Warning: call_user_func_array() expects parameter 1 to be a valid callback, function '_wp_footnotes_kses_init' not found or invalid function name in /home/clients/e24a2bd7b6476e2e504e6adf045addd5/web/wp-includes/class-wp-hook.php on line 307

Warning: call_user_func_array() expects parameter 1 to be a valid callback, function '_wp_footnotes_kses_init' not found or invalid function name in /home/clients/e24a2bd7b6476e2e504e6adf045addd5/web/wp-includes/class-wp-hook.php on line 307
Martial Neyroud: prometteurs rouges de Lavaux - thomasvino
Pages Menu
Categories Menu

Posted on 26 février 2011 in Vins suisses

Martial Neyroud: prometteurs rouges de Lavaux

Martial Neyroud: prometteurs rouges de Lavaux

Martial Neyroud, Blonay (VD)

La relève vendange tard

Voilà un jeune vigneron qui, déjà, a de la bouteille. Ses rouges, puissants, sont parmi les plus intéressants de Lavaux.
Par Pierre Thomas
Martial Neyroud, 31 ans, s’est installé à Blonay. Les deux pans du chalet des Châbles se voient de l’autoroute, derrière une paroi antibruit, et apparaissent sur les étiquettes stylisées des vins du domaine. Fils d’un vigneron de Corsier (Maurice, propriétaire d’un peu moins de deux hectares), jusqu’ici, il travaillait trois hectares de vignes. Il élabore et élève ses vins dans la cave naguère tenue par son parrain, André Sager. Et il vient de reprendre 1,8 hectares de vignes à Chardonne, d’un cousin… que son grand’père avait cultivées jadis. Ainsi va l’entrelac des familles à Chardonne, où un Neyroud en cache un autre.

Savoir jouer du sécateur

Le Domaine des Châbles, Martial l’a repris très jeune, à 24 ans. D’emblée, il y a posé sa patte, en plantant du doral, du merlot et du malbec. Le raisin noir de Cahors et d’Argentine est rare en Suisse, mais le jeune vigneron le connaissait de La Grillette, à Cressier (NE), de l’Argovien Andreas Meier et du Genevois Roger Burgdorfer (lire en fin de fichier). Dans le coteau exposé de Blonay, il mûrit bien, comme le merlot, dont on sait, depuis peu, qu’il s’adapte au terroir vaudois et supporte les aléas du climat. «Ces cépages sont très productifs. Il faut les calmer. On n’a pas le soleil pour faire mûrir tout ça», avertit le vigneron. Chaque été, il joue du sécateur, et plutôt deux fois qu’une, pour être sûr que seules les meilleures grappes iront jusqu’à maturité. Et puis, il vendange tard.
En 2009, année miraculeuse pour les rouges, la démonstration est éloquente. Le jeune vigneron n’est pas peu fier d’avoir décroché, l’an passé, avec son pinot noir des Châbles 2009, l’or au Grand Prix du Vin Suisse et au Mondial du Pinot. Un pinot dans l’air du temps : riche, il affiche 14,5% d’alcool. Si les arômes rappellent la compote de fraise, aucune lourdeur en bouche. La version barriquée gagne encore en sucrosité, mais le boisé n’est pas encore fondu.
Ses assemblages illustrent le travail en cave. Pour extraire des arômes, Martial Neyroud pratique des macérations pré et post-fermentaires. Puissants, ses rouges ne sont point trop extraits et les tanins tirent parti de l’égrappage, en lieu et place du foulage.

Regain pour les monocépages

En blanc, l’assemblage 1807 — c’est le numéro postal de Blonay ! —, fait de pinot gris et de doral, n’a pas «mangé» tous ses sucres, la (trop) riche année 2009, malgré l’absence de seconde fermentation… Ce vin flatteur est épuisé. Souple, bien mûr, avec des arômes discrets d’agrumes, le chasselas, né dans des terres lourdes de marnes rouges, tient la route.
Sur les 1,8 ha qu’il travaille dès cette année à Chardonne, le jeune vigneron va reprendre du chasselas, du pinot noir et du gamay, de vieilles vignes. Il se réjouit d’élaborer un gamay pur : «Il y a un regain d’intérêt de la clientèle pour les monocépages». Son merlot, sans la moindre trace de végétal, montre la voie à suivre. Le vigneron, qui va s’essayer sur une parcelle à la biodynamie dès ce printemps, a replanté ce cépage, en quatre clones bordelais et tessinois.
Martial Neyroud va de l’avant avec détermination : il a commencé sa carrière par un apprentissage dans le terrain, avec des stages chez Blaise Duboux, à Epesse, à la station viticole de Changins et chez Jean-Daniel Favre, valeur sûre de Chamoson (VS). Puis, viti-oeno à Changins et une maîtrise de caviste à bout touchant : «Il me manque le travail de diplôme. Peut-être vais-je présenter un dossier sur comment monter un domaine.» Ce jeune homme a de la suite dans les idées et ira loin, c’est sûr.

