Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Posté le 7 juillet 2005 dans Vins suisses

Neuchâtel — Des lauriers pour la Cave des Lauriers

Neuchâtel — Des lauriers pour la Cave des Lauriers

Vins neuchâtelois 2005
Lauriers pour la Cave des Lauriers

Tout réussit cette année à un petit domaine de Cressier. Trois jours après avoir obtenu le «Prix de l’excellence 2005» du Conseil d’Etat neuchâtelois, la Cave des Lauriers décroche la «Gerle d’or» du meilleur chasselas.
A l’instar des autres régions viticoles, Neuchâtel organise une présélection pour le Concours national des vins, reconduit par Swiss Wine Communication, après l’expérience de 2004. Dans ce cadre, six vins de la Cave des Lauriers, des familles Jungo et Fellmann, ont été envoyés à Sierre pour être jugés parmi mille finalistes. Parmi ces vins, le pinot noir 2003 a été désigné meilleur neuchâtelois de son cépage (sur 34), le chardonnay 2004 s’est classé deuxième (sur 11), de même que le chasselas 2004 (sur 51). De plus, ce vin, nommé «Le Charmeur», a su convaincre la centaine de dégustateurs amateurs conviés à un autre concours, la «Gerle d’Or», au Château de Boudry. Ce blanc, marqué par le terroir calcaire du coteau entre Cressier et Le Landeron a remporté le trophée, parmi les labels de qualité «La Gerle», qui est aux vins neuchâtelois ce que «Terravin» est aux vins vaudois et le «Label Nobilis» aux valaisans. La Gerle d’Or fait de son gagnant le roi de la (huitantième) Fête des vendanges, de Neuchâtel, du 23 au 25 septembre.
Coup double : une première
Ce coup double est une première à la fois pour Neuchâtel et pour la Cave récipiendaire. Le «Prix de l’excellence» couronne la meilleure sélection des vins d’une cave depuis cette année, donc aucun encavage n’a réussi le doublé jusqu’ici…
La Cave des Lauriers n’appartient pas aux «poids lourds» du vignoble neuchâtelois. Avec 6 hectares de vignes de quatre cépages (chasselas, pinot noir, pinot gris et chardonnay), elle se situe dans les entreprises moyennes à petites. Si le domaine remonte à 1879, la cave est logée dans une maison cinq fois centenaire cette année. La cinquième génération travaille les vignes, Arsène Jungo, père de Jean-Marc, et son neveu Christian Fellmann. Les deux jeunes patrons sont diplômés de la HES de Changins. Ces dernières années, la cave s’était signalée par la finesse de ses vins, et par son dynamisme commercial. Du 19 novembre au 4 décembre, elle organisera à nouveau trois week-ends de dégustation, couplés avec une exposition de peinture et de sculpture.
(paru dans Hôtel + Tourismus Revue, juillet 2005)