Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Posté le 10 juillet 2013 dans Vins suisses

Mondial du chasselas 2013: un allemand crèe la surprise

Mondial du chasselas 2013:
un allemand crèe la surprise

Au nez et à la barbe de neuf chasselas vaudois, tous crédités de 91 points et plus, un «Chasslie» 2012 du Pays de Bade s’est imposé lors de la deuxième édition du Mondial du Chasselas.

Vendredi 5 juillet 2013, le meilleur sommelier du monde 2013, Paolo Basso, officiait en maître de cérémonie, avec, à ses côtés, une enseignante en sommelerie de Karlsruhe, Yvonne Estermann. Les «nominés» ont bien joué le jeu et sont venus chercher leur prix devant 250 personnes dans la salle de la Dîme, jouxtant le Château d’Aigle, où il était possible de déguster les meilleurs chasselas du monde. Ou du moins les meilleurs parmi les 638 vins classés.

06.07.2013- Aigle- Mondial du Chasselas

Un Mondial très vaudois

Logiquement, le canton de Vaud (2320 hectares de chasselas) est en tête des participants, avec 437 vins, plus des deux tiers, devant le Valais (1’000 ha), 91 vins et le Pays de Bade (1’100 ha), 35 vins. Au total, 193 vins (soit 30% des participants) ont été récompensés, 90 avec une distinction d’or et 103 avec de l’argent.

Qu’un vin allemand l’ait emporté a surpris plus d’un dégustateur d’un soir… Avec 3,5 g de sucre résiduel avoué, ce chasselas élevé sur lies (d’où son nom de «Chasslie»), le Ehrenstetter Ölberg Chasslie trocken 2012 de la coopérative Bezirkskellerei Markgräflerland (noté 92.4) est en soi, une spécialité, que quatre producteurs vinifient dans le Markgräflerland.

Le «podium» est complété par un Grand Cru de Saint-Livres 2012, dans l’arrière-pays morgien, de Luc Pellet, battu sur le fil pour un dixième de point (92,3/100), devant un vin élevé sous bois, Blanche Loye 2011, de la Cave de Chambleau, à Colombier, ex-aequo (92,2) avec le Lutry Tradition 2012, de l’Association viticole de Lutry, rebaptisée Terres de Lavaux. Le Neuchâtelois Louis-Philippe Burgat est reparti avec un diplôme de meilleur Neuchâtelois et de «coup de cœur» de la presse — pas unanime ! Un peu de baume sur les plaies ouvertes ce mois de juin par la grêle qui a dévasté le domaine du Neuchâtelois ; il ne pense récolter que 2% d’une vendange normale. Quant à Jean-Charles Estoppey, le médecin-président de la coopérative de Lutry, il se réjouissait d’un pareil classement, pour un vin tiré à 45’000 exemplaires (et qui remporte la catégorie des vins de plus de 15’000 exemplaires).

Les vainqueurs du 2ème Mondial du Chasselas.

Les vainqueurs du 2ème Mondial du Chasselas.

Un vieux Dézaley-Marsens le mieux noté

Mais le vin le mieux noté de tout le concours reste un Grand Cru vaudois. Si la catégorie des vins jeunes et secs a réuni 569 vins, celle des vieux millésimes en a rassemblé 40. Les Dézaleys Grands Crus ont trusté les six premières places. A Dubois et Fils d’Epesses, l’an passé, succèdent leurs cousins, les Dubois Frères de Cully. Le Dézaley-Marsens de la Tour 1984 a frisé les 94 points sur 100 (93,8) et empoche derechef trois titres, celui de meilleur pointage du concours, de vainqueur de sa catégorie et de meilleur vin vaudois. La même étiquette, millésime 2011, s’est, elle classée meilleur «jeune» Dézaley (91,6).

Du côté des vinifications spéciales (9 vins seulement), c’est un vin sans malo, élevé sur lies et en barriques, Larmes de Passion, 2011, d’Obrist, qui s’impose, tandis qu’un Eiswein 2011 de la cave Auggener Schäf, dans le Markgräflerland, l’emporte en vins doux (sur 20 échantillons). Le Fendant 2012 La Tornale, de Jean-Daniel Favre, à Chamoson, est le valaisan le mieux classé (91,3), tandis que le 1er Cru Bertholier 2012 du Domaine Les Hutins, à Dardagny est le meilleur genevois (90,4).

A noter que trois 1er Grands Crus vaudois, tous en 2011, figurent au palmarès (Yvorne L’Ovaille 1584 de Hammel, Château de Châtagneréaz, Domaine Es Cordelières) mais aucun n’a fait mieux qu’une médaille d’argent. Les vins labellisés Terravin s’en sortent mieux. Sur les 25 vaudois notés à 90 points et plus, 9 ont obtenu les «lauriers d’or» Terravin. Pour un label qui affirme n’être apposé que sur 5% des vins vaudois, la performance est remarquable : 38% des vins vaudois en or au Mondial du Chasselas portent le label (et 35% des argents). Le samedi, jour de la Fête du Chasselas, au pourtour du Château d’Aigle, qui a attiré près de 1300 personnes, Terravin fêtait officiellement son demi-siècle à l’auberge communale d’Yvorne.

Le chasselas a la cote… livresque

En marge de ces événements chablaisiens, on a appris que deux livres vont être publiés à la gloire du chasselas. L’un sera signé du sommelier de Saint-Saphorin, Jérôme Aké et du spécialiste vins du quotidien Le Temps, Pierre-Emmanuel Buss, tandis que la publiciste zurichoise Chandra Kurth en prépare un également. Après une collection chez Provins, qui comporte depuis cette année un fendant — mais la coopérative valaisanne n’a pas participé à ce deuxième Mondial du Chasselas, alors qu’elle l’avait fait l’an passé… —, Chandra Kurth signe une collection de six «chasselas de terroir» pour Bolle & Cie à Morges. Un des deux premiers commercialisés, un Yvorne, s’est classé à ce Mondial 12ème, avec 91 pts/100.

Vu le succès de la manifestation — concours et fête —, une troisième éditions est assurée. Mais, nous confiait le président de l’Association pour la promotion du Chasselas, Frédéric Borloz, syndic d’Aigle, la proclamation des résultats pourrait être «délocalisée» à Lausanne, Berne ou Genève dès la prochaine édition.

Pierre Thomas

Sur le net : www.mondial-du-chasselas.com