Quoi?
Un domaine de 3 hectares, entièrement loué, réparti en entre les communes de Blonay et de La Tour-de-Peilz (1,8 ha de plus à Chardonne, dès 2011).
Comment?
25’000 bouteilles. Vendues sur place (caveau) ; présent dans les restaurants et hôtels. Deux journées portes ouvertes à mi-mai et début décembre. Jeudi 10 mars 2011, dès 18 h., le vigneron sera au bar à vins «Arbiter bibendi» à Montreux (arcades du Palace), et le jeudi 7 avril 2011, participera à une «soirée vigneronne» à l’Auberge de l’Onde à Saint-Saphorin.
Combien?
Neuf vins au Domaine des Châbles, du chasselas (12 fr.) au vin passerillé en barrique (épuisé, 28 fr. les 37,5 cl). S’ajoute la commercialisation des trois vins de son père (Les Bochettes).
Où?
Domaine des Châbles, Martial Neyroud, ch. des Châbles 40, 1807 Blonay, tél. 021 921 26 56, 079 273 76 67, www.domainesneyroud.ch

Les 3 coups de cœur de l’expert

Bise noire 2009, 20 fr.
Cet assemblage rouge a passé l’épreuve de la charte «bouteille de Chardonne». Hommage au papa : Maurice Neyroud fut un des premiers à planter du gamaret et du garanoir en 1994, qu’il cultive toujours. Son fils élabore le vin et l’élève en barriques. Beau nez ouvert d’épices ; attaque souple, poivrée ; du gras et de l’élégance. Un vin tout en souplesse. (1’200 bouteilles).

1807 rouge 2009, 24 fr.
Cet assemblage de 40% de malbec, 30% de gamaret, 30% de garanoir, s’était distingué au Grand Jury de 24 Heures, avec le millésime 2007 (5ème classé). Le 2009 confirme amplement : robe noire ; nez mentholé ; attaque puissante, fruits rouges et noirs ; riche, gras ; tanins jeunes et fermes. Un beau vin, frais, avec de l’allonge et du potentiel de vieillissement. (2’400 bouteilles).

Merlot des Châbles 2009, 26 fr.
Nez de graphite, de terre fraîche ; attaque chaude et enveloppante sur une matière riche, mûre, avec des nuances florales; souple ; tanins enrobés ; on retrouve la mine de crayon en fin de bouche et d’agréables notes boisées. (1’200 bouteilles).

Paru dans 24 heures, le 25 février 2011. Version en PDF ici.
 

Eclairage
Malbec pour fins becs

Le réchauffement climatique va permettre d’élargir la palette des rouges helvétiques, la couleur préférée des Suisses (deux tiers des vins bus).
Ainsi, quand on vous dit «malbec», vous pensez Argentine et grillades de bœuf mémorables. Eh bien, ici et maintenant, des vignerons audacieux en ont planté. Pépiniériste certifié et reconnu, Andreas Meier élabore depuis dix ans un assemblage mi-pinot noir, mi-malbec, tous les deux cultivés sur les coteaux calcaires de Döttingen. C’est en discutant avec des vignerons français que l’Argovien s’est pris de passion pour un «cépage très ancien, que les Français appelaient Plant du Roy, parce que la couronne exigeait qu’ils en mettent dans leur pinot. A la vigne, il est très sauvage et irrégulier, produit une fois trop, une autre fois pas assez», avertit cet expert.
Le malbec porte le nom de côt,  pour le «vin noir» de Cahors, qui revient à la mode, et sert d’appoint à Bordeaux, où, à Saint-Emilion, on en replante aujourd’hui… Car il se marie fort bien au merlot et il mûrit en même temps et dans le même genre de terres. C’est aussi ce qu’a expérimenté Jean-Pierre Mürset au Landeron. L’intrépide producteur neuchâtelois ne peut en faire qu’un «vin de table»… Mais il va en replanter. Les meilleures restaurants de Suisse s’arrachent cet assemblage élégant, élevé un an dans des fûts de chêne qui ont contenu l’année précédente du merlot pur, vendu bien plus cher…
Parce qu’il a goûté à ces deux vins, Martial Neyroud, jeune vigneron vaudois à Chardonne et à Blonay (dont le numéro postal a donné son nom à la cuvée), a élaboré son propre assemblage, avec des raisins issus des vignes du Domaine des Châbles, de gamaret et de garanoir. L’ensemble, où le malbec reste minoritaire, élevé en fûts, est superbe et, pour sa première participation, figure parmi les dix meilleurs assemblages du dernier concours de la Sélection vaudoise. Il est épuisé et il faut réserver le 2007, disponible en novembre…

Le précurseur
Pinot noir-Malbec 2006

PRODUCTEUR Andreas Meier REGION AOC Argovie CEPAGES 50% pinot noir, 50% malbec TEMPERATURE DE SERVICE: 16° PRIX 24 fr. CHEZ Weingut zum Sternen, 5303 Würenlingen (AG), tél. 056 297 10 02, www.weingut-sternen.ch
Le duo idéal
Malbec-Merlot 2006
PRODUCTEUR Grillette Domaine De Cressier REGION Vin de table suisse CEPAGES 60% malbec, 40% merlot TEMPERATURE DE SERVICE: 16° PRIX 26 fr. CHEZ Grillette, 2088 Cressier (NE), tél. 032 758 85 29, www.grillette.ch
Le dernier né
1807 Rouge 2006
PRODUCTEUR Martial Neyroud REGION AOC Montreux CEPAGE 30% malbec, 35% gamaret, 35% garanoir TEMPERATURE DE SERVICE: 16° PRIX 24 fr. CHEZ Domaine des Châbles, 1807 Blonay (VD), tél. 021 921 26 56.

Rubrique parue dans le mensuel Cuisine de Saison, en septembre 2008.