Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Posté le 5 avril 2012 dans Tendance

Quo vadis, MDVS?

Quo vadis, MDVS?

Le projet réunit 50 producteurs

Où va la «Mémoire des Vins Suisses»?

Ou va-t-elle, la Mémoire des vins suisses (MDVS), qui fêtait ses dix ans en Valais, la semaine passée? Son sort est dans les mains des 50 producteurs membres de ce projet original.
Par Pierre Thomas

sitemdvs_cinqvs.jpg

Les 5 Valaisans qui portent à 50 les membres de la MDVS, de g. à dr. : Olivier Mounir, Cave du Rhodan, Salquenen ; Maurice Zufferey, Sierre ; Joël Briguet, Cave La Romaine, Flanthey ; Claudine et Yvon Roduit-Desfayes, Domaine La Rodeline, Fully ; Benoît Dorsaz, Fully. (photo HPSiffert/weinweltfoto.ch)

Chaque année, c’est le même rituel. Une dégustation publique de prestige, cette année à l’Hôtel du Parc-Mercure de Martigny, avec quelque 150 vins. Des repas de gala, l’un à la Fondation Pierre Gianadda, l’autre au Château Mercier à Sierre. Une assemblée générale, à huis-clos, à Sion. Et une «course d’école» dans la région hôte, avec, cette année, la visite aux 5 nouveaux membres locaux de la MDVS, qui portent à 13 le nombre des Valaisans dans ce «trésor des vins suisses». Ils sont désormais 50 membres et ne devraient guère être plus, selon une décision prise à Bad Ragaz, l’an passé.
Prendre conscience du capital des vieux vins
A l’image de Joël Briguet, de la Cave de la Romaine, à Flanthey, ces nouveaux membres sont fiers d’avoir été élus. La MDVS ne choisit pas seulement un vigneron par cooptation, mais aussi un de ses vins, par dégustation. En l’occurrence, une humagne rouge, Cuvée des Empereurs, un vin fruité et élégant, qui a remporté ces deux dernières années le titre de meilleure humagne rouge, décerné par les Etoiles du Valais. «Pour moi, ce sera aussi l’occasion de goûter des vieux vins. Je crois qu’il ne me reste que trois bouteilles de mon cornalin 2009», confesse l’encaveur. Il n’est pas le seul: c’est souvent avec l’exigence de la MDVS de mettre 60 bouteilles de côté chaque année que les producteurs prennent conscience de l’intérêt de vérifier périodiquement l’évolution de leurs crus.
Si cette humagne rouge est la première de la collection, la syrah Quintessence de Benoît Dorsaz, de Fully, est la seconde, qui permet un intéressant «duel gustatif» avec la Vieille Vigne d’Axel et Jean-François Maye, de Saint-Pierre-de-Clages, déjà présents. De même, on peut mesurer les différences entre la «nouvelle» petite arvine Les Grandes Rayes, de Maurice Zufferey, de Sierre, et la Maître de Chais, vinifiée par Madeleine Gay, pour Provins-Valais, et entre les deux marsannes (nommées ermitages en Valais), l’une, Les Serpentines, vieilles vignes, de Gérald et Patricia Besse, de Martigny, et la nouvelle venue de la cave de La Rodeline, d’Yvon et Claudine Roduit-Desfayes, à Fully, du lieu-dit Les Claives, toutes deux vinifiées en fûts de chêne. Cinquième Valaisan, la Cave du Rhodan (famille Mounir), de Salgesch, avec un Pinot Noir Grand Cru de Salquenen. C’est le onzième représentant du cépage le plus cultivé en Suisse.
Un président tessinois sur le départ
Avec 26 vins rouges, 23 blancs secs et 2 liquoreux (valaisans), la MDVS se veut représentative de la diversité des cépages, des sols et des cultures dans le vignoble suisse. L’association, fondée il y a dix ans par le producteur de merlot du Tessin Christian Zündel et le journaliste zurichois Stefan Keller, qui a quitté le projet, vise la reconnaissance des vins suisses. Compte tenu de ce but idéal, elle souhaite bénéficier du soutien financier de la Confédération. Selon les régions linguistiques, l’association va désigner des groupes de travail pour étudier une stratégie pour le futur. Elle va accepter de plein droit des membres non-vignerons. Et, l’an prochain au Tessin, elle devra trouver un successeur à son président-fondateur, Christian Zündel, 60 ans, qui désire faire place aux jeunes.
Paru dans Hôtel Revue, le 6 avril 2012.