Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Posté le 6 septembre 2013 dans Actualités

16ème Mondial des Pinots  Le «noir» pâlit en grand or

16ème Mondial des Pinots
Le «noir» pâlit en grand or

Quel paradoxe ! Le pinot noir est d’abord un grand vin rouge. Eh bien, depuis qu’il s’est élargi à tous les pinots, le concours mondial de Sierre récompense surtout des «spécialités». Cette année, sur 7 grandes médailles d’or (0,52% des échantillons), seuls deux vins rouges secs et non surmaturés… Et aucun bourguignon, la patrie de ce cépage d’exception.

Ainsi en va-t-il des concours. L’avis du jury (international) fait foi. Et les dégustateurs sont toujours plus flattés par des vins doux ou différents ; (grand) or donc pour une malvoisie flétrie sur souche 2012 du Valaisan André Fontannaz (La Madeleine) à Vétroz, pour L’Ancolie 2010, un pinot gris liquoreux du Domaine des Graves, de Nicolas Cadoux et Christian Guyot, à Genève, un vin de paille (Strohwein) 2012 de la cave valaisanne Leukersonne, à Leuk, pour un Auslese (vendanges tardives) 2011 en barrique de la coopérative Sasbach, à Kaiserstuhl, grand terroir à pinot, sorte d’«île rhénane» entre l’Alsace et le Pays de Bade. Deux rouges sauvent l’honneur du pinot noir : le valaisan Cuveraine 2010 du Clos de Balavaud, Les Fils Maye SA, à Riddes et le pinot noir 2011 du Zurichois Urs Pircher, d’Eglisau, orfèvre reconnu en la matière…

Il en manque un qui devrait réjouir tout particulièrement le Comité interprofessionnel des vins Champagne : L’Orphelin brut 2012, d’Eric Schopfer, de la cave Le Champagnoux, présenté sur son site Internet comme un assemblage de pinot noir et de gamaret mousseux. Orphelin de son appellation, Champagne (Vaud) ! Mais meilleur mousseux du monde du pinot noir (teinté du très suisse gamaret, tout de même), bravo !

Un palmarès d’abord suisse et valaisan

Le concours a battu un record de participation, affirme un communiqué de presse qui ne nous a pas été envoyé et dont on n’a pas trouvé trace dans la presse écrite vaudoise (24 Heures, Agri Journal) : 1359 vins de 23 pays. Mazette ! Et au palmarès ? Une écrasante domination suisse, avec 6 médailles grand or sur 7, 93 médailles d’or sur 124, suivi par les Allemands, 1 grand or et 23 or, soit «20% des plus hautes distinctions pour 11% des vins en compétition», selon l’Association Vinea, organisatrice de la compétition. Rayon suisse, le Valais est proportionnellement sur-représenté : 3 grands ors et 40 ors. Vaud suit avec 10 ors, les Grisons, avec 9 ors, Zurich avec 8 ors, Argovie et Schaffhouse, avec 7 ors. La France en obtient 3, l’Autriche, le Canada, l’Italie, la Roumanie et la Slovaquie, une chacun…

Parmi les 9 prix spéciaux, le plus prestigieux va au jeune thurgovien Martin Wolfer, de Weinfelden, couronné champion du monde des pinots noirs, avec le meilleur tiercé de pinots noirs classiques. Outre les vins en grand or récompensé par un prix particulier, le meilleur rosé est valaisan (Nuit Blanche Grand Maître barrique 2012 de Gregor Kuonen à Salquenen), le meilleur pinot blanc, grison (Fläscher Weissburgunder 2012, Markus Adank, Weinbau Oberdorf à Flâsch), le titre de meilleur bourguignon (désigné par le magazine Bourgogne Aujourd’hui), revient au Domaine Brigitte Berthelemot, à Pommard, le prix de la communication digitale, au domaine slovaque Vino Mrva & Stanko, à Trnava.

Vinéa jusqu’à dimanche

Quant au Prix Vinéa, il revient au pinot noir 2012 Klötzli, du Weingut Twannbach, à Douanne, lac de Bienne. Pour quelle raison ? Mystère et boule de gomme : le communiqué de presse ne le précise pas.

Vinéa, 20ème édition, s’ouvre ce soir, vendredi à 16 h. (jusqu’à 20 h.) et dure jusqu’à dimanche 16 h. (dès 11 h.), en passant par la grosse journée du samedi (11 h. à 19 h.). Prix : vendredi et dimanche, 20 fr., samedi, 30 fr.

www.vinea.ch et www.mondial-des-pinots.com pour le palmarès détaillé du concours.

©thomasvino.ch