Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Posté le 13 septembre 2017 dans Vins suisses

Yvorne: La Pierre Latine vendue à André Hoffmann

Yvorne: La Pierre Latine vendue à André Hoffmann

Résident des hauts de Morges, passionné par la vigne et le vin, l’économiste André Hoffmann, descendant des fondateurs du groupe chimique et pharmaceutique Roche, a racheté les 15 hectares du Domaine de la Pierre Latine, à Yvorne, à son fondateur, le vigneron Philippe Gex. Cet été, M. Hoffmann avait déjà acquis un domaine de 11 hectares en Bourgogne, le Domaine Jayer-Gilles, en Côte de Beaune, comme le relatait la Revue du Vin de France en août.

Par Pierre Thomas

«Il n’est jamais facile de trouver un partenaire extérieur au monde viticole. Je suis donc comblé ! C’est une opération bénéfique pour toute la viticulture vaudoise : l’exigence qualitative pour les vins est assurée et nous continuerons à rechercher l’excellence», se réjouit Philippe Gex. Voilà qui assure sa succession : l’ancien syndic d’Yvorne n’a qu’une fille, pas intéressée par le domaine viticole.

Vente au «prix licite» fixé par le Canton

Contemporain du repreneur — ils sont nés tous deux en 1958 —, l’ancien Gouverneur de la Confrérie du Guillon a promis de continuer à travailler «durant cinq ans au moins». Simplement, le 1er septembre, son statut est passé de propriétaire à salarié de la société Tilleul SA. La culture du domaine, soit 6,5 ha à Yvorne, 2,5 ha au Clos du Crosex-Grillé, à Aigle, et 6 ha entre Ollon et Bex, sera assumée par l’équipe actuelle, avec, sans doute, une orientation toujours plus marquée vers la biodynamie. «On a déjà essayé cette année, avec 4 hectares, et nous étions entièrement en production intégrée, ce qui ne nous a pas épargné une violente attaque de mildiou en 2016», explique Philippe Gex. Les vignes et un hangar ont été vendus à M. Hoffmann, mais pas la maison d’habitation d’Yvorne. Et les vins continueront d’être élaborés par Bernard Cavé, dans la cave située derrière le Château d’Aigle. La procédure découlant de l’application du droit foncier rural a aussi révélé publiquement le prix de la transaction : 8,75 millions de francs, soit le «prix licite» fixé par la commission foncière du canton de Vaud.

Désormais, Philippe Gex va se consacrer à mieux faire connaître les vins du domaine, membre du cercle de qualité vaudois Arte Vitis, de la Mémoire des vins suisses, avec le Crosex Grillé, et partenaires des Grandes Tables de Suisse et de Swiss Tennis, notamment. Les 15 hectares sont plantés à 60% en chasselas. Jusqu’ici, une partie était vendue en vrac. La nouvelle structure devrait permettre de produire une centaine de millier de bouteilles de vins blancs et rouges. Philippe Gex continuera de travailler les vignes d’Ollon et de Bex, dont le Domaine du Chêne, louées à l’homme d’affaires Jürg Stäubli et la ligne de vins Terra Diva sera conservée par André Hoffmann.

Bourgogne – Yvorne: «un hasard d’opportunités»

Faut-il voir, avec l’achat des domaines d’Yvorne et de Bourgogne, l’arrivée d’un nouvel investisseur viticole majeur ? «C’est un hasard d’opportunités, mais il est vraisemblable que les clients suisses pourront bénéficier d’une offre coordonnée pour les vins des deux domaines», répond le vigneron vaudois. Le domaine bourguignon Jayer-Gilles, à Magny-lès-Villers, sur 11 hectares, plantés pour moitié en pinot noir et pour moitié en blanc, vinifie plusieurs crus, grands crus et premiers crus de Nuits-Saint-Georges et des Echezeaux.

André Hoffmann, qui a étudié l’économie à Saint-Gall puis passé un MBA à Fontainebleau (il siège au conseil d’administration du prestigieux INSEAD) est un amoureux du vin, qui réalise ses rêves. Vice-président de Roche Holding, mais aussi du WWF International, il est membre d’une vingtaine de conseils d’administration et de fondations. Il a débuté sa carrière au Domaine de La Tour du Valat, en Camargue, dont il préside la fondation, et qui a conservé quelques hectares de vignes, à côté d’une vaste réserve naturelle de plus de 2500 ha, dédiée aux oiseaux sauvages et à l’étude de l’écologie.

©thomasvino.ch