Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Posté le 30 octobre 2009 dans Gastro

Duel Genève-Lausanne: Gourmet défie Gastronomia

Duel Genève-Lausanne: Gourmet défie Gastronomia

Gourmet défie Gastronomia

Dans la foulée de la finale du Bocuse d’Or européen, un salon chaperonné par le Sirha, de Lyon, sera organisé du 6 au 8 juin 2010, à Palexpo-Genève.
Par Pierre Thomas
Les organisateurs, ont présenté leur dossier jeudi passé à Crissier, chez le chef Philippe Rochat, président du comité d’organisation du Bocuse d’Or Europe. Ils ne le disent pas clairement, mais ce salon paraît dirigé contre Gastronomia, repris par MCH, qui cherche à l’organiser du 7 au 10 novembre, au Palais de Beaulieu, à Lausanne. La «guerre des salons» réservés aux professionnels de l’hôtellerie et de la restauration aura donc bel et bien lieu en Suisse romande, puisqu’un troisième larron, le ZAGG, est agendé, pour la première fois aussi, à Montreux à la même période, du 6 au 9 juin 2010 !
Dans les trois cas, l’argument est identique: des organisateurs venus de l’extérieur veulent faire bénéficier la Suisse romande de leur expertise. A Genève, le Sirah entend s’appuyer sur son fond de commerce lyonnais. La directrice du Sirah et de Gourmet, Marie-Odile Fondeur, adjointe au maire de Lyon, envisage une alternance : le Sirah à Lyon les années impaires, et Gourmet à Genève, les années paires.
L’organisateur MCH, qui met sur pied IGEHO à Bâle, tient le même discours : années impaires à Bâle (du 21 au 25 novembre 2009) et années paires à Lausanne (notre éclairage). Quant à ZAGG, ce salon a déjà lieu à Lucerne…
Un salon franco-suisse
La manifestation genevoise s’est déjà assuré le plein soutien de l’hôtelier Christian Marich, ancien président de… Gastronomia. Et Claude Membrez, directeur général de Palexpo, estime «qu’un marché est à prendre». Mais il ne voit pas la manifestation lausannoise en concurrence directe de la genevoise : cette dernière vise une clientèle franco-helvétique, sur la Suisse romande et les quatre départements français limitrophes de la Suisse. Sur quatre millions d’habitants, quelque 20’000 visiteurs professionnels sont attendus à Genève. La première édition bénéficiera de l’aura du Bocuse d’Or Europe (voir ci-dessous). En 2012, Gourmet devrait accueillir la sélection suisse du Bocuse d’or et d’autres trophées du même genre, dans l’esprit du Sirah, organisé par le groupe GL Events, via sa filiale SepelCom. Mondialisé, le groupe met sur pied 250 salons professionnels par an dans le monde entier.
L’EHL appuie Gourmet Genève
A Genève, outre les cuisiniers de l’Académie du Bocuse d’Or, le salon bénéficie de l’appui de l’Ecole hôtelière de Lausanne, de celle de Genève et du directeur du groupe DSR, Andrew Gordon, a assuré Claude Membrez. L’accent sera mis sur la formation et Roland Pierroz, directeur de projet de la finale du Bocuse d’Or européen, affrime: «On insiste lourdement sur la formation professionnelle et tous les apprentis cuisiniers de Suisse seront invités», malgré la date qui tombe sur les examens de fin de cours.
De Gastronomia, qui n’en voulait plus, Gourmet récupère un «restaurant des chefs romands», avec 224 couverts haut de gamme et 400 places dans une brasserie, ouverte les trois jours, du dimanche au mardi. Quant à Philippe Rochat, il déclare qu’il s’agit de «mobiliser toute la Suisse».
www.gourmet-expo.com

Bocuse d’Or Europe
Une première suisse

La Suisse organise pour la première fois un concours supérieur à sa sélection nationale. Non pas la finale du Bocuse d’Or mondial, qui reste l’apanage du Sirah à Lyon (en janvier 2011), mais la finale européenne, une nouveauté lancée en Norvège il y a deux ans. Avec le trophée asiatique, à Shanghaï, et celui d’Amérique latine, à Mexico, qui s’est joué récemment, la compétition permettra de qualifier les vingt-quatre finalistes mondiaux, parmi des candidats de 56 pays. A Genève, 20 candidats (un par pays) se disputeront 12 places de finalistes, en plus du podium européen, les 7 et 8 juin, devant 1800 personnes. Les candidats devront apprêter un carré de veau et un flétan blanc, deux plats évalués par un jury présidé par Joël Robuchon. Début mars, à Berne, la sélection suisse désignera son challenger. Jusqu’ici, en douze finales du Bocuse d’Or mondial, un seul représentant suisse est monté sur la troisième marche du podium, Franck Giovannini, cuisinier chez Philippe Rochat, en 2007. Il pourrait, cette fois, viser la première marche…

Paru dans Hôtel Revue du 5 novembre 2009.