Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Posté le 25 décembre 2005 dans Vins suisses

Dégustation— Les meilleurs liquoreux valaisans 2003

Dégustation— Les meilleurs liquoreux valaisans 2003

Vins suisses
Les meilleurs liquoreux du Valais 2003

L’année 2003 de la canicule, décevante pour les vins blancs, prometteuse pour les rouges, allait-elle donner de grands liquoreux valaisans? Verdict avec des vins qui ont obtenu le label de la charte valaisanne «Grain Noble ConfidenCiel».
Par Pierre Thomas
Sans doute, en 2003, plus que dans les autres années, ces bouteilles de rare nectar racontent-elles chacune leur propre histoire : récolte à des dates très différentes, stades de surmaturité hétérogènes (peu ou pas de botrytis, mais des raisins flétris, rôtis), vinification délicate et élevage plus long, compte tenu de la matière première, riche en sucre (nombreux vins au-dessus de 150° Oechslé !) et pauvre en acidité. Mais l’extrême concentration compense ce déséquilibre…
Pris un à un, les vins se révèlent dans toute leur complexité. Une fois de plus, Marie-Thérèse Chappaz signe de très grandes réussites, avec sa petite arvine, d’une rare puissance, alliant compote de rhubarbe et pamplemousse. Son collègue de Fully, Benoît Dorsaz, avec le même cépage, réussit un liquoreux qui a gardé son fruit et sa fraîcheur, avec des arômes de melon confit et de pâte de coing.
Grande année aussi pour les ermitages, moins flatteurs que la petite arvine, dans leur jeunesse, mais bâtis pour durer. On retrouve Marie-Thèrèse Chappaz, mais aussi Philippe Darioly, de Martigny, Denis Mercier et Nicolas Bagnoud des coteaux de Sierre et, jamais encore à ce niveau, la maison Varone, à Sion, dont les raisins ont été suivis par Stéphane Gay, le fondateur de la charte valaisanne. Retour au premier plan, aussi, du Johannisberg de la Saint-Martin, du Domaine du Mont-d’Or, à Sion, élevé en barriques comme dans les grandes années.
Tant avec son amigne qu’avec sa malvoisie, Fabienne Cottagnoud, de Vétroz confirme le haut niveau de ses vins, dont l’amigne en fût de chêne a remporté un Grand Or au Label Nobilis, vingtième édition. Enfin, deux vins baroques, rappelant la complexité des grands tokays hongrois, le «Vent d’Anges», de Philippe Darioly, et le «Clos de Corbassières», du Domaine Cornulus, à Savièse. Presqu’un «vin de sacristie» de Jérez, là où, du 28 au 31 mai 2006, la Charte Grain Noble ConfidenCiel devrait se présenter aux dégustateurs internationaux, pour se frotter aux meilleurs liquoreux du monde lors du cinquième salon biennal Vinoble.

Les meilleurs liquoreux 2003
(dégustation à l’aveugle, certains vins sur échantillons pas encore mis en bouteille)
****
Arvine 2003, Marie-Thérèse Chappaz, Fully, 19/20
Robe dorée ; nez discret ; attaque sur un volume impressionnant ; arômes de grapefruit rose, de compote de rhubarbe ; puissant, complexe, trame serrée ; bon soutien acide pour compenser cette énorme puissance.
***
Amigne 2003, Fabienne Cottagnoud, Vétroz, 18/20
Robe dorée ; nez de cire d’abeille ; attaque sur l’ananas confit ; arômes encore emprisonnés par le bois, notes de confit, de rôti ; finale sur le thé et le bois de cèdre.

Arvine Grain de Folie 2003, Benoît Dorsaz, Fully, 18/20
Jaune foncé ; nez floral, de fleur de tilleul ; attaque sur le fruit, la pâte de coing, le melon confit ; belle acidité ; vin dynamique et très élégant, sans lourdeur.

Arvine 2003, Philippe Darioly, Martigny-Leytron, 18/20
Robe dorée ; nez d’ananas ; attaque sur la matière, note de sucre candy, on retrouve l’ananas, avec des arômes de pamplemousse ; pointe d’amertume en finale ; puissant et complexe.

Ermitage 2003, Marie-Thérèse Chappaz, Fully, 18/20
Robe dorée ; nez floral, de bergamote (thé «earl grey») ; attaque sur la structure, puissante et enveloppante ; fruits confits, orange amère; bon soutien acide en finale.

Ermitage 2003, Philippe Darioly, Martigny-Leytron, 18/20
Robe dorée, reflets cuivrés ; nez de pâte de coing ; attaque sur la richesse, la sucrosité ; impression de pâte de fruit ; finale sur le sucre brûlé, des arômes de cognac, de thé froid ; grande puissance.

Malvoisie 2003, Fabienne Cottagnoud, Vétroz, 18/20
Robe dorée ; nez de vieux madère ; attaque élégante, sur des arômes de cognac et de marmelade d’orange ; complexe ; rappelle un pineau des Charentes ou un vin de noix.

Clos de Corbassières 2003, Domaine Cornulus, Reynard et Varone, Savièse, 18/20
Robe cuivrée ; nez salin, de madère ; rappelle un «vin de sacristie» de Jérèz ; arômes de rôti, de pain de seigle ; on retrouve dans ce vin baroque le Xérès et le Tokay !

Vent d’Anges 2003, Philippe Darioly, Martigny-Leytron, 18/20
Robe dorée ; nez d’encaustique, de fruits très mûrs ; attaque sur la structure, arômes de sirop de canne, de vieux rhum ; finale empyreumatique ; chaud, rappelle un Tokay.

**
Ermitage 2003, Denis Mercier, Sierre, 17/20
Robe dorée ; nez suave, de pâte de coing ; gras, sucrosité ; long, frais, banane séchée et miel, finale empyreumatique.

Ermitage Valorine 2003, Varone Vins, 17/20
Robe dorée ; nez discret, parfum de mandarine ; attaque sur le gras, le volume, riche, droit, marqué par un léger caramel en finale ; arômes de pâtisserie et d’abricot sec.

Ermitage Grain Noble 2003, Nicolas Bagnoud, 17/20
Robe dorée ; nez de feuille séchée, de pain de seigle ; attaque ample et complexe, note de champignon, finale boisée ; arômes d’écorce d’orange amère confite, de thé.

Johannisberg Saint-Martin 2003, Domaine du Mont-d’Or, Pont-de-la-Morge, 17/20
Robe dorée ; nez anisé ; du gras, du fruit, de l’élégance ; se déguste en deux temps : belle liqueur au premier abord, puis arômes de figue, de datte. Belle réussite.

Johannisberg Larme de Décembre 2003, Thierry Constantin, 17/20
Robe dorée ; nez de feuille morte, un peu délicat ; style «tokay», traces d’évolution, arômes d’encaustique, de cire d’abeille, de raisins de Corinthe ; finale sur le safran.

Ces commentaires ont fait l'objet de la 2ème «newsletter» de www.thomasvino.ch, en décembre 2005.