Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Posté le 10 juillet 2011 dans Vins suisses

Les meilleurs vins vaudois et valaisans (09-10)

Les meilleurs vins vaudois et valaisans (09-10)

Millésimes 2009 et 2010

Un tour des vins suisses
notés sur 100

Les bons millésimes se suivent, mais ne se ressemblent pas. Pierre Thomas a dégusté les 100 meilleurs vins issus des Sélections valaisannes et vaudoises 2011 et les a notés sur 100 points.
En Suisse, d’abord romande, le chasselas demeure le vin blanc le plus répandu. 2010, ça tombe bien, est un excellent millésime pour ce cépage. En pays de Vaud, la hiérarchie du chasselas se modifie chaque année : sensible autant au terroir, à la vinification qu’à la période de dégustation, ce cépage exprime des nuances infimes qui se traduisent en décimales après la virgule. Un vin mal placé en mai à la Sélection vaudoise peut fort bien être couronné meilleur du pays au Grand Prix du Vin Suisse en juillet : ça c’est déjà vu ! Cette année, 3’000 vins de près de 600 producteurs ont été jugés à Sierre, jusqu’au 6 juillet. Les résultats des meilleurs ne seront divulgués que le 25 octobre à Berne.

Des chasselas confirmés

On doit donc se contenter de la sélection vaudoise. Confirmation avec les blancs de Jean-Luc Blondel de Cully (Saint-Saphorin, 90, Dézaley, 91), les vins de la Ville de Lausanne (Abbaye de Mont, 92, Domaine du Burignon, 90), comme de trois crus réputés de La Côte, le Château de Châtagnéréaz (90), le Château de Mont (92) et le Domaine de Fischer (92), à Féchy, ont tiré leur épingle du jeu en 2010. Une bonne structure et de la minéralité sont aussi l’apanage des fendants du Valais. André Fontannaz et Gilles Besse, tous deux de Vétroz, ont signé, le premier, un Grand Cru 2010 magnifique (92), le second, un Clos Malettaz, remarquable (90). Et remarqué, puisque qu’il s’est classé au 2ème rang ex-aequo de la «Gutedel Cup», au Pays de Bade, ce printemps. Cette compétition allemande, des Vaudois devraient l’organiser sous le titre du Mondial du Chasselas, l’an prochain à Aigle. Peut-être l’occasion de dessiner, sur le long terme, une hiérarchie fiable de ce blanc délicat.

Cépages locaux favorisés en Valais

Dans le Vieux-Pays, la sélection cantonale se conclura par une finale des «coqs» en septembre, «Les Etoiles du Valais», après un deuxième «round» de dégustation automnal. Mais le concours printanier a déjà placé en tête des vignerons (re)connus, comme Robert Taramarcaz (fendant Classique 2010, 88, heida Tradition 2010, 88), Gérald Besse, de Martigny (petite arvine sèche 2010, 88,  et liquoreuse Les Serpentines 2009, 94), la cave Gilliard à Sion (deux petites arvines à 90), René Favre & Fils (petite arvine de Chamoson 2009, 90), les Frères Philippoz (petite arvine de Leytron 2010, 90) et le Domaine de l’Etat, à Leytron, avec la meilleure petite arvine du millésime 2010 (95). En blanc, la surprise vient de Savièse, avec une riche humagne blanche La Maze 2010 de Jacques Dumoulin (93).
En Valais, seules les variétés locales sont admises au concours. En rouge et en liquoreux, la sélection est à cheval sur l’opulent 2009 et le classique 2010. On retrouve le Sierrois Robert Taramarcaz avec un gamay (88) et un pinot noir, de sa ligne Classique 2010 (89), et une magnifique syrah Réserve 2009 (95). Producteur discret mais doué, Yvon Cheseaux, de Saillon, réussit une exemplaire Malvoisie flétrie 2009 (95), et place un gamay Vieilles Vignes 2010 (90) et un cornalin 2009 (88) parmi les meilleurs. Les Vins des Chevaliers portent haut la bannière de Salquenen, avec un pinot noir Grand Cru 2009 (94) et un cornalin Le Patrimoine 2010 (88), ainsi qu’un johannisberg Tradition 2010 (90). Charles-André Lamon, se signale par deux vins somptueux, une humagne rouge 2010 (95) en cuve et un cornalin Clos de Montzuettes 2009 (95) en barriques. Et le Domaine du Mont-d’Or confirme son statut de plus important producteur de vins liquoreux du pays, avec un ermitage Merle des Roches 2008 (95) et un johannisberg Saint-Martin 2009 (92).

