déjà proposé des solutions de travail à domicile», assure Freddy Quartenoud.

Derrière Coop et Migros, comme derrière les brasseurs Carlsberg-Feldschlössen et Calanda-Heineken, le groupe fribourgeois est le numéro 3 en Suisse, le plus grand en Suisse romande et le plus important totalement indépendant en Suisse. Par sa reprise, Alloboissons entend aussi moderniser le site Internet de DIVO et lui donner un nouveau coup de fouet.

©thomasvino.ch