Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Posté le 27 août 2009 dans Vins suisses

CERVIM 2009 et les vins suisses

CERVIM 2009 et les vins suisses

Concours des vins de montagne

Une confrontation originale

Le vendredi soir 4 septembre 2009, au Château d’Aymavilles, près d’Aoste, les vignerons primés au 17ème Concours international des vins de montagne reçoivent leur prix. Coup d’œil sur cette manifestation originale, par Pierre Thomas, membre du jury.
Qu’est-ce qui peut bien rapprocher l’Ermitage flétri de Fully 2005 de Gérard Roduit et le Porto LBV 1996 des Caves Santa Marta, dans la vallée du Douro ?
Et ce trio rouge,  Sforzato di Valtellina 1999 de la Cave Balghera de Chiuro (Italie), Xinomavro 2006 d’Alpha Estate, au nord de la Grèce, et Mencia Don Ramon 2008, de Ramon Marcos Fernandez-Sober, en Galice espagnole ?
Ou encore le Muscat 2008 valdôtain de la Maison Anselmet et les grands rieslings QBA ST 2007 du Weingut Geller-Stefen à Bernkastl et le Hochgewächs lieblich Moselgold 2008 du Weingut Reis à Briedel, de la vallée allemande de la Moselle ?
Tous ces vins ont obtenu, dans leur catégorie, la grande médaille d’or, décernée par le jury international à Saint-Vincent, en Vallée d’Aoste, début juillet. Pour un peu plus de 500 vins, 30 médailles (trois par catégories, grand or, or et argent) et 68 mentions d’honneur ont été attribuées, sur le modèle du concours de Vinitaly (ci-dessous, les médailles suisses).
Mais ce qui sous-tend ce concours original, c’est la mise en évidence d’une viticulture particulière, que les Italiens nomment «héroïque» et que représente à merveille la Vallée d’Aoste, avec ses 550 hectares.
Panorama en couleurs
Des cépages autochtones — le mencia espagnol très en vogue, le riesling allemand ou le xinomavro grec — et des régions soit en montagne (à plus de 500 m. d’altitude, en Valais, en Savoie et en Vallée d’Aoste), soit dans de fortes pentes (plus de 30%, comme en Moselle ou dans la vallée du Douro), soit de vignoble en terrasses (Valais, Banyuls) ou, alors, d’îles, comme Pantelleria ou les contreforts de l’Etna, en Sicile. Le palmarès reflète cette extrême diversité et les organisateurs s’en félicitent : «Ces résultats très hétérogènes mettent en valeur la diversité et l’unicité des vins participant au concours».
Avant les autres, ce concours des vins de montagne vise à montrer un panorama en couleurs, plutôt qu’une hiérarchie en noir et blanc. Aujourd’hui, tous les concours se raccrochent à cette large définition, qu’ils soient sur un thème — comme à Aoste — ou restreints à un cépage, comme Chardonnay, Syrah et Muscat du Monde, en France, ou le Mondial du Pinot noir à Sierre, puis du Merlot à Lugano, et, bientôt, du Chasselas, au Château Maison-Blanche à Yvorne. Ces trois derniers bénéficient de l’appui technique de VINEA, à Sierre, que les organisateurs valdôtains ont aussi approché.
Le CERVIM, cerveau scientifique
Leur homme de liaison est le Valaisan François Murisier, jeune directeur retraité d’Agroscope Changins-Wädenswil, qui vient de rejoindre le comité de VINEA et préside le nouveau comité scientifique du CERVIM. Derrière cet acronyme se cache l’âme du concours des vins de montagne, le Centre de recherches, d’études et de valorisation de la viticulture de montagne. Cet organisme, fondé en 1987, reconnu par l’Union Européenne, et soutenu financièrement par une cinquantaine de membres, qui peuvent être des régions, comme le Valais ou la Moselle, mais aussi des domaines, réfléchit à l’avenir des vins de montagne. Son vice-président, Enrico Zola, chef du contrôle œnologique du Piémont, en résume les enjeux : contribuer à la biodiversité grâce à la sauvegarde de cépages autochtones, valoriser le paysage en conservant la vigne, et participer à un intérêt économique collectif, par le biais du tourisme notamment.

Eclairage
Les médailles suisses, toutes valaisannes

Une seule grande médaille d’or va à l’Ermitage flétri de Fully 2005, de Gérard Roduit, à Fully. La Cuvée du Centenaire 2006, Hans Erni, Grains Nobles, des Caves Orsat, à Martigny, décroche l’or. Exploit que la médaille d’argent (derrière deux Mencia de la Riberia Sacra) pour le Gamaret 2008 de la cave Vin du Mur à Brig-Glis (VS). Et médaille d’argent aussi pour le Domaine du Chapitre 2006, un vin blanc élaboré par Provins-Valais. A ces quatre médailles s’ajoutent 14 mentions et Rouvinez, à Sierre, obtient le titre de meilleure cave, grâce au bon classement de ses vins dans trois catégories.

Paru dans le Journal vinicole suisse de septembre 2009.