Des rouges plus fiables

Chez les Vaudois, confirmations «multicrus» aussi. En tête, Philippe Bovet, vigneron fonceur de Givrins (viognier 2009 (90), assemblage Léman noir 2009 (90), gamaret muté Colino 2007 (89), mais aussi pinot blanc 2010 du Clos de Céligny(88)). En rouge, les 2009 s’imposent, tel ceux du Domaine de Marcy, à Saint-Prex, avec un bel assemblage (88) et un splendide merlot (93), Hammel, avec ses clos chablaisiens de La George (merlot, 92) et du Châtelard (cuvée Hypérion, 88). Remarquable gamaret-garanoir 2009 du jeune Aiglon Alain Emery (95), qui signe aussi le deuxième résultat vaudois de pinot noir 2010 (88), derrière Le Satyre 2010 de Noémie Graff, de Begnins (92), championne suisse en titre (avec le 2009).
En rouge, une hiérarchie se met en place en Suisse romande, non pas fruit du hasard, mais confirmée par les concours. Il faut dire que les deux derniers excellents millésimes ont gommé les inégalités régionales. Et 2010 a souri aux cépages traditionnellement plantés de La Côte au Vully, en passant par la vallée du Rhône.
100 vins vaudois et valaisans notés sur une échelle de 100 points.

Vins suisses primés: où les déguster ?

Zurich, lundi 29 août, Kongresshaus, de 14 h à 20 h, des producteurs de toute la Suisse font déguster leurs vins, sous l’égide de la Mémoire des Vins Suisses (www.mdvs.ch)
Sierre, vendredi 2 septembre, de 17 à 20 h 30, samedi 3 et dimanche 4, dans la rue, de 10 h. à 17 h., VINEA : vins valaisans, mais aussi toujours plus du reste de la Suisse (www.vinea.ch).
Berne, mardi 25 octobre, Gala des vins suisses, Kursaal, résultats du Grand Prix du Vin Suisse et proclamation du «vigneron suisse de l’année» (www.grandprixduvinsuisse.ch)

La sélection du Vully

Avant l’annonce de la reconquête de son appellation d’origine contrôlée (AOC), effective le 1er juillet, le Vully a procédé à sa sélection intercantonale. Se sont classés en tête, en chasselas, les Vignobles de l’Etat de Fribourg 2010, à Mur, en spécialités blanches, le vin doux passerillé Gouttes d’Or 2009, du Domaine Chervet, à Praz, en rosé, l’OEil-de-Perdrix 2010 de Roger Matthey, à Vallamand-Dessus, en pinot noir, le Sang des Bourguignons 2010, d’A. Schmutz & Fils, à Praz et en spécialités rouges, l’Opéra 2009 de Daniel Matthey, à Vallamand-Dessus. Responsable du concours, l’œnologue Gilles Musy juge que «les chasselas 2010 sont super fruités et les pinots noirs ont à la fois de beaux arômes et une bonne structure». Au Grand Prix du Vin Suisse, 38 vins fribourgeois étaient inscrits (sur 3’019), soit un peu plus du un pour-cent que représentent les 150 hectares du vignoble vulliérain par rapport aux 15’000 ha du vignoble suisse.

Et le millésime 2012?

Après un millésime 2009, chaud de bout en bout, idéal pour les rouges, mais avec des blancs tendres, et une année 2010 disparate au printemps et sauvée par un bel automne, pour des blancs d’une belle acidité et des rouges à maturité chez qui savait attendre, que nous réservera 2011? Quelle que soit la météo à venir, qui fera la qualité des raisins, les vendanges devraient être précoces. Dans le Vully, elles ne devraient pas battre le record de 2003 (10 septembre), mais se rapprocher de 2009 (mi-septembre), soit presque trois semaines plus tôt qu’en 2010. Début juillet, la Champagne a annoncé des vendanges qui débuteront autour du 20 août, soit les plus précoces depuis 1822!

Paru dans La Liberté, le 13 juillet 2011.