Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Posté le 15 mai 2013 dans Tendance

Parker tweete à tout va

Parker tweete à tout va

Bob Parker n’est pas encore rangé des voitures, grosses cylindrées bordelaises ou calforniennes. Il tweete, rapportent divers sites Internet, et vient de distiller son «quoi de neuf aujourd’hui sur le marché du vin» en 10 points. En voici une traduction libre et des commentaires.

1) Pour les vins de plus de 25 dollars, le marché est plat.

…et pour cause…

2) La prolifération de très bons vins à bon prix, surtout d’Amérique du Sud, d’Espagne, du sud de la France, du sud de l’Italie, de l’est de l’Europe, du sud de l’Australie, d’Afrique du Sud, exerce de plus en plus de pression.

3) Le pouvoir sur le marché reste dans les mains de ceux qui vendent et qui distribuent le vin, spécialement les grossistes qui continuent à avoir une influence excessive sur les législateurs.

Vive le libéralisme commercial!

4) Les notations et les points donnés aux vins ont plus que jamais de l’importance, mais seulement s’ils proviennent de certaines sources, alors que l’océan de chiffres finit par rendre sourds les consommateurs qui se fatiguent des classements («ratings»).

En clair, moi, Bob P., je compte encore mais tous mes pâles imitateurs ne valent pas un clou…

5) Le marché des bordeaux primeurs, avant l’annonce de prix soldés, est largement moribond en attendant un prochain grand millésime, et ressemble à un «non-événement» compte tenu de l’économie mondiale de 2013.

Baissez les prix , et en vitesse, si vous voulez vendre les 2012 pendant la récession!

6) La mise en cave de vins promis à un plaisir à long terme, le vieillissement, l’appréciation et la spéculation sont en voie de disparition parce que le goût évolue, favorisant des vins fruités, faciles d’abord au plaisir immédiat, accessibles, et de styles facile à vivre («easy-going styles»).

Buvons tout de suite plutôt que de mettre en cave des vins «parkérisés» qui pourraient s’avérer médiocres au bout du compte (à rebours)…

7) Les mouvements djihadistes pour des vins non soufrés, verts, sous-mûris, faible en alcool, insipide, promus par une police anti-plaisir et les néo-prohitionnistes anti-alcool sont en bout de course comme d’autres mouvements extrêmes et inutiles.

On est toujours le djidahiste de quelqu’un! Foi de Bob P. et de son inoxydable «rating»!

8) La concentration continue du pouvoir du vin dans les mains de quelques uns est plus dangereuse que jamais.

«Small is beautiful», on sait ça depuis longtemps… surtout en Suisse.

9) Le vin,fin et fragile, est toujours malmené dans le transport (maritime), le stockage et les centres de distribution tandis que les entreprises multinationales peuvent rarement justifier les prix supplémentaires d’entrepôts et de camions de livraison réfrigérés.

Achetez donc chez le producteur et ramenez vos vins cet été, au retour de vos vacances, à travers toute l’Europe!

10) Les jeunes générations se tournent vers les bières artisanales, les alcools «boutique», et concluent que le vin ne vaut pas l’apprentissage et le coût nécessaires pour l’apprécier.

Les ânes, s’ils se contentaient de se fier aux «ratings» dignes de confiance (et si les Bordelais redevenaient raisonnables…), ils n’auraient pas à chercher midi à quatorze heures!

©thomasvino.ch