Pages Menu
Categories Menu

Posted on 18 novembre 2021 in Actus - News

Lauriers de Platine 2021: Lavaux sur toute la ligne

Lauriers de Platine 2021: Lavaux sur toute la ligne

On a frisé l’égalité entre les deux finalistes des meilleurs chasselas labellisés Terravin, jeudi 18 novembre, à Crissier. C’est, finalement, un AOC Lavaux Epesses, Le Replan, de l’Union vinicole de Cully qui triomphe par 17 votes à 15 pour l’AOC Lavaux Villette, Les Barberonnes, de Simon Vogel, du Domaine Croix-Duolex.

Ces deux Lavaux ont laissé sur le carreau deux autres Lavaux, mais tous deux grands crus, l’un de Chardonne, La Fin de la Pierraz, de Jean-Paul Forestier, l’autre, le Calamin de Jean-François Neyroud-Fonjallaz, lui aussi de Chardonne, champion suisse en titre avec son Chardon d’argentSeuls des 2020 étaient en lice pour ces 13ème Lauriers de Platine. Les commissions de Terravin avaient sélectionné 35 vins durant les dégustations tout au long de l’année, qui a récompensé 409 chasselas de son label d’or, puis réduit le choix à 16, toujours à l’aveugle, pour les soumettre à un jury de professionnels, d’acheteurs, de journalistes, alémaniques et romands, comme le veut la tradition.

Neuf Lavaux au départ

Parmi les 16 finalistes, il y avait tout de même 9 Lavaux, pour 4 Chablais, 2 La Côte, seulement, et du même producteur, et un Côtes-de-l’Orbe. Dès la demi-finale, ils n’étaient plus que quatre Lavaux. En duel final, deux voix — on a frisé le duo ex-aequo ! — ont permis au Replan de s’imposer, un vin au nez d’amande douce, riche, gras, mais d’une belle fraîcheur, avec une pointe de salinité, que j’ai trouvé plus élégant, mais peut-être moins marqué terroir que Les Barberonnes, au nez un peu lacté, à l’attaque puissante et à l’aromatique classique.

Deux beaux vins, comme les deux grands crus classés 3ème et 4ème. Au tour précédent, le Féchy Filet d’Or, de Bolle & Cie (qui avait aussi un Luins sur la ligne de départ) et le Tradition des Artisans vignerons d’Yvorne (qui avaient aussi leur Chant des Resses sur la ligne de départ).

Suggestion pour la prochaine fois : une sélection où seul le meilleur vin d’une cave soit retenu, pour élargir le cercle des prétendants à la victoire finale ! Pour 16 vins, il y avaient 4 «doublons», mais cela n’a pourtant suffi ni aux précédents cités, ni à Simon Vogel, ni à Jean-François Neyroud-Fonjallaz!

©thomasvino.ch