Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Posté le 9 mars 2017 dans Vins du monde

Et une tournée en Asie, une !

Et une tournée en Asie, une !

L’Asie paraît bien la planche de salut pour la consommation du vin à l’avenir. Vinexpo y est présent depuis vingt ans à Hong Kong, où se tiendra la foire bordelaise, du 29 au 31 mai. L’Office des vins vaudois y est aussi pour quelques jours.

Par Pierre Thomas

Subventionné par Hublot, la tournée de l’OVV a été l’occasion pour son président, Pierre Keller, de nommer commandeur dans l’Ordre des vins vaudois le directeur général du Ritz-Carlton, le Vaudois Pierre Perusset, et de découvrir (comme moi en août dernier) la vue à couper souffle depuis le bar à ciel ouvert Ozone, au 118 étages, soit à 500 m. sur le niveau de la mer.

L’hôtelier a rejoint le cercle qui a accueilli sans tambour ni trompette (militaires) le conseiller fédéral Guy Parmelin. Le ministre n’a pas eu droit à la rituelle dernière page du Temps, où M. Perusset, «très honoré par la distinction», rappelait, le 8 mars, que le blanc (y compris celui du vin blanc donc…) est la couleur de la mort pour les Chinois.

La Chine, 2ème marché du vin du monde en 2020

Par ailleurs, Hong Kong est devenue la plate-forme de vente numéro 1 des grands vins, notamment de bordeaux, et l’ex-colonie britannique, la porte d’entrée naturelle de la Chine. A propos, Vinexpo rappelle que la Chine qui pointe au 4ème rang aujourd’hui, deviendra, en 2020, le deuxième plus grand marché des vins du monde, derrière les Etats-Unis, mais devant le Royaume-Uni.

On espère une croissance à 21 milliards de dollars (+ 40%) pour les vins tranquilles et pétillants en Chine, contre une légère baisse de 15,8 à 15,5 milliards entre 2015 et 2020 en Grande-Bretagne, où le fléchissement de la consommation (de 24,3 à 20,3 litres par habitant et par an) n’est pas compensé par la hausse de la valeur des vins (ceux vendus à moins de 6 euros devraient reculer de 4%). En volume, Vinexpo, dans un communiqué, parle d’une consommation de + 78% en Chine, de + 12% en Corée du Sud, de + 14% à Taiwan et de + 10% au Vietnam.

Le blanc à la peine au Japon

Et le Japon ? Un rapport de Wine Intelligence (2016) considèrait le Japon comme le 3ème marché le plus attractif du monde. En 2015, le Japon pointait au 10ème rang des pays importateurs, pour le volume (280 millions de litres, soit 100 de plus que la Suisse), et le 6ème en valeur (1,4 milliard d’euros, + 9% par rapport à l’année précédente). Le Japon est ainsi le 2ème marché d’Asie-Pacifique derrière la Chine et le 3ème pour la consommation totale, derrière l’Australie et la Chine.

Les vins pétillants y sont en progression (+32%). En valeur, la France est majoritaire avec 51% du montant total, mais seulement 2ème en volume (23,5%), derrière le Chili, pour la première fois.

Le marché des vins tranquilles est dominé par les vins rouges : le vin blanc ne représente qu’une bouteille sur 4 consommée dans l’archipel (en Suisse, 1 sur 3). Et, sur place, le chasselas (notamment vaudois) rencontre un concurrent inattendu : le koshu local, qui a le vent en poupe, comme le montre notre reportageà l’occasion du 19ème Japan Wine Challenge, à Tokyo (ci-dessous, le vin qui a remporté le trophée du meilleur koshu).

Le Japon reproduit l’antagonisme propre à la Suisse, où le vin blanc local est malmené par les importations, depuis la disparition de la barrière de protection pour le blanc indigène.

@thomasvino.ch