Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Posté le 4 décembre 2017 dans Gastro

La course à la toque : le doublé de Guy Savoy

La course à la toque : le doublé de Guy Savoy

Le chef parisien (et un peu suisse, d’Attalens…), Guy Savoy emmène La Liste, cuvée 2018, pour la deuxième fois consécutive, avec 99.75/100. L’Hôtel-de-Ville de Crissier pointe au 5ème rang, à 99.25/100.

On se souvient que feu Benoît Violier avait été le premier leader de cette liste de «mille tables d’exception», à mi-décembre 2015. Franck Giovannini précède d’un rang un autre Suisse, de New York, Daniel Humm, du Eleven Madison.

Le système de désignation fait largement appel aux moyens électroniques, avec l’examen des notes de 550 guides, pondérés par des coefficients de milliers de chefs (sic) et 25 millions de commentaires examinés : le compteur tourne, du reste, sur le site Internet de La Liste…

En Suisse: 4 sur 100

Le deuxième Suisse, il faut aller le chercher au 30ème rang, Andreas Caminada, au château Schauenstein, puis, au 38ème, le troisième triple étoilé Michelin de Suisse, Peter Knogl, aux Trois Rois, à Bâle. Seul autre restaurant dans les cent premiers cités, Châteauvieux, de Philippe Chevrier, à Satigny (GE), juste devant Marc Veyrat, avec 96.75/100.

Au même pointage, Didier de Courten, à Sierre, est plus loin, puis le Focus à Vitznau (96). Jusqu’à 95 figurent quatre autres adresses, Georges Wenger, au Noirmont, The Restaurant, à Zurich (tous deux à 95.75), puis Adelboden, à Steinen (95.5) et Le Cerf de Carlo Crisci à Cossonay (95). Le Pont-de-Brent (91.5), Tanja Grandits à Bâle (91) et Anne-Sophie Pic à Lausanne (90.5) sont plus loin.

Savoy pas dans le «Top Ten» pour Le Chef

Juste avant la publication de ce palmarès, le magazine Le Chef avait publié son propre palmarès des 100 chefs qui comptent. Si Michel Troigros, Yannick Alleno, Arnaud Donckele, Pierre Gagnaire, Emmanuel Renaut, Pascal Barbot et Alain Ducasse, tous Français, figurent dans ce «top 10», avec le Catalan Joan Roca, le Milanais d’Alba Enrico Crippa (Piazza Duomo) et le Japonais Seiji Yamamoto, Guy Savoy n’y figure pas. Il est un peu plus loin, dans le peloton de la deuxième page, où figure aussi Frank Giovannini, sacré meilleur chef de l’année 2018 par le guide GaultMillau Suisse, et bien entouré par Joël Robuchon et Gérard Passédat (Marseille).

Toques blanches et gorges chaudes!

@thomasvino.ch