Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Posté le 24 septembre 2010 dans Actus - News

Union et campagne nationales pour le vin suisse

Union et campagne nationales pour le vin suisse

Interprofession de la vigne et des vins suisses (IVVS)

Comité élu et campagne décidée

Double première, à huis-clos, à Berne, début septembre 2010 : l’Interprofession de la vigne et des vins suisses (IVVS) est re-née des cendres de la structure Swiss Wine et elle s’est prononcée, à l’unanimité, pour une campagne en faveur des vins suisses, cofinancée par les producteurs et la Confédération.
Le comité de l’IVVS a été élu par les délégués des deux «familles», la production et l’encavage. Sous la présidence du conseiller national radical-libéral Laurent Favre, ce comité comprend les Valaisans Gilles Besse, futur président de l’interprofession valaisanne, et Philippe Varone, président des négociants en vins suisses, les Genevois Claude Bocquet-Thonney, présidente des vignerons-encaveurs indépendants, et Martin Wiederkehr, directeur de la Cave de Genève, les Neuchâtelois Nicolas Ruedin et Pierre-Alain Jeannet, le Vaudois Thierry Walz, le Saint-Gallois Kaspar Wetli et le Tessinois Adriano Petralli. Le président Favre n’a pas le droit de vote et le vice-président est Thierry Walz, qui fut président par le passé de l’interprofession des vins suisses, tout comme Philippe Varone. A titre transitoire, c’est Swiss Wine Promotion, présidé par le Valaisan Jacques-Alphonse Orsat, qui se chargera de la promotion en 2011.
Une campagne nationale
contre la baisse de la consommation

La prochaine campagne de promotion des vins suisses en Suisse sera confiée à l’Atelier graphique Grand, à Sierre. Chaque vin de chaque région sera accompagné d’un objet emblématique du génie suisse, couteau, chocolat, etc. L’opération coûtera 2,5 millions de francs. La Confédération prendra à sa charge la moitié de cette somme, à condition que l’IVVS recueille, obligatoirement, l’autre moitié, auprès des producteurs et du négoce. Il en coûtera un peu moins d’un demi-centime de franc suisse (0,45 centime) par mètre carré de vigne et un peu plus d’un demi-centime par kilo de raisin, encavé, une somme, en principe, perçue auprès de chaque vigneron et encaveur, à moins que certaines interprofessions régionales dégagent de leur comptabilité ordinaire des fonds propres équivalents. Au total l’appoint de la production sera de 1,3 million de francs et la Confédération mettra autant.
Selon les chiffres de la Régie fédérale des alcools, la consommation des vins en Suisse a diminué de 0,7 litres, pour s’établir à 37,9 litres par habitant en 2009. Cette diminution est à mettre à la décharge des vins suisses, dont la consommation a diminué de de 4,5% (contre une augmentation de la consommation des vins étrangers de 1,3%).
©www.thomasvino.com