Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Posté le 23 juin 2010 dans Tendance

Le bag-in-box vise le haut de gamme

Le bag-in-box vise le haut de gamme

Pionnier romand du bag-in-box

Château Carton devient Bibarium

Mauvaise surprise pour les animateurs du bar à vins et metteurs en bag-in-box Château Carton à Genève : la raison sociale lancée par le chanteur Sarclo en 2001 a déjà été enregistrée par un entrepreneur suisse alémanique. Dès la fin mai 2010, les Genevois ont donc changé de nom et sont devenus Bibarium. Et ils partent à la conquête d’Internet.
Par Pierre Thomas
Bibarium, comme aquarium, mais pour du vin en bag-in-box, abrégé en bib, en France. Les trois associés qui ont repris le négoce genevois en 2005 entendent lancer la vente de bib par Internet, à large échelle, avec livraison dans toute la Suisse dans les sept jours. Le même jour, avec la Cave de Genève, plus grand embouteilleur genevois, dirigé par le Zurichois Martin Wiederkehr, ils lancent un assemblage rouge à base de gamaret, de merlot et de cabernet franc, exclusivement vendu en bib.
Une nouvelle étape pour populariser ce qui d’abord un emballage écologique, comme l’a démontré une étude sur l’éco-bilan d’une bouteille de vin. Selon David Rochat, du bureau Sofies, la bouteille, l’étiquette, le bouchon et le carton alourdissent l’écobilan d’une bouteille en verre de plus de 50%, à quoi s’ajoute le transport. En terme d’émission de CO2, un vin genevois consommé à Genève représente 350 grammes, contre le double pour un vin espagnol bu à Genève.
Sortir le bib du bas de gamme
L’emballage est une chose, le contenu en est une autre. Le magazine de consommation Tout Compte Fait a montré que seuls des vins de bas de gamme sont présents en bib dans les supermarchés romands, chez Hyper Casino et Casino, d’origine française, mais aussi chez Aligro, Manor ou Coop, et sur Le Shop, où la marque française JP Chenet (production, quelque 70 millions de litres de vins par an !) est très présente, mais aussi les vins du Sud de l’Europe (Italie, Espagne, Portugal) et du Nouveau Monde (Chili, Australie et Californie).
Au départ, Château Carton et son fondateur, le chanteur Sarclo, n’avaient pas d’autre philosophie que de boire du bon vin rouge à petit prix et sans se préoccuper de savoir s’il faut terminer la bouteille… Les nouveaux propriétaires, explique l’un d’eux, Marc Filliettaz, ont changé leur fusil d’épaule. Ils sont partis à la recherche de bons domaines dans les Côtes-du-Rhône, le Languedoc, en Italie, mais aussi en Suisse. «Il n’y a pas encore de tendance en faveur du plus haut de gamme en fontaines à vin (réd : le nom français du bag-in-box). C’est un marché en extension qui démarre maintenant. Nous avons progressé de 30% chaque année depuis 2005 et nous avons écoulé 30’000 litres de vins sous cette forme en 2009», se félicite Marc Fiilliettaz.
Le «vin de l’ami Gros» et des autres
Surtout, le négoce genevois a commencé à convaincre des producteurs suisses de mettre leurs vins en bib. Avec le dynamique vigneron genevois Stéphane Gros, Bibarium partage une machine à remplir manuellement et sous vide les bib, construite dans la banlieue lausannoise par le fournisseur de matériel vitivinicole ELVAmac.
Clin d’œil appuyé à la grande surface, le «vin de l’ami Gros» a été lancé avec succès… Son Garanoir 2007 en bib a décroché une médaille d’or aux dernières Sélections de Genève 2009.  Et les Genevois proposent aussi l’Humagne rouge de Christophe Rey, un vin sacré champion valaisan de son cépage, aux Etoiles d’Or, l’automne passé ! Le Vaudois Philippe Bovet et les Valaisans Nicolas Bagnoud et Michel Boven, un trio de vignerons réputés, proposent aussi leurs vins conditionnés en bib. «La qualité du vin en fontaine ne change pas. L’habit ne fait pas le moine !», martèle Marc Filliettaz.
Cafés et restaurants très intéressés
Et si les consommateurs seuls peuvent tirer au robinet leur verre quotidien durant six semaines sans dommage, les bars à vins, nombreux à Genève, et les cafés et restaurants, qui, toujours plus, servent des vins au verre, se convertissent au bib.
Quinze établissements publics s’approvisionnent déjà à la rue Dizerens, dans un quartier populaire et animé, où Château Carton a conservé non seulement un débit de fontaines à vins, mais un bar pour déguster les vins (et se convaincre de leur qualité) et une salle de concert… Le magasin propose aussi un choix de carafes pour un service stylé. Les fins nez gênés par l’inévitable goût de bouchon sont tout aussi ravis… «Les vignerons nous suivent désormais et on doit même en refuser !», se réjouit Marc Filliettaz, heureux au surplus de contribuer «au développement durable».
www.chateau-carton.ch
www.bibarium.ch (en construction, été 2010)
©thomasvino.com, article paru dans le Schweizerische Weinzeitung de mai 2010