Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Posté le 27 janvier 2015 dans 100... sur 100

1ers Grands Crus vaudois 2013  La crème notée sur 100 points

1ers Grands Crus vaudois 2013
La crème notée sur 100 points

Les députés au Grand Conseil et quelques invités ont eu droit à la présentation officielle des 1ers Grands Crus vaudois du dernier millésime «bu et approuvé» par la commission adhoc, mardi 27 janvier 2015, par l’Office des vins vaudois (OVV). On y est allé avec notre propre crachoir, histoire de faire le tour des 14 vins, sommet de la pyramide qualitative vaudoise, soit moins de 1% de la production totale, et uniquement du cépage chasselas.

Par Pierre Thomas

Climatiquement, l’année 2013 fut difficile. La Côte fut grêlée sur une part importante, de sorte que les domaines Es Cordelières et le Château La Bâtie ont renoncé à présenter leur 1er GC. Au Fosseau de Reynald Parmelin n’était pas présent au Palais de Rumine, ni Les Rueyres, 1er GC du Domaine du Burignon, de la Ville de Lausanne (grêlé et non produit en… 2014), mais les deux nouveaux, le Saint-Saphorin Chavonchin (ah ça, ça doit être facile à prononcer en japonais !) de Jean-François Neyroud-Fonjallaz et le Clos de l’Abbaye, de la Commune d’Yvorne, vinifié par Frédéric Blanc, faisaient leur apparition, avec 12 autres 1ers GC confirmés.

Premier constat : les différences des AOC régionales se font clairement sentir, assorties de nuances de style, où le gaz carbonique (CO2) joue le rôle de dynamiseur, surtout à La Côte. Deuxième constat : sans doute en raison du rendement volontairement limité, la matière est mûre et les vins déjà bien ouverts. Pour le reste, voici notre notation sur 100 points.

93 points, L’Ovaille 1584, Domaines Hammel, Charles Rolaz. Un nez discret, floral, une belle acidité, d’emblée, une matière puissante et ample, mûr, mais à l’acidité tranchée, le vin le plus tendu de la soirée. Elevé en œuf (amphore) de béton, est sans doute le seul à ne pas avoir fait sa deuxième fermentation, sa malo(lactique).

92 points, L’Ovaille des Frères Deladoey, à Yvorne. Un nez frais, avec de légères notes fermentaires, puis des arômes de fruits exotiques, de mangue ; bon volume en bouche, et finale tendre, bien typée du Chablais.

92 points, Chavonchin, Saint-Saphorin, Jean-François Neyroud-Fonjallaz. Nez de tilleul séché, de la puissance, du gras, tendre en bouche, mais large… à l’image de son flacon résolument ventru. Une belle élégance et une touche finale de minéralité.

91 points, Clos de la George, Yvorne, Domaines Hammel, Charles Rolaz. Nez frais, soupçon d’amylique, ouvert, beau volume, puissant, gras, avec une note d’amertume finale, qui est aussi la marque du millésime.

90 points, La Gueniettaz, Dézaley, Christophe Chappuis, Rivaz. Beau nez ample, légère note boisée ; puissant, gras, attaque souple, long et CO2 bien maîtrisé.

90 points, Château de Mont, famille Naef, Mont-sur-Rolle. Nez de tilleul, notes fermentaires ; belle fraîcheur ; bon volume, pointe d’amertume et finale sur le citron vert.

89 points, Château de Malessert, hoirie Saugy, Perroy, vinifé par Uvavins. Nez discret, du volume, de la puissance, arômes mûrs, de fruits jaunes, pêche, mangue, qui fait penser au Château La Bâtie 2012, également vinifié par Uvavins, mais grêlé et non disponible en 2013. Carbonique un peu trop présent.

89 points, Château Châtagnéréaz, Mont-sur-Rolle, Domaines Schenk. Carbonique à l’attaque, marque de fabrique de La Côte, tendre et souple, somme toute classique. Récolte tardive (fin octobre !), vendange réduite de 20%, à cause de la grêle, tri sévère : 50’000 bouteilles pour le plus vaste des 1ers GC (9 ha).

89 points, Château de Chardonne, Obrist (groupe Schenk). Nez discret, d’herbes sèches, citronné, carbonique assez marqué, bon soutien acide et finale sur le citron vert. Choisi par le Conseil d’Etat vaudois parmi une présélection de 2013.

89 points, Le Clos Blanc, Château du Châtelard, Villeneuve, Domaines Hammel, Charles Rolaz. Nez d’herbes sèches, un peu de levures, citronné, plein, gras, mûr, avec une finale sur les litchis.

88 points, Château de Autecour, Mont-sur-Rolle, Domaines Schenk. Nez citronné, ouvert, présence de carbonique, du gras, de la puissance, tendre, mais marqué par une légère amertume finale.

88 points, Roches Plates, Saint-Saphorin, Domaine du Burignon, Ville de Lausanne. Jaune plus soutenu que les autres, nez boisé ; bonne structure, où on retroue du bois ; tendre en finale ; plus élevage que cépage !

88 points, Clos de l’Abbaye, Commune d’Yvorne. Nez de paille, de fruits mûrs ; gras, puissant, tenu par le carbonique ; souple et un peu court en bouche.

86 points, Domaine de Fischer, Féchy. Nez d’un léger boisé, attaque sur la rondeur, gras, un peu rustique et même «old style», manque de fruit et d’acidité.

Dans l’attente des notes de Stephan Reinhardt, le journaliste allemand, ancien de Vinum Allemagne, qui devrait publier tout prochainement ses notes de dégustation sur sa sélection de chasselas suisses (une centaine dégustés) sur le site Internet payant erobertarker.com, la gradation sur 100 points est aussi, par le truchement du système des fiche des concours internationaux, celle de la Sélection vaudoise et du Grand Prix du Vin Suisse. A chacun son échelle ! Pourquoi pas la nôtre ? Soyons fou!

www,premiersgrandscrus.ch

©thomasvino.ch