Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Posté le 15 mai 2013 dans Tendance

«Vins de Lausanne»:  la ville s’adresse à ses citoyens

«Vins de Lausanne»: la ville s’adresse à ses citoyens

La ville de Lausanne, plus gros propriétaire public de vigne de Suisse, propose une seconde gamme. Ces 25 «vins de Lausanne» ont été présentés lundi 13 mai 2013, dans l’ex-préfecture de la place de La Louve.

Par Pierre Thomas

Les deux jeunes femmes à la tête des vignobles de la Ville de Lausanne, la politique Florence Germond, «ministre» des Finances, et la responsable technique Tania Munoz, œnologue, ont expliqué que ces flacons «relookés» sont destinés à se réapproprier une clientèle locale, jeune et citadine. Ces grands crus, dont les étiquettes, à la suite d’un concours sur invitation, ont été dessinées par le graphiste Antoine Javet, fils et frère de vignerons du Vully, s’inscrivent à côté de la gamme traditionnelle. Les modes de vente différent: la majorité des vins blancs et des assemblages rouges (entre 180’000 litres et 150’000 litres, en 2011 et 2012) continueront à être misés aux enchères publiques, début décembre, tandis que ces 25 «nouveaux» vins sont vendus sur place, dans les domaines.

vins-bouteille-vdl-512px

Tous grands crus

La gamme a été baptisée de sept noms de fantaisie, répondant chacun à une couleur d’étiquette. Par exemple, le gris rime avec la brume, l’orange avec le solstice, le brun avec la nuit. On y trouve pas moins de huit cuvées de chasselas, dont deux 1ers Grands Crus du seul Domaine du Burignon, à Saint-Saphorin. En blanc, un pinot gris, un viognier et un chardonnay barriques sont du voyage, comme deux rosés, l’un de pinot noir, l’autre de saignée. Quatre rouges «simples», sous le nom d’«aurore», avec un garanoir, un gamaret-garanoir, un gamay et un pinot noir, et six rouges plus complexes, sous le nom opposé de «crépuscule», un gamay vieilles vignes, un pinot noir barrique, un gamaret barrique et un de long élevage (24 mois sous bois), deux merlots barrique et une syrah-diolinoir. Un effervescent, élaboré en méthode «traditionnelle» à Genève par Xavier Chevalley, assemblage de pinots noir et gris, légérement teinté de rose, complète l’assortiment. Tous ces vins sont grands crus, puisque provenant d’un seul domaine. Le Château Rochefort à Allaman, reconverti en bio depuis peu, et le Burignon, à Saint-Saphorin, mènent la danse, avec huit vins, devant l’Abbaye de Mont(sur-Rolle), avec quatre, et les Dézaleys, Clos des Abbayes, trois, et Clos des Moines, deux.

Lancés à Pentecôte 2013

Au total, pour ce «coup d’essai» réparti sur les millésimes 2011 et 2012, un peu plus de 20’000 bouteilles devraient être commercialisées. Les prix publics s’échelonnent entre 11,50 francs (chasselas La Plantaz, Abbaye de Mont) et 30 francs (gamaret 24 mois, Château Rochefort), en bouteille de 75 cl, avec un prix médian de 19,35 fr. (qui ne tient pas compte des volumes à disposition). Les Vins de Lausanne seront partenaires du Festival de la Cité, du 9 au 14 juillet, où près de 10’000 bouteilles devraient être écoulées. Après le lancement public dans les domaines lors des Caves ouvertes vaudoises de Pentecôte (ce samedi et ce dimanche, 18 et 19 mai), la nouvelle gamme fera l’objet d’une campagne de promotion, cet automne, où Lausanne reconduira son rôle de «ville du goût» durant la semaine homoynme (du 12 au 22 septembre).

Paru dans Hôtellerie & Gastronomie Hebdo du 16 mai 2013.

Liens Internet:

Site de Lausanne Ville du Goût, avec un commentaire de 12 vins, par Pierre Thomas.

Les vins de Lausanne, communiqué de presse officiel.

Lausanne, Ville du Goût 2013, le programme à suivre sur Facebook.