Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Posté le 4 juillet 2018 dans Vins suisses

Sélection des vins de Genève 2018 — encore un pinot au pinacle !o

Sélection des vins de Genève 2018 — encore un pinot au pinacle !o

Les dégustateurs de la 19èmeSélection des vins de Genève aiment «leur» pinot noir : en quatre ans, voilà trois fois qu’un pinot s’impose ! Et le trophée du «sanglier» du vin le mieux noté revient au Domaine de l’Etat de Genève, qui étrennait jeudi 20 juin, dans la cour de l’Hôtel-de-Ville, son nouveau ministre de l’agriculture, le «vert» Antonio Hodgers, successeur de Luc Barthassat.

Par Pierre Thomas

Ce pinot noir est un 2015, riche, balsamique et chaleureux, élevé en fût par Thierry Anex, au domaine expérimental de Lully, où il n’a pas encore été proposé à la vente. C’est ce rouge qui a été le mieux pointé devant 532 autres vins, de 59 domaines. Pas de record en vue, mais une année à la baisse, en raison du gel du printemps 2017, a expliqué Dominique Maigre, le président de ce concours cantonal, lors de la remise des prix, diffusée en direct sur la télé locale Léman-Bleu.

Sur les 56 médailles d’or, certains domaines en ont remporté une jolie brassée : 4 pour le Château du Crest, le Domaine du Paradis, et Les Hutins, 5 pour la cave Les Bossons, de Laure Leyvraz, et pour La Vigne Blanche, de Sarah Meylan. Et même 7 vins en or pour Les Perrières, de la famille Rochaix, représentée par l’œnologue Sébastien Schwarz.

Plusieurs des mêmes caves ont reçu les prix spéciaux. Les Vieux-Grenadiers, pas près d’accepter les femmes dans leur vénérable compagnie — et quelques sifflets dans la foule ! — ont récompensé du bien nommé prix «Tradition»… une vigneronne, Sarah Meylan, pour le meilleur duo gamay-chasselas, les deux cépages emblématiques de la République ( respectivement 48 et 39 échantillons jugés). L’Ecole hôtelière de Genève a distingué le muscat sec 2017 de Marc Ramu au Clos des Pins.

«La vie du vignoble» en successions

Quant à l’association des cafetiers restaurateurs, elle a choisi le meilleur rosé (55 échantillons présentés), un rosé de garanoir 2017, du Domaine du Paradis. L’occasion de rendre hommage à feu son patron, décédé il y a peu, à 63 ans, Roger Burgdorfer, un précurseur dynamique du renouveau du vignoble genevois, à qui succède son fils, Jérémie.

Autre séquence émotion, pour le Breton d’origine Bernard Bosseau — en pull marin rayé noir et blanc… Il a certes reçu deux prix, l’un pour un étonnant mousseux, un pur blanc de blanc issu de chardonnay, l’extra-brut Azimut, du millésime 2012, gardé sur lattes 36 mois et dégorgé en mars 2017. Et, encore, le prix de la presse, pour son Esprit de Genève 2015, l’assemblage qui privilégie le gamay (60%), que ce vinificateur a choisi de marier au gamaret (30%) et au garanoir (10%), élevés en barriques, quintessence des assemblages rouges genevois (73 échantillons jugés). Mais, surtout, depuis 22 ans à Genève, Bernard Bosseau va troquer cette année ledomaine de La Planta, à Dardagny (11 hectares) contre la Cave de Sézenove, 8 hectares. Le premier sera repris par Frédéric et Jean-David Gaillard, les fils du propriétaire, décédé il y a vingt ans, quand ils étaient enfants. Ils ont suivi Changins et sont prêts, désormais, à reprendre la propriété familiale. Quant au mari de Claude Bocquet-Thonney, à Sézenove, qui fut présidente des vignerons-encaveurs indépendants, il est décédé il y a quelques mois. Ces circonstances ont permis à Bernard Bosseau de rester dans la vignoble genevois et de continuer à faire ses propres vins : «Si le terroir n’est pas le même, l’encépagement est quasiment identique, mais j’envisage d’ores et déjà un assemblage blanc de chardonnay-sauvignon et un rouge de syrah-merlot». Et il vinifiera toujours «à façon» pour plusieurs domaines, comme celui des Bonnettes, à Lully, de Dominique Maigre, et le Château des Bois à Satigny, de la famille van Berchem. C’est aussi ça, les sélections cantonales : l’occasion de faire le point, chaque début d’été, sur l’actualité du vignoble.

Sur le net

www.ge.ch/document/palmares-2018-selection-vins-geneve

Paru dans Hôtellerie & Gastronomie Hebdo du 3 juillet 2018

©thomasvino.ch