Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Posté le 27 juillet 2012 dans Vins suisses

Sélection vaudoise 2012: un rouge de Pully au sommet

Sélection vaudoise 2012: un rouge de Pully au sommet

A l’occasion du tournoi de tennis de Gstaad, début juillet, qu’il parrainait pour la dernière fois, l’Office des vins vaudois a présenté ses champions. Sur 1111 vins présentés en dégustation anonyme, à l’aveugle, 328 ont été primés. Avec un vainqueur : un assemblage rouge Domaine Rochettaz de la Commune de Pully (95/100 points).

Par Pierre Thomas
Impossible de détailler le palmarès de la Sélection vaudoise, qui figure sur le site www.vins-vaudois.com. Par contre, le nom des vainqueurs des six catégories et de trois nouveaux prix n’ont été dévoilés que sur place.
Pour le trio des prix inaugurés cette année, le «master» a récompensé le vin vaudois le mieux noté du concours, un assemblage rouge de la Commune de Pully, Domaine Rochettaz 2011, noté à 95 points sur 100 (lire ci-dessous). La presse, elle, a récompensé son dauphin, le gamay Atlantique 2010 de Philippe Bovet, de Givrins, qui fête cette année ses dix ans de cave. Ce rouge partageait son rang avec l’assemblage Gaya 2010 d’un autre jeune vigneron en vue, Guy Cousin, de Concise (Bonvillars), tous deux crédités de 93/100. Quant au trophée Bio-Vaud, il n’a pas échappé au triple champion suisse de la spécialité, Reynald Parmelin, du Domaine de la Capitaine, à Begnins, grâce à son chardonnay Grand Cru 2010, dauphin de la catégorie des blancs, hormis le chasselas, derrière un savagnin blanc 2011 du Château Maison-Blanche à Yvorne, un domaine du groupe Schenk.
Les rois du chasselas-roi
Si la Sélection vaudoise ne fait pas de différence entre les cépages rouges (389 vins soumis à la dégustation), elle fait une distinction entre les blancs (146 vins) et le chasselas (441 vins). Le chasselas demeure, avec 66% du volume de production en 2011, le roi du vignoble vaudois. Le «podium» a belle allure. Avec 93,8/100, le domaine de l’hoirie Gay-Pestalozzi, à Epesses, s’impose, avec son Calamin Grand Cru Crêt-Dessous 2011, vinifié par Franco Bianco. Et le «champion du monde du chasselas», le Clos du Rocher 2011 d’Yvorne, d’Obrist (tiré à 100’000 bouteilles), noté 93,4 points au Mondial? Avec ses 88,4 points (médaille d’argent) il n’est classé qu’au 95ème rang des chasselas de la Sélection des vins vaudois…
Sur les 72 médailles d’or attribuées à cette catégorie, deux vins, seulement, ne sont pas du millésime 2011: le dauphin (92,6/100), le Dézaley-Marsens Grand Cru 2009, élevé dans un grand vase de bois, dit Numéro 4, des Frères Dubois SA, à Cully, et, du même domaine, le Dézaley-Marsens de la Tour 2010. Trois vins se partagent la troisième marche du podium, notés à 92,4/100, un autre Calamin Grand Cru, du Domaine de Croix-Duplex, tout juste repris cet été par les Vogel, fils et fille, à Grandvaux, Le Florin, en AOC Yvorne-Chablais, une marque de la coopérative d’Aigle, les Celliers du Chablais, et le Tradition du Château de Crans, un Nyon Grand Cru.
Plus d’or dans la douceur
Cette sélection annuelle récompense encore les meilleurs de trois vinifications particulières. En rosé (78 vins jugés), le choix fut facile, puisque seul l’œil-de-perdrix 2011, Grand Cru de Bonvillars, du Domaine Croix-Duplex, a décroché une médaille d’or. Idem pour les vins mousseux (19 vins), où le Starlight, une méthode traditionnelle, tirée du cépage kerner, du Domaine du Feuillerage à Perroy, est l’unique médaillé d’or. Les vins doux ont été notés plus généreusement: 14 médailles d’or sur 38 vins dégustés. Le gewurztraminer vendange tardive 2009 du Domaine du Châtelard, de la maison Hammel SA, l’emporte, devant un autre gewurztraminer, La Douce Eliane 2011, de Jacques (et Eliane!) Pélichet, à Féchy, et l’assemblage passerillé du Domaine de la Ville de Morges. Outre l’avantage d’être cités, ces vins serviront, tout au long de l’année, aux ressats (repas en grande pompe) de la Confrérie du Guillon et aux actions promotionnelles de l’Office des vins vaudois et de Swiss Wine Promotion.

Pully récidive en rouge

Aux portes de Lausanne, la ville de Pully a conservé 4 hectares de vignoble, planté à 40% en rouge. Depuis près de vingt ans, Basile Aymon, 44 ans, maître-viticulteur et caviste, bichonne ces vignes. En 2008, il avait déjà obtenu le titre de meilleur vin vaudois, avec son gamaret-diolinoir 2007 haut de gamme. Cette fois, c’est le rouge du Domaine Rochettaz 2011, un pinot (60%) – gamay (25%), «renforcé» par 15% de garanoir passé en barriques, qui l’emporte. En 2008, le titre de meilleur vin vaudois avait «dopé l’image de la cave. Plusieurs amateurs l’avaient découverte. Il y a aussi les chasseurs des vins de concours… On espère donc beaucoup cette année!», commente Basile Aymon, à la fois surpris et heureux. Les 7’000 bouteilles sont proposées à 14 francs.Paru dans Hôtel Revue le 26 juillet 2012.