Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Posté le 8 décembre 2012 dans Actus - News

Vins de Lausanne: des chiffres à la hausse

Vins de Lausanne: des chiffres à la hausse

Vins de la Ville de Lausanne

Des chiffres (revus) à la hausse

La 210ème mise publique des vins de la Ville de Lausanne a permis au chef-lieu vaudois d’encaisser un peu moins de 1,5 millions de francs (1,57 mios), samedi 8 décembre 2012. Un résultat financier immédiat en léger retrait par rapport à 2011, mais il y avait moins de vins à vendre (150’000 litres contre 180’000 litres). Tous les lots ont trouvé preneur, sous le marteau en ivoire (une première !) du commissaire-priseur Pascal Kramer.

mise2012.jpg

Pierre Thomas
Le prix au litre des chasselas (les 5/6 du produit total) est légèrement supérieur à celui de 2011. Mais il y avait moins de vins aux enchères, soit près de 150’000 litres, contre 180’000 litres en 2011. Ce qui se traduit, en proportions, par une baisse de 8% des rentrées pour un volume de vin inférieur à 16%, et donc une amélioration de la valorisation des vins par rapport à 2011, malgré un contexte «lourd» du marché des vins suisses.
Des nouveautés à la mise
Cette vente a connu plusieurs nouveautés, comme, en intermède, la vente de trois coffrets de vieux millésimes de chasselas des cinq domaines, mis à prix à 250 francs, et partis, l’un à 600 fr., l’autre à 610 fr., chez des enchérisseurs qui ne se voyaient pas dans la salle du Conseil communal… mais sont fort connus, puisque l’un est le nouveau jeune directeur de l’Office des vins vaudois, Nicolas Joss et l’autre, l’éminent propriétaire-vigneron Louis-Philippe Bovard, de Cully.

vieuxmil12.jpg

Les rouges de Lavaux en bouteilles
Anecdote que cette vente à plus de 100 francs le flacon, comme celle du chardonnay (en cuve) du Clos des Abbayes, dont il n’existe que 702 bouteilles, misées au prix moyen de moins de 15 francs (14,85 fr.), un record à la baisse historique, puisque ce vin, entre 2003 et 2010 s’arrachait autour de 22 francs. La moitié des rouges de Lavaux étaient aussi vendus en bouteilles, avec un an d’élevage, soit des 2011, et la comparaison n’est pas aisée, puisque la mise concerne, pour l’essentiel, des lots de vins en vrac, auxquels il faut ajouter les frais de bouchage et d’étiquettes (entièrement relookées cette année). L’autre moitié avait été vendue en vrac en 2011. En 2013, l’entier de la récolte de rouges de Lavaux du millésime 2012 sera misée en bouteilles.
Bon niveau de vente pour La Côte
Les rouges de La Côte, vendus en litres, ont connu un belle revalorisation, entre un prix de + 36% pour le Château Rochefort et + 24% pour l’Abbaye de Mont ; les blancs de La Côte se sont aussi bien vendus, avec 5 à 7 % de revalorisation, comme le Burignon (Saint-Saphorin), qui a retrouvé un prix moyen au-dessus de 10 francs, après trois ans de plongée en-dessous. En revanche, les chasselas du Dézaley, en quantité identique à 2011, sont, pour le Clos des Moines, passés sous la barre des 14 fr. le litre, pour la première fois depuis 10 ans, tandis que le Clos des Abbayes, est, lui, remonté à plus de 14 fr. (14,61 fr.), soit à un prix plus soutenu que ces trois dernières années, alors qu’auparavant, il se négociait à 15 fr. et plus.
Une gamme «vins de domaines» au printemps
Les chiffres de la mise aux enchères ne représentent pas, cette année, la totalité des revenus des cinq domaines de la Ville de Lausanne (33 ha de vigne, répartis entre La Côte et Lavaux). Une «deuxième gamme», représentant des vins proposés en bouteilles dans les domaines, sous une étiquette originale, complètera l’offre lausannoise, au printemps prochain, selon les vœux de la responsable des vignobles depuis deux ans, Tania Munoz, qui a su moderniser le système de vente des vins lausannois, sans renoncer à la tradition, notamment de cette mise publique, une des plus anciennes du monde.
©thomasvino.